Critique Difret

Difret
Difret, programmé en salles le 8 Juillet prochain, est le dernier drame éthiopien réalisé par Zeresenay Mehari. S'inspirant d'une histoire vraie, ce long métrage a reçu, avec mérite, le Prix du Public dans le cadre du Sundance, le Prix du Public...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Maeva Orgueil

Critique du Film

A trois heures de route d’Addis Abeba, Hirut, 14 ans, est kidnappée sur le chemin de l’école : une tradition ancestrale veut que les hommes enlèvent celles qu’ils veulent épouser. Mais Hirut réussit à s’échapper en tuant son agresseur. Accusée de meurtre, elle est défendue par une jeune avocate, pionnière du droit des femmes en Ethiopie. Leur combat pour la justice commence, mais peut-on défier une des plus anciennes traditions ?

Difret, programmé en salles le 8 Juillet prochain, est le dernier drame éthiopien réalisé par Zeresenay Mehari. S'inspirant d'une histoire vraie, ce long métrage a reçu, avec mérite, le Prix du Public dans le cadre du Sundance, le Prix du Public lors du Berlin Panorama et le Prix du Jury du Festival de Valenciennes.
En soit, rien d'étonnant à cela.

En effet, Difret s'apparente à un film poignant, profond et extrêmement pertinent. En dehors de sa diégèse, on n'oublie jamais que la jeune Hirut fait bien parti de notre histoire, de celle commune et la puissance des faits nous ramène constamment à une réalité que l'on se complait à oublier. L'actualité, aussi difficile soit elle, est ainsi au cœur de Difret et du débat qu'il propose. Le fait que le réalisateur ait fait le choix de tourner exclusivement en décors naturel mais surtout en 35mm confère un esthétisme authentique à un long métrage qui l'est déjà incontestablement. Le grain et la saturation témoignent avec justesse de la teneur de cette œuvre complète à tous points de vue.

Difret se propose et se lit alors comme un long métrage savamment orchestré, sans prétention, bouleversant de vérité et de faits que l'Occident se permet de garder loin de ses frontières.

Si l'on ne peut pas dire que Difret emmène le spectateur par son rythme, nous n'en sommes en aucun cas gênés dans la mesure où l'évolution de l'affaire et des personnages nous portent au delà du cadre de la salle et de son grand écran. La puissance du film de Zeresenay Mehari repose d'ailleurs sur la pertinence et la profondeur des dits personnages, magistralement interprétés par des acteurs engagés et sincères. Rendant le film éminemment sensible, les actrices Meron Getnet et Tizita Hagere sont bouleversantes d'investissement.

Difret se propose et se lit alors comme un long métrage savamment orchestré, sans prétention, bouleversant de vérité et de faits que l'Occident se permet de garder loin de ses frontières. Entre dénonciation et espoir, Zeresenay Mehari nous délivre ici un projet à visualiser mais surtout à diffuser largement.

Informations

Détails du Film Difret
Origine Indisponible Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 99 '
Sortie 08/07/2015 Reprise -
Réalisateur Zeresenay Mehari Compositeur David Schommer - David Eggar
Casting Meron Getnet - Tizita Hagere - Haregewine Assefa - Brook Sheferaw
Synopsis A trois heures de route d’Addis Abeba, Hirut, 14 ans, est kidnappée sur le chemin de l’école: une tradition ancestrale veut que les hommes enlèvent celles qu’ils veulent épouser. Mais Hirut réussit à s’échapper en tuant son agresseur. Accusée de meurtre, elle est défendue par une jeune avocate, pionnière du droit des femmes en Ethiopie. Leur combat pour la justice commence, mais peut-on défier une des plus anciennes traditions ?

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques