Critique Snowpiercer, le transperceneige (Snowpiercer)

Snowpiercer, le transperceneige
« Parcourant la blanche immensité d'un hiver éternel et glacé d'un bout à l'autre de la planète, roule un train qui jamais ne s'arrête. C'est la Transperceneige aux mille et un wagons. »

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

« Parcourant la blanche immensité d'un hiver éternel et glacé d'un bout à l'autre de la planète,

roule un train qui jamais ne s'arrête.

C'est la Transperceneige aux mille et un wagons. »

 

 

C'est sur ces mots que s'ouvrait la trilogie BD du Transperceneige écrit par Jacques Lob. Devenu un classique du genre avec le temps, Le transperceneige fût un fantasme d'adaptation cinématographique pour nombre de réalisateurs, notamment Jean Pierre Jeunet. Comme tant d'autre, il s'y est cassé les dents, fautes de moyens conséquents. Jusqu'au jour où, hiver 2005 en Corée du sud, dans sa librairie fétiche, Bong Joon Ho découvre cette bande dessinée française. Edition clandestine à l'époque, le réalisateur coréen reste scotché, debout dans la boutique, devant cette objet cinégraphique. Adorateur obsessionnel de train, il trouve enfin matière pour l’exploitation de sa machine métallique préférée.

Il aura fallu huit ans de développement à l'équipe coréenne pour accoucher du Snowpiercer. Film coréen à part entière, le film s'ouvre au final à l'internationale de part son casting et son tournage délocalisé à Prague. Loin du carcan hollywoodien, Boon Joon Ho a pris ses aises pour s'atteler à son premier réel gros film. Un an et demi d'écriture pour digérer ce monstre de la BD française. En résulte alors un film ambitieux à l'imagerie bluffante.

2031, le monde est devenu une machine. Un serpent métallique bravant l’ère glacière de la terre. Les derniers survivants ont pris place à bord du Snowpiercer, un train gigantesque condamné à tourner autour de la terre sans jamais s'arrêter. Dans ce microcosme futuriste fendant la glace, s'est recréée une hiérarchie des classes contre laquelle une poignée d'hommes entrainés par l'un d'eux tente de lutter. Car au final, l'être humain ne change jamais...

Produit par Park Chan-Wook (Old Boy), Snowpiercer possède toutes les qualités du cinéma asiatique (et Coréen pour être plus précis) marié dans un même temps aux qualités du cinéma américain. Loin d'être l'objet cinématographique parfait, Bong Joon Ho, en s'ouvrant vers un cinéma internationale, a su trouver le juste équilibre de ton et narration. Exemple parfait du film universel, on retrouve dans Snowpiercer tout le talent de mise en scène qui ont fait le succès du cinéma coréen. Dû en partie aux travail de story-boardage effectué quotidiennement, la mise en scène au cordeau répond présent pour rendre fluide l'exiguïté du train. Rajouté à cela des chorégraphies de combats tels un ballet de danse renvoyant directement aux cinéma de Park Chan wook, Snowpiercer montre toute la force que peut avoir un film fait dans une coordination de talent.

Représentation d'une ville à part entière, Snowpiercer est la colonne vertébrale d'une société claustrophobique. Souhait du réalisateur lui-même, Le transperceneige se transforme en révolution urbaine. La quête prend forme comme la traversée d'une ville façon Beat Them All. Les wagons se retrouve vite être le point de rencontre de batailles rangées entre révolutionnaire et l'ordre établie. Chaque coups sonnent forts et Boon Joon Ho à la merveilleuse idée de coller au plus près des personnages pour créer un réelle empathie dans leur quête de liberté.

Mais la route est longue. 2H05 de traversée passant de l'école à une boite de nuit ou des jardins botaniques. Le temps pour nous de décrypter les problèmes de narrations amenant son lot de questions sans réponses. Où dorment les riches ? D'où sort le steak de Wilford ? Où sont les parents de tous ces enfants ? Des questions loin d'être le soucis premier d'un réalisateur accomplie, fort d'une œuvre apolitique sans concession.

 

Informations

Détails du Film Snowpiercer, le transperceneige (Snowpiercer)
Origine Etats Unis - France - Corée du Sud Signalétique Accord Parental
Catégorie Film Genre Science - Fiction
Version Cinéma Durée 125 '
Sortie 30/10/2013 Reprise -
Réalisateur Joon-ho Bong Compositeur Marco Beltrami
Casting Song Kang-Ho - Ed Harris - Tilda Swinton - Chris Evans
Synopsis 2031. Une nouvelle ère glaciaire. Les derniers survivants ont pris place à bord du Snowpiercer, un train gigantesque condamné à tourner autour de la Terre sans jamais s’arrêter. Dans ce microcosme futuriste de métal fendant la glace, s’est recréée une hiérarchie des classes contre laquelle une poignée d’hommes entraînés par l’un d’eux tente de lutter. Car l’être humain ne changera jamais…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques