CRITIQUE : Taken 2


Taken 2

Critique du Film

Taken premier du nom se suffisait à lui-même, en dépit de son relatif succès. Car comment un postulat de départ – l’enlèvement de la fille de Bryan Mills par des trafiquants d’humains Albanais – pourrait mettre en perspective d’autres aventures à cet ancien agent secret devenu citoyen respectable. Mais c’est sans compter les idées de Robert Mark Kamen et Luc Besson qui réussissent tant bien que mal à donner de la viande fraîche à ce cher Bryan pour de nouvelles clefs de bras et le gâchis de douilles par milliers.

Quatre ans après Taken, Olivier Megaton prend la suite de Pierre Morel pour un deuxième opus emmenant Bryan Mills en Turquie pour un travail de protection. L’histoire se déroule chronologiquement un an après avoir réussi à reprendre sa fille aux mains de la mafia albanaise. Son ex-femme et sa fille le rejoignent pour poursuivre le séjour sous forme de vacances. Mais c’était sans compter sur Murad, le chef du clan qui réclame vengeance après la mort de son fils à Paris. Cette fois-ci, c’est après Bryan qu’ils en ont.

Le beau soleil turc, la piscine et un hôtel de luxe pour se reposer des péripéties antérieures, rien de mieux pour se retrouver en famille. Là où Taken est un film concis avec une mise en action rapide, Taken 2 laisse le temps de se réapproprier les personnages. Le plaisir est palpable de retrouver Bryan Mills. Mais l’idée de le ramener dans une nouvelle aventure était-elle bonne ?

Taken 2 se pose comme un étirement poussif du premier volet.

La réponse est par la négative. Car si Taken partait d’une bonne intention, celle du deuxième opus n’est point de cette adéquation. Clairement établie pour atteindre le marché US où le long-métrage va connaître une bonne fortune, devenant le plus gros succès commercial d’EuropaCorp avec 130 millions de dollars au final et 3 millions d’entrées France. Mais dés le départ, Taken 2 se pose comme un étirement poussif du premier volet. Le film s’ouvre sur un plan aérien avec de grosses cylindrées sombres gravant les montagnes. Un enterrement est organisé pour les victimes parisiennes de Bryan Mills. Des dizaines de cadavres ont été laissés sur place, et un avion-cargo a été affrété pour le rapatriement des corps. Première blague du film. Peu importe que les hommes ici enterrés fussent partis d’une organisation de la traite de femmes. Le deuil du chef, dont le fils est mort sous les balles, demande vengeance. Bryan et son ex-femme Lenore vont alors être kidnappés.

Le pitch de départ est de ne plus mettre Bryan Mills en action, mais de se concentrer sur Kim partant à l’aide de ses parents. Idée plutôt sympathique pour une série B d’action se dédiant à tout un pan du bis 80'. Mais très vite les choses partent à l’envers, le spectateur se retrouvant devant un produit totalement à côté de la plaque.

Taken 2 est un produit lisse, à l’exécution encore propre de la part d’Olivier Megaton

Cette fois-ci, c’est Papa et Maman qui se retrouvent donc sous le joug de cette fameuse organisation mafieuse. Lenore est blessée, la tête en bas suspendue à des chaînes, Bryan mis devant le fait de la perte lente de sa tendre ex-femme. Torture psychologique, Murad souhaite infliger le même sort subi à notre héros. Nouvelle bonne idée de départ pour une péripétie bis. Sous la voix rassurante de son ex-mari, Lenore tente de survivre. Bryan, la colère le prenant à nouveau, se transforme à nouveau en super agent, le meilleur que la CIA ait connu dans son histoire. Alors, par le biais une énième fois du célèbre cellulaire de la saga, Bryan va conduire sa fille à les retrouver. Par un processus complexe et ingénieux à partir d’un lacet et d’une carte, elle va établir le lieu exact de leur détention. Sur les toits des habitations turques, elle va rejoindre son père sous les coups d’explosion de diverses grenades. Deuxième blague du film.

Prenant le spectateur pour un ahuri totalement crédule, Taken 2 est un produit lisse, à l’exécution encore propre de la part d’Olivier Megaton avant un Taken 3 totalement sale et illisible. Mais la teneur même du film aux péripéties écœurantes de n’importe nawak (course poursuite entre Kim et les mafieux alors qu’elle a loupé l’examen deux fois – troisième blague du film) font de ce deuxième opus un film opportuniste, parfois bête, même méchant envers son public. Le début de la fin pour une saga s’appuyant sur une troisième aventure prenant véritablement son audience pour des moutons. Et on parle encore d’un quatrième épisode.

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Informations

Détails du Film Taken 2
Origine France Signalétique Sensibilité Spectateurs
Catégorie Film Genre Action - Thriller
Version Longue Durée 98 '
Sortie 03/10/2012 Reprise -
Réalisateur Olivier Megaton Compositeur Nathaniel Mechaly
Casting Liam Neeson - Maggie Grace - Famke Janssen - Rade Serbedzija - Leland Orser
Synopsis Dans Taken, Bryan Mills, ex-agent de la CIA aux compétences si particulières, a réussi à arracher sa fille des mains d’un gang mafieux. Un an plus tard, le chef du clan réclame vengeance. Cette fois-ci, c’est après lui qu’ils en ont.

Par Mathieu Le Berre