Critique Mad Max

Mad Max
Mad Max est un travail titanesque. Une œuvre de débrouille ultime avec une grande force de précision de la part d’un réalisateur au génie créatif indiscutable.

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Réalisateur adulé par bon nombre de cinéphiles, George Miller peut se targuer d’avoir une filmographie minime du haut de ses 70 ans. Il a signé des films comme Les Sorcières d’Eastwick, Babe 2 ou encore les deux volets de Happy Feet. Autant dire qu’il a contribué, et contribue encore à l’enfance de quelques générations. Mais le cinéphile aguerri ne retiendra évidemment que la saga qui a fait de Miller ce réalisateur si apprécié. Mad Max est son premier long métrage. Dans un futur proche, les grandes nations sont entrées en guerre pour le pétrole. Les populations se sont révoltées. Les nations tentent de maintenir un semblant d’ordre pendant que des bandes de délinquants sillonnent les routes. Max est un policier intègre chargé de faire régner l’ordre sur la route. Lorsqu’une course-poursuite avec un membre de gang se termine mal, Max s’attire les foudres du gang tout entier qui est bien décidé à en découdre avec lui, sa famille et ses coéquipiers.

Mad Max jouit d’une construction narrative sans temps morts et quasi-parfaite.

Mad Max est un film qui porte parfaitement son titre. C’est un film qui parle d’une folie contagieuse, furieuse et violente. George Miller dépeint une société anarchique et dystopique où il n’y a jamais de place ni à la demi-mesure ni à la beauté. La perte de tous repères, l’annihilation de tous les codes moraux et la notion même de survie seront les maîtres mots de Mad Max. On dénotera surtout une évolution certaine des paysages au fur et à mesure que la folie emboitera le pas sur la psyché du personnage de Max. La saga de George Miller propose des paysages quelque peu bucoliques et viendra s’achever dans un troisième volet englouti dans un amas de poussière. Cependant, la route est encore longue, et avant de retrouver Max au milieu du dôme du tonnerre, Miller était bien décidé à nous en mettre plein la vue. L’ingéniosité est probablement l’adjectif qui colle le mieux à son film. Doté d’un budget ridicule, Miller offre une expérience qui n’oublie pas d’être spectaculaire pour autant. Le film traîne la réputation d’être extrêmement violent. Oui, Mad Max est un film violent. Nul besoin de se noyer dans des hectolitres de sang, le budget ne le permet pas et le choix de la suggestion offre un impact d’autant plus considérable qu’il fonctionne sur le spectateur. On se souvient tous du destin tragique réservé à l’épouse du héros ainsi qu’à son bébé. Jamais une collision en moto ne nous montrant juste une chaussure envoyée sur le bitume n’aura autant chamboulé les esprits. On en veut pour preuve que le film n’a pas vieilli d’un iota. À l’exception de quelques plans d’insert assez maladroits qui nous perdent dans l’action, Mad Max jouit d’une construction narrative sans temps morts et quasi-parfaite.

Mel Gibson est une véritable révélation.

Ce qui est impressionnant, et qui rend Mad Max complètement culte aujourd’hui, c’est la teneur des scènes d’action. George Miller s’inspire allégrement du film de référence, Point Limite Zéro, pour introduire son film. Les valeurs de plan, le sens du découpage technique, le timing du rythme constant…Mad Max se pose comme une leçon de mise en scène. Pour sûr que des films comme Fast & Furious ou Need For Speed sont redevables au chef d’œuvre de George Miller, et par défaut à Point Limite Zéro. Elle en a fait rêver plus d’un l’Interceptor dans l’outback australien. On parle d’Australie puisque le film y a été tourné, mais Mad Max s’adresse à une échelle mondiale beaucoup plus vaste. On ne saura jamais vraiment où nous sommes situés et c’est ce qui rend les propos applicables à n’importe quel pays. La chute de la société telle que Miller l’imagine n’impose qu’une seule règle : la survie. La loi du plus fort régit l’homme qui redevient un animal guidé par ses instincts primaires. Il n’est donc pas étonnant de constater que Mad Max est tout à la fois un film d’anticipation et un western urbain puisqu’il y emprunte une bonne partie des codes du genre. Enfin, le point d’orgue du film nous laissera tel un vagabond au bord de la route. Max déchaîne sa fureur une ultime fois dans une maestria exécutive qui ne sera pas sans rappeler la base d’intrigue du premier film de James Wan, Saw. Mel Gibson est une véritable révélation. Du haut de ses 23 ans, on y décèle déjà une palette de jeu émotive qui lui est propre et qui en fera sa marque de fabrique. Une vraie force qui rend définitivement ce film comme indispensable !

Mad Max est un travail titanesque. Une œuvre de débrouille ultime avec une grande force de précision de la part d’un réalisateur au génie créatif indiscutable.

Informations

Détails du Film Mad Max
Origine Australie Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Action - Science - Fiction
Version Cinéma Durée 93 '
Sortie 13/01/1982 Reprise 09/07/2008
Réalisateur George Miller Compositeur Brian May
Casting Mel Gibson - Hugh Keays-Byrne - Joanne Samuel
Synopsis Sur les autoroutes désertées d'une Australie méconnaissable, une guerre sans merci oppose motards hors-la-loi et policiers Interceptor, qui tentent de triompher de la vermine au volant de voitures aux moteurs sur-gonflés. Dans ce monde en pleine décadence, les bons, les méchants, le manichéisme disparaissent...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques