Critique Mort ou Vif...de Préférence Mort (La Chevauchée Vers l'Ouest) (Vivi o Preferibilmente Morti)

Mort ou Vif...de Préférence Mort (La Chevauchée Vers l'Ouest)
Mort ou Vif…de Préférence Mort n’apporte pas la consistance, ni l’aura, attendue pour en faire un grand western. Duccio Tessari peint un tableau honnête avec une lecture de fond intéressante permettant de faire un point analytique de tout un...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Ce mois-ci, Artus Films vient s’adresser aux fans de westerns comiques. Les enfants de Terence Hill et Bud Spencer sont appelés à venir se ruer dans les bacs afin de mettre la main sur Mort ou Vif…de Préférence Mort, plus connu sous le nom de La Chevauchée Vers l’Ouest. Réalisé par Duccio Tessari (Un Pistolet Pour Ringo, Le Retour de Ringo ou encore Zorro avec Alain Delon), il y conte l’histoire de Monty, un joueur invétéré accumulant un nombre astronomique de débiteurs sans pouvoir s’acquitter de ses dettes. Afin de toucher un important héritage laissé par un oncle, il doit accepter de s’en aller vivre pendant six mois chez son cousin, Ted, qu’il n’apprécie guère.

Ce film de Duccio Tessari aura le mérite de faire passer un agréable moment en famille.

Bagarres, blagues potaches, bagarres, braquages, bagarres, filles, bagarres…La Chevauchée Vers l’Ouest transpire l’essence du western potache bien malgré lui. Tourné à l’époque où l’âge d’or du western spaghetti était passé, ce film de Duccio Tessari aura le mérite de faire passer un agréable moment en famille. Le film reste bien maigre en terme de virtuosité propre au genre. Pour sûr que le film ne restera pas gravé dans les mémoires. Il peut être une bonne initiation pour les personnes réticentes au genre, mais pour les aficionados, la séance risque de devenir pénible. On ne coupera pas à tous les clichés du comique de situation où un personnage vient amener son lot de problèmes à l’autre qui n’avait rien demandé. Deux caractères diamétralement opposés qui feront des étincelles ensemble (le credo de notre cher duo Hill/Spencer susmentionné). On s’accordera tout de même à dire que le duo de tête supplanté par Giuliano Gemma et Nino Benvenuti demeure suffisamment charismatique pour nous aider à aller jusqu’au bout sans problème. Ils sont les caricatures bêtes et méchantes des deux cousins qui ne peuvent se supporter au point de se mettre des bourre-pifs régulièrement, mais qui s’entendent assez bien pour monter des coups fumants.

Duccio Tessari peint un tableau honnête avec une lecture de fond intéressante.

Ce qu’il y a d’intéressant, toutefois, avec le film de Tessari, c’est d’analyser la temporalité dans laquelle se place son film. Comme s’il avait pleinement conscience que son film débarque à une époque où le genre n’attire plus les foules, il décide d’envoyer ses personnages dans un temps consolidé par l’apparition des nouvelles ères technologiques. Le début du métrage nous montre une société bourgeoise à la pointe de cette dernière. L’automobile entre dans les familles et attire la curiosité des petites gens du Far West. L’automobile y est perçue comme un moyen de locomotion dominant, exclusivement réservé à une classe aisée, qui appelle à venir engloutir la vie des hommes du peuple. Ainsi, et à l’image du personnage de Monty, le film de Duccio Tessari s’analyse en tant qu’œuvre hommage, un dernier regard nostalgique, tendre et humoristique à une période du cinéma que les Sergio Leone et autres Sergio Corbucci auront su mener d’une main de maître. Fort heureusement, La Chevauchée Vers l’Ouest ne marquera pas la mort du genre, et on aura droit à d’autres films d’un excellent acabit les années suivantes, mais l’analyse proposée ici démontre une conscience vive et lucide de son auteur envers une ère cinématographique qui semble révolue dans son pays. Ceci étant, le néophyte du genre ne cherchera point cette analyse et saura, ou non, apprécier l’humour primaire de l’œuvre entre deux fusillades.

Mort ou Vif…de Préférence Mort n’apporte pas la consistance, ni l’aura, attendue pour en faire un grand western. Duccio Tessari peint un tableau honnête avec une lecture de fond intéressante permettant de faire un point analytique de tout un pan du cinéma italien qui reste encore gravé dans la mémoire collective d’aujourd’hui. On rit, on passe un bon moment, on se surprend à apercevoir un fond caché d’un beau niveau et on rangera le DVD dans notre collection qu’on s’accordera à voir comme un des points finaux d’un genre qui renferme de jolies pépites intemporelles.

Informations

Détails du Film Mort ou Vif...de Préférence Mort (La Chevauchée Vers l'Ouest) (Vivi o Preferibilmente Morti)
Origine Italie Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Western
Version Direct To Video Durée 97 '
Sortie 05/05/2015 Reprise -
Réalisateur Duccio Tessari Compositeur Gianni Ferrio
Casting Julio Pena - Giuliano Gemma - Nino Benvenuti - Sydne Rome - Antonio Casas
Synopsis Monty, un joueur invétéré, accumule les débiteurs sans pouvoir s’acquitter de ses dettes. Un soir, les frères McIntosh, des créditeurs de Monty, viennent lui donner une leçon afin qu’il comprenne qu’il doit trouver de quoi les payer. Monty apprend alors qu’il doit toucher un héritage de son oncle décédé. Il se rend chez le notaire où là, il apprend qu’afin de toucher la somme de 300 000 dollars qui lui est dû, il doit accepter de vivre 6 mois en compagnie de son cousin Ted, qui habite le far-west. Monty, pressé par ses créanciers, accepte. Les deux cousins ne s’apprécient guère, et pourtant, il va falloir cohabiter…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques