Critique L'espion Qui Venait du Surgelé (Le Spie Vengono Dal Semifreddo)

L'espion Qui Venait du Surgelé
L’espion Qui Venait du Surgelé promettait une délicieuse séance, c’est devenu une torture affligeante gâchée par un duo comique exécrablement pas drôle.

Verdict Note : A louper sans aucun regret. A louper sans aucun regret.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

À l’origine, un projet venu des États-Unis inspiré des Beach Movies de l’époque et sorti de l’esprit de James Nicholson (le père de Jack), L’espion Qui Venait du Surgelé est la suite de Dr. Goldfoot and the Bikini Machine. Produit sur le sol italien (coûts beaucoup moins chers à l’époque) sous la direction de Mario Bava, cette suite avait pour ambition de rassembler tout ce qui était en vogue à l’époque au cinéma, à savoir les films d’espionnage et les parodies. Pour cette nouvelle aventure du Dr. Goldfoot (toujours interprété par Vincent Price), le génie du mal tente de se mettre à dos les États-Unis et l’Union Soviétique par l’intermédiaire de plantureuses créatures qui explosent dès lors qu’on les embrasse.

L’espion Qui Venait du Surgelé promettait une délicieuse séance, c’est devenu une torture affligeante gâchée par un duo comique exécrablement pas drôle.

Vincent Price garde un affreux souvenir du film, et pour cause. L’espion Qui Venait du Surgelé tente de remplir deux commandes en une seule : la volonté des Américains à produire la suite du film d’espionnage Dr. Goldfoot et celle des Italiens à faire un film burlesque en mettant en scène deux comiques en vogue de l’époque, Franco Franchi et Ciccio Ingrassia. Qu’à cela ne tienne, la présence de Mario Bava derrière la caméra nous a fait nous jeter sur la galette tant convoitée qu’Artus Films met enfin à la disposition de tous puisque la version italienne était encore inédite chez nous. Après lecture, le constat est sans appel…c’est vraiment mauvais ! Du moins dans son montage italien, puisque la version américaine tentera de sauver les meubles du mieux qu’elle pourra. Le film marchera en Italie et sera un échec cuisant aux États-Unis. On expliquera ce petit succès notamment grâce à la popularité des deux comiques de service du film. Bava tente de rendre hommage au cinéma burlesque muet, mais la cacophonie incessante des deux lourdauds en tête de gondole gâchera le potentiel comique de la version italienne de L’espion Qui Venait du Surgelé. D’autant plus que Vincent Price est relayé au second plan alors qu’il s’agit tout de même de la suite d’un film où il tenait la vedette. Dans le montage américain, le film prend une autre tournure. Le montage essaie de minimiser les scènes lourdingues et replace sir Vincent Price sur le devant de la scène. Malheureusement, le film n’ayant pas été suffisamment pensé, à la base, pour son personnage de Dr. Goldfoot, on aura du mal à accrocher. Ce manque de cohérence dans l’enchaînement des situations se retrouvera, par contre, dans les deux versions du film. À force de réécriture (le scénario était arrivé jusqu’à 300 pages !), L’espion Qui Venait du Surgelé a perdu toute ligne directrice et notamment sa principale qui était de rendre hommage au film d’espionnage sur un ton léger. Ce ton est tellement léger qu’on a l’illusion que le duo Franchi et Ingrassia est en totale roue libre. Ils mettront vos nerfs à rude épreuve, car, il faut bien avouer, ils ne feront presque jamais rire. On assistera dépité à leurs frasques incessantes et surjouées. On en viendrait presque à regretter la présence de nos bons vieux Terence Hill et Bud Spencer, là il y aurait eu du burlesque affriolant écrasé dans une lourdeur délectable. Ici, les deux zigotos sont juste lourds et pathétiques. Pauvre Vincent Price, la détresse se lit littéralement sur son visage et c’est, paradoxalement, ce qu’il y a de plus drôle dans le film malheureusement. Le pauvre est tellement au bout du rouleau qu’on en rira nerveusement.

On préférera retourner voir Danger : Diabolik ! où, là, Bava livrait ce qu’on était en droit d’attendre d’un vrai film d’espionnage loufoque. L’espion Qui Venait du Surgelé promettait une délicieuse séance, c’est devenu une torture affligeante gâchée par un duo comique exécrablement pas drôle. Mais pour la beauté et la rareté de l’objet, Artus Films fait quand même plaisir !

Informations

Détails du Film L'espion Qui Venait du Surgelé (Le Spie Vengono Dal Semifreddo)
Origine Etats Unis - Italie Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Aventure - Comédie - Science - Fiction
Version Direct To Video Durée 82 '
Sortie 07/04/2015 Reprise -
Réalisateur Mario Bava Compositeur Lallo Gori
Casting Vincent Price - Fabian Forte - Franco Franchi - Ciccio Ingrassia - Francesco Mulé - Laura Antonelli
Synopsis Le Docteur Goldfoot tente de mettre dos à dos les Etats-Unis et l'Union Soviétique. Seul Bill Dexter semble capable d'enrayer son plan machiavélique.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques