Critique Le Grimoire d'Arkandias

Le Grimoire d'Arkandias
Le Grimoire d’Arkandias est un joli divertissement pour petits et grands. Cousin germain des Goonies, Alexandre Castagnetti et Julien Simonet réalisent un œuvre référentielle, riche visuellement et drôle par moment. Une surprise qu’on n’attendait...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Passé totalement inaperçu lors de sa sortie en salles, Le Grimoire d’Arkandias est sorti dans nos bacs le 25 février dernier. Il faut bien avouer qu’à force de bouffer des films en pagaille, le critique de cinéma (espèce en voie de disparition) a tendance à juger trop hâtivement le potentiel d’un film par la simple vue de son affiche (prétexte totalement fourbe afin de se dédouaner de certaines tâches). Qu’à cela ne tienne, nous avons enfin laissé la chance au film d’Alexandre Castagnetti et de Julien Simonet. On y fait la rencontre de Théo et Bonav, deux amis qui tentent de survivre aux moqueries incessantes qu’ils subissent perpétuellement à l’école. Le premier rêve d’échapper à sa réputation de boloss pendant que le second, cinéphile à temps plein, se la joue trop souvent Quentin Tarantino avec son smartphone. Lorsque Théo découvre un grimoire permettant de créer une bague d’invisibilité, il y voit l’occasion idéale de changer son destin.

Les enfants de Spielberg / Donner risquent de trouver une certaine satisfaction devant Le Grimoire d’Arkandias.

Bien mal nous en a pris de chercher à éviter ce film. Le Grimoire d’Arkandias est loin, mais vraiment très loin, d’être un navet de seconde zone. Comme un signe prémonitoire, les deux réalisateurs nous mettront, d’ailleurs, les choses au clair dès l’ouverture du film. Le Grimoire d’Arkandias sera un film référentiel, un accomplissement, un fantasme…une volonté clairement assumée des deux réalisateurs de nous proposer une aventure directement inspirée des Goonies et autres Histoire Sans Fin. Ne serait-ce que pour ce pari un peu fou, dans une culture cinématographique qui n’est clairement pas de notre patrimoine, le film retient toute l’attention. C’est réellement plaisant de se retrouver devant une génération de cinéaste clairement bercée par les feel good movies, américains pour la plupart. Peu ont osé s’enrichir de ce genre d’univers (Hellphone, Aux Yeux des Vivants) avec une telle évidence à l’image. La carte Goonies restera la plus marquante, les similitudes sont flagrantes. De la bande de gamins en quête d’un trésor au trio de méchants empotés, les enfants de Spielberg / Donner risquent de trouver une certaine satisfaction devant Le Grimoire d’Arkandias.

Alexandre Castagnetti et Julien Simonet réalisent un œuvre référentielle.

La réalisation est solide. Elle n’a rien de bien affriolant, mais ose un certain standing assez plaisant. L’atout majeur qui permet au film de ne jamais manquer de rythme provient probablement du passé d’Alexandre Castagnetti. Auteur de programmes courts comme La Chanson du Dimanche, il garde, quelque part, cette contrainte inhérente à ces derniers. Il fait partie de cette génération actuelle qui décroche très vite d’une action dès lors qu’il ne se passe plus rien pendant près de cinq minutes. Le Grimoire d’Arkandias jouit donc d’une fluidité d’enchainement constante. Le film roule parfaitement bien. Son bémol provient probablement du jeu des jeunes acteurs. En effet, on a beau chercher la copie des amis américains, notre culture ne nous permettra jamais de reproduire à l’identique toutes leurs eusses et coutumes. De ce fait, la tyrannie à l’école, le charme des bus scolaires ou encore les enfants libres comme l’air qui se prévoient des sorties ciné ou dans des bars alors qu’ils ont l’air d’avoir douze ans aura une saveur déstabilisante. Cette légère perte de crédibilité n’enlève rien au reste du casting qui s’éclate à s’offrir ce joli moment de fraîcheur, et particulièrement les trois frangines campées par Isabelle Nanti, Armelle et Anémone. Les trois femmes ouvrent en grand les vannes de la dérision. Une belle grande cour de récréation dans laquelle elles s’empressent de courir. Concernant Christian Clavier, c’est un peu plus délicat. Dès lors qu’il essaie de montrer un tant soit peu d’excès, on le sent comme freiné afin qu’il ne tombe pas dans une caricature de son personnage de Jacquouille. Son cas est vraiment épineux, mais pas désagréable pour autant.

Le Grimoire d’Arkandias est un joli divertissement pour petits et grands. Cousin germain des Goonies, Alexandre Castagnetti et Julien Simonet réalisent un œuvre référentielle, riche visuellement et drôle par moment. Une surprise qu’on n’attendait absolument pas !

Informations

Détails du Film Le Grimoire d'Arkandias
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Fantastique
Version Cinéma Durée 88 '
Sortie 22/10/2014 Reprise -
Réalisateur Alexandre Castagnetti - Julien Simonet Compositeur Clément Marchand
Casting Isabelle Nanti - Christian Clavier - Anémone - Ryan Brodie - Timothée Coetsier - Armelle Lesniak - François Rollin
Synopsis Dans le village de Ronenval, tout semble normal. Trop normal pour Théo qui ne rêve que d'une chose : échapper à son destin de boloss. Un jour, il déniche à la bibliothèque un livre de magie qui contient les secrets de fabrication d'une bague d'invisibilité. Avec l'aide de ses meilleurs amis Bonnav et Laura, il décide de fabriquer cette bague. Surprise : Théo disparaît pour de bon ! Victime de trois sorcières, il reste bloqué dans l'invisibilité... Il se lance alors dans une course effrénée contre le temps. Arkandias, un étrange individu toujours à leurs trousses, est peut être le seul à pouvoir les aider.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques