Critique La promesse d'une vie (The Water Diviner)

La promesse d'une vie
Hormis quelques séquences irréprochables, la promesse d'une vie ne sera pas le film qui résumera de la plus belle des façons cette tragique période. Russell Crowe ne s'est visiblement pas inspiré de ses meilleurs films en tant qu'acteur pour sa...

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Par Adélaïde Beau

Critique du Film

Russell Crowe change de casquette. Comme beaucoup d'autres avant lui, l'acteur de 50 ans décide de passer derrière la caméra. Pour son premier film, il décrit une épopée se déroulant en 1919, 4 ans après la terrible bataille des Dardanelles, dans la péninsule de Gallipoli. Joshua Connor, un paysan australien, se rend en Turquie à la recherche de ses trois fils portés disparus. Malgré les barrages de la bureaucratie militaire, sa détermination ne fléchit pas. Il est d’abord aidé par la belle Ayshe, la propriétaire de l’hôtel dans lequel il séjourne à Constantinople, puis par un officier turc ayant combattu contre ses fils. Pour découvrir la vérité et enfin trouver la paix intérieure, Joshua, accompagné du Commandant Hasan, est contraint de sillonner un pays ravagé par la guerre où la frontière entre le Bien et le Mal n’est plus si nette et l’ennemi si clairement identifiable.

La promesse d'une vie partait avec une belle matière et un sujet intense.

Si l'histoire mise en lumière est un merveilleux honneur à tous les anonymes qui ont perdu la vie durant cette tragédie, la réalisation l'est beaucoup moins. Pourtant bien attentionné, Russell Crowe choisit une manière bien trop classique pour sa première oeuvre. Le néo-cinéaste ne prend que peu de risques dans ce long métrage inspiré d'une histoire vraie. C'est en lisant les écrits du lieutenant-colonel Cyril Hughes qui avait, lui-même, trouvé une lettre d'un homme cherchant désespérément son fils après la guerre que l'idée du film a éclos. La promesse d'une vie partait avec une belle matière et un sujet intense. Il jouera finalement beaucoup avec le côté larmoyant de ce récit sans nécessairement apporter de la profondeur. Certains propos du film ne sont pas amenés de la plus subtile des manières. L'histoire d'amour naissante reste le meilleur argument. Frisant la lourdeur, le mot prévisible n'est même plus à la hauteur pour décrire ce passage qui fort heureusement reste minime.

La promesse d'une vie ne sera pas le film qui résumera de la plus belle des façons cette tragique période.

L'image est quant à elle très jolie. Malgré l'horreur qui règne à l'écran, elle apporte une certaine beauté presque poétique. Légère et dramatique au moment approprié, elle se place à la hauteur de l'histoire. Les acteurs suivent bien le rythme également. Tous très impliqués dans le projet, ils apportent un atout à ces personnages complexes et détruits par la guerre. Hormis quelques séquences irréprochables, La promesse d'une vie ne sera pas le film qui résumera de la plus belle des façons cette tragique période. Russell Crowe ne s'est visiblement pas inspiré de ses meilleurs films en tant qu'acteur pour sa première réalisation. Cependant, le film instruit et Russell Crowe peut se vanter d'avoir choisi une histoire peu évidente à raconter sans tomber dans les clichés. Chose qu'il n'a malheureusement pas réussi à éviter. 

Informations

Détails du Film La promesse d'une vie (The Water Diviner)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Guerre
Version Cinéma Durée 111 '
Sortie 15/04/2015 Reprise -
Réalisateur Russell Crowe Compositeur David Hirschfelder - Ludovico Einaudi - Lisa Gerrard - Richard Tognetti
Casting Russell Crowe - Olga Kurylenko - Yılmaz Erdoğan - Cem Yılmaz
Synopsis La Promesse d'une vie est une épopée d’aventures se déroulant en 1919, 4 ans après la terrible bataille des Dardanelles, dans la péninsule de Gallipoli. Un paysan australien, Joshua Connor se rend en Turquie à la recherche de ses trois fils portés disparus. Malgré les barrages de la bureaucratie militaire, sa détermination ne fléchit pas. Il est d’abord aidé par la belle Ayshe, la propriétaire de l’hôtel dans lequel il séjourne à Constantinople, puis par un officier turc ayant combattu contre ses fils. Pour découvrir la vérité et enfin trouver la paix intérieure, Joshua, accompagné du Commandant Hasan, est contraint de sillonner un pays ravagé par la guerre où la frontière entre le Bien et le Mal n’est plus si nette et l’ennemi si clairement identifiable.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques