Critique Le Président (The President)

Le Président
Le Président commence tels un conte, une fantaisie d’antan dans un pays imaginaire.

Verdict Note : Maladroit sur de nombreux points. Maladroit sur de nombreux points.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Le Président commence tel un conte, une fantaisie d’antan dans un pays imaginaire. Dans ce pays imaginaire y règne le Président, ou Sa Majesté, pour son entourage. Devant sa vue panoramique, il observe de son regard de fer son pays, ses terres. Devant lui, son petit-fils s’amuse et s’impatiente dans le souhait d’une glace. Dans le besoin de le calmer, ce grand-père dictat lui joue un tour de magie. Il allume et éteint les lumières de son royaume devant les yeux ébahis du petit garçon. Mais tout d’un coup, les lumières ne se rallument plus.

Mohsen Makhmalbaf, réalisateur engagé iranien, met en scène une fable contemporaine impliquant un dictateur et son petit-fils. Dans cette révolution qui secoue le pays d’un seul coup, le réalisateur fait référence au printemps arabe et à toutes les secousses supportées par le monde actuellement. Souhaitant pointer son regard sur la violence entourant ses événements, il y implique donc ses personnages au potentiel émotionnel fort. L’impression de partir vers un voyage initiatique, vers un conte démêlant l’homme dans sa nature véritable et les liens familiaux, l’amour entre un grand-père et son petit-fils est papable, visible par bribes. Mais Mohsen Makhmalbaf braque sa caméra ailleurs, vers tout et rien. On se demande continuellement où le réalisateur veut en venir avec ces deux personnages en fuite, quel est le but autre que d’atteindre la mer ?

Une fable moderne et violente perdant toute saveur dans l'errance inextricable de ses deux protagonistes principaux.

Dans cette échappée belle, le lien entre le grand-père et son petit-fils n’évoluera point. L’amour est présent dès le premier instant. On sent le lien, l’amour d’un grand-père en dépit du fait de sa posture tyrannique. De ce lien indéfectible, on n’en sentira presque rien tout au long du film. Alors, notre regard se porte sur l’évolution en tant qu’homme du Président. Même constat flagrant du fait que l’homme essaye constamment de se cacher, de se grimer, malgré la bonté parfois de ses actes (l’aide portée aux torturées). Ce qui choque, c’est la posture statique de l’histoire du Président. Que cherche finalement Mohsen Makhmalbaf  ? Il faudra chercher dans l’atmosphère, les à-côtés du parcours du Président et son petit-fils, la violence sans répit, comme cette scène dramatique à un barrage où une jeune mariée se fait violer par un soldat, ou la mort d’une femme et ses enfants devant les yeux du jeune garçon.

En dépit de sa posture de conte moderne et violent, Le Président ne communique aucun message préétabli. On se retrouvera alors à errer dans un pays en guerre en compagnie d’un vieux dictateur et son petit-fils. On les suivra sans déplaisir, mais sans passion, sans ce moteur émotionnel à nous emporter le cœur vers un drame écrit d’avance. Jamais nous ne serons emportés par une empathie tragique dans cet épilogue ubuesque, la révolution se marchant sur les pieds, perdus dans le non-sens des prises de position. Tout à l’image du film, les intentions seront loin d’être évidentes.

Informations

Détails du Film Le Président (The President)
Origine France - Angleterre - Allemagne Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie Dramatique
Version Cinéma Durée 119 '
Sortie 18/03/2015 Reprise -
Réalisateur Mohsen Makhmalbaf Compositeur Kvicha Maglakelidze - Guja Burduli - Tajdar Junaid - Daler Nazarov
Casting Dachi Orvelashvili - Misha Gomiashvili - Guja Burduli - Ia Sukhitashvili
Synopsis Le Président et sa famille dirigent leur pays d’une main de fer, profitant d'une vie luxueuse pendant que ses sujets vivent dans la misère.Du jour au lendemain, un violent coup d’état met fin à cette dictature et le Président devient l’homme le plus recherché du pays. Avec son petit-fils de 5 ans, il tente alors de rejoindre la mer où un navire les attend pour les mettre hors de danger. Grimés en musiciens de rue, ils se retrouvent confrontés à la souffrance et à la haine que le Président a suscité….

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques