Critique Le Manoir de la Terreur (Horror)

La Manoir de la Terreur
Le Manoir de la Terreur est un film qui ravira surtout les amoureux du genre gothique des années 60 et 70. Alberto De Martino signe ici une très belle pièce.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Afin de célébrer au mieux sa dixième année, Artus Films mettent les petits plats dans les grands. Ce mois-ci, leur collection gothique s’agrandit avec un film adapté de l’œuvre du maître en la matière, Edgar Allan Poe (La Chute de la Maison Usher en particulier). Arrivé en plein âge d’or du cinéma gothique italien (en dépit du fait que ce soit une production italo-espagnole), Le Manoir de la Terreur raconte le retour au château familial de la jeune Émilie à l’aube de ses 21 ans. Elle est très vite prise de cauchemars. Elle voit un homme défiguré qui cherche à la tuer. Elle apprendra que son père supposé mort ne l’est pas, et qu’en réalité il essaiera de la tuer avant son anniversaire afin d’enrayer une certaine malédiction qui plane au-dessus de sa famille.

Alberto De Martino offre des séquences à couper le souffle.

Alberto De Martino (Holocaust 2000, Blood Link, Formule Pour un Meurtre) opère une réalisation au diapason. Tous les codes classiques propres au cinéma gothique transparaissent dès l’ouverture du film. Des costumes d’époques, un château oppressant mis en valeur par un orage, une apparition mystérieuse, une musique mettant à mal les cordes de violons…Le Manoir de la Terreur s’ouvre sous les meilleurs auspices. Au casting du film, on retrouvera bien évidemment le grand Gérard Tichy. Valeur sûre du péplum et du western (Les Sept Gladiateurs, Le Docteur Jivago, Cent Mille Dollars Pour Ringo, réalisé par De Martino également), Le Manoir de la Terreur devient un parfait terrain de jeu pour celui qui interprète Rodrigue, l’ainé de la famille. Et il faut dire qu’en termes de terrain de jeu, Le Manoir de la Terreur offre de jolis endroits. Entre la tour inquiétante du château et la chapelle froide et morose, Alberto De Martino offre des séquences à couper le souffle. On retiendra les scènes où notre héroïne est sous une emprise hypnotique qui sont d’une beauté et d’un onirisme ahurissants. Le film rend parfaitement hommage à l’univers d’Allan Poe. Il ne faut pas oublier également le troisième acte du film. Repris dans maintes productions, de Fulci à Tarantino, le concept mis en place lors de la séquence d’enterrement relance l’intrigue d’une manière prodigieuse. Le scénario s’est bien gardé d’abattre toutes ses cartes. Le film s’appuie sur une construction faite d’uniquement que de faux-semblants. On appréciera donc son ultime révélation, preuve que l’art du twist final dans le film de genre avait déjà son importance dans les années 60.

Le Manoir de la Terreur est un film qui ravira surtout les amoureux du genre gothique des années 60 et 70.

Grand passionné de musique, lui qui rêvait de monter un groupe de jazz avec Lucio Fulci et Antonio Margheriti, Alberto De Martino soigne sa bande originale avec minutie. Il sait parfaitement à quel moment utiliser tel ou tel thème. La musique du Manoir de la Terreur est réellement un élément important de l’intrigue, pour ne pas dire le personnage le plus essentiel de l’histoire. On frissonnera toujours au moment précis où son réalisateur aura décidé que nous devons le faire, à la détonation orageuse près ! Unique œuvre gothique signée Alberto De Martino (il embrassera surtout une carrière faite de westerns et de giallii), Le Manoir de la Terreur n’a absolument pas à rougir de sa posture d’outsider devant l’éternelle grande firme du gothique qu’est la Hammer. Il y a un penchant très net pour l’œuvre de Gaston Leroux qui se dégagera du film notamment par le côté fantomatique et fantasmagorique de la silhouette et posture du père cachant son visage brûlé derrière une longue capuche. Le Fantôme de l’Opéra demeurera, de toute façon, l’une des références les plus grandes en ce qui concerne les mythes fantomatiques de ce genre d'œuvres. On ne peut que vous conseiller de vous ruer sur Phantom of the Paradise, qui restera, à nos yeux, l’une des plus grandes adaptations du roman de 1910.

Le Manoir de la Terreur est un film qui ravira surtout les amoureux du genre gothique des années 60 et 70. Les fans de Mario Bava s’en donneront à cœur joie de découvrir cette histoire aux multiples références et loin d’être si bête qu’elle n’y paraît. Alberto De Martino signe ici une très belle pièce et qui pointe désormais fièrement le bout de son nez chez Artus.

Informations

Détails du Film Le Manoir de la Terreur (Horror)
Origine Espagne - Italie Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Horreur - Epouvante
Version Cinéma Durée 90 '
Sortie 20/05/1966 Reprise -
Réalisateur Alberto De Martino Compositeur Carlo Franci - Giuseppe Piccillo
Casting Helga Liné - Gérard Tichy - Leo Anchoriz - Ombretta Colli - Iran Eory - Harry Winter
Synopsis De retour dans son étrange château familial, Emily Blackford est partagée entre la distance de son frère et les secrets bien cachés de la gouvernante. Mais il semble que ces derniers ne soient pas les seuls habitants de la demeure, le père de famille, décédé tragiquement dans un incendie, est décidé à venger sa mort.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques