Critique American Sniper

American Sniper
American Sniper est un film Eastwoodien pure souche, une histoire que seul Le Maître de Guerre avait la vision nécessaire, adéquate pour la mettre en scène.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Depuis 7ans, ce drapeau flottant sur le perron de la maison blanche appartenant à Walt Kowalski, image d’un Harry Callahan à la retraite, était en berne. Le cinéma de Clint Eastwood n’avait plus réelle identité confortée dans l’académisme bien-pensant d’Hollywood entre biopic classieux objet à Oscar pour Leonardo Dicaprio (J.Edgar), petite virée fantastique complètement ratée (Au-delà) ou une adaptation d’un succès de Broadway avec un Jersey Boys qui fait tache dans la filmographie. Passé 80 ans, Clint Eastwood se cherche, essaie de ne pas réitérer l’éternel schéma réactionnaire d’un personnage taciturne, homme à la violence muette prête à éclater. Le western n’est plus à la mode depuis que la légende a enterré le genre avec le magnifique Impitoyable.

Alors, il s’impose le portrait d’une autre légende, loin des strass et des paillettes. Clint Eastwood plonge dans l’Amérique profonde pour chercher le véritable cowboy. Trop vieux pour ces conneries, Clint Eastwood transforme Bradley Cooper en bête, en une machine infernale et sans âme dans la majeure partie du film pour interpréter Chris Kyle, un tireur d’élite des Navy SEAL, envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d’innombrables vies humaines sur le champ de bataille et, tandis que les récits de ses exploits se multiplient, il décroche le surnom de "La Légende".

American Sniper est un film Eastwoodien pure souche, une histoire que seul Le Maître de Guerre avait la vision nécessaire, adéquate pour la mettre en scène. Clint Eastwood, de son calme froid, prend le temps de décrypter le personnage, bâtit d’une plume juste tout le caractère de l’homme Chris Kyle. Son enfance avec ce père intransigeant, dur, mais bienveillant. Puis sa jeunesse tel un cowboy bovin, buveur de bière dont les attaques d’Al Quaïda feront de lui un homme. Ce ne sera pas par les attaques du World Trade Center que Kyle verra son patriotisme grandir et s’enflammer, mais par les attaques en Tanzanie et Nairobi en 1998 près des ambassades américaines avec des enfants morts à la clé. L’attaque du World Trade Center sera une autre étape, dont le réalisateur aura la justesse de ne point appuyer. Le fait est présent dans le film, Chris Kyle est un combattant, un mercenaire au service de son pays.

American Sniper est un film Eastwoodien pure souche, une histoire que seul Le Maître de Guerre avait la vision nécessaire, adéquate pour la mettre en scène.

L’American Sniper devient vite une légende, une idole pour tous ses camarades. Chris Kyle rempile 4 fois pour finir sa mission, trouver Le Boucher et son pendant syrien à la solde des troupes irakiennes. Le jeu du chat et la souris se met en place, mais les situations se répètent indéfiniment sans réel relief et avancée narrative. Entre les pleurs de sa femme et ses combats sur le terrain, l’impression d’une redondance pour le genre se fait sentir, les 2H20 se faisant très longues. On se demande pourquoi Clint Eastwood s’enfonce dans ces banalités maintes fois vues, surtout que le réalisateur n’apporte rien de bien neuf. Sous l’emblème révélateur du Punisher, Eastwood continue de creuser le sillon du héros imbattable, figure patriotique et républicaine, punisseur de terroriste ayant attaqué sa terre et tuer son peuple. Un brin facile pour le metteur en scène de 84 ans, mais qu’attendre finalement de lui  ?

Car dans son épilogue où son héros, Chris Kyle, se repend et retrouve sa famille, il continue à être cette image bienveillante, cet homme bon, proche de sa famille retrouvée, père modèle et éducateur attentionné. American Sniper peut être vu alors, à l’image des livres adaptés, une œuvre de propagande pour une Amérique en quête de héros moderne. Qui de mieux que Clint Eastwood pour mettre en scène cette histoire s’inscrivant en adéquation avec toute sa filmographie, son meilleur film depuis Gran Torino, là où Walt Kowalski était un Chris Kyle à la retraite.

Informations

Détails du Film American Sniper
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame - Guerre
Version Cinéma Durée 120 '
Sortie 16/01/2015 Reprise -
Réalisateur Clint Eastwood Compositeur
Casting Kyle Gallner - Bradley Cooper - Sienna Miller - Jake McDorman - Luke Grimes - Billy Miller
Synopsis Le Navy SEAL Chris Kyle est envoyé en Irak avec pour unique mission de protéger ses frères d’arme. Sa précision sauve d’innombrables vies sur le champs de bataille, et à mesure que s’étendent les histoires de ses exploits, il gagne le surnom de « Légende ». Cependant, sa réputation grandit également derrière les lignes ennemies qui mettent sa tête à prix et font de lui une cible principale des insurgés. Il est également confronté à une autre bataille sur le front domestique : s’efforcer d’être un bon mari et un bon père depuis l’autre bout du monde. Malgré le danger, ainsi que la situation chez lui, Chris sert pendant quatre missions en Irak, personnifiant le credo des SEAL « ne laisser aucun homme derrière ». Mais de retour auprès de sa femme Taya Renae Kyle et de ses enfants, Chris découvre que c’est une guerre qu’il ne peut pas laisser derrière lui.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire
Commentaires sur " American Sniper "
  • blondie30

    blondie30 le 24/02/2015 à 08:33

    Eastwood a su garder un côté humaniste malgré les thématiques du film. Je pense notamment aux sujets tels que la participation des enfants dans la guerre ou bien les séquelles chez les anciens soldats. C'est en tout cas un très bon film d'action!

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques