Critique Discount

Discount
Discount est le premier film de Louis-Julien Petit, un ancien assistant-réalisateur, qui pour ses débuts, trouve en Discount le sujet presque parfait.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Certains films sortent au meilleur des moments, celui propice à l’entraide, à l’amitié, à l’humanité. En ces temps tristes et froids, cet hiver 2015 rude pour notre société et ses concitoyens, le divertissement peut être ce salut bienveillant à se rapprocher l’un de l’autre, ailleurs, au chaud, que dans une manifestation en soutien à Charlie Hebdo. En dépit de son utilité civique et humaine, le divertissement se doit de l’être à son niveau, à faire résonner dans nos cœurs la force réelle de l’humain, la solidarité. Alors, quand le divertissement se conjugue à la vie, cela donne l’éblouissement d’un long-métrage riche et bienveillant.

Discount est le premier film de Louis-Julien Petit, un ancien assistant-réalisateur, qui pour ses débuts, trouve en Discount le sujet presque parfait. On part une nouvelle fois sur les terres du Nord de la France, une région dévastée par le chômage et la pauvreté, dont le cinéma prend le pli d’y décortiquer le moindre fragment. La Part du Gâteau de Cédric Klapisch, Deux Jours-Une Nuit des frères Dardenne (le film se déroule en Belgique, mais porte à l’écran les mêmes maux que la région française) et autres sont la résultante d’une inquiétude palpable. Louis-Julien Petit tire pour sa part son histoire du fait ayant défrayé les médias en 2011. Caissière dans un hypermarché, Anne-Marie Costa avait été accusée de vol par sa hiérarchie pour avoir récupéré un ticket de promotion abandonné par un client. Une matière qui deviendra une péripétie pour le film et le personnage incarné par Corinne Masiero. Discount va bien plus loin que son simple fait divers de départ. Car le jeune réalisateur prend possession d’un hyper discount fictif et la petite vie de son personnel. Pour à peine 1000€ par mois, ils s’échinent à la tâche d’un magasin ne les prenant jamais en considération. Mise en concurrence des employés par un chronométrage des compétences en caisses, ils n’auront le droit d’à peine 1m34 pour aller aux toilettes. Entre restrictions de budget, les menaces de licenciement et la pression de leur directrice, la rébellion va se mettre en place.

Un premier long-métrage déchirant qui serre le ventre, empoigne le cœur pour ne plus le lâcher jusque ce dernier plan.

De cette dictature régissant les conditions de travail des employés et la menace de caisses automatiques, Gilles, Christiane, Alfred, Emma et Momo créent leur discount alternatif, un discount solidaire pour survivre à des licenciements planant au-dessus de leurs têtes et pour se venger de leur directrice, Sofia Benhaoui. Alors ils vont se servir dans les rayons à petite dose, mais surtout dans la benne, où le gaspillage alimentaire se fait par tonne chaque jour. Remplaçant la javel par de l’eau, ces citoyens vont se faire un devoir de sauver ces aliments et se sauver eux-mêmes. C’est alors, dans la grange désaffectée de Christiane, que l’on va voir la tristesse de notre monde, un élan populaire pour se nourrir à bas coût. Le cœur se serre devant ce plan large s’élevant sur l’arrivée par dizaine d’une population qui ne peut plus se nourrir correctement, même en discount. Le grand mot du long-métrage sera solidarité, une solidarité d’un groupe de mercenaire, de combattant prêt à se battre pour chacun d’entre eux, mais aussi pour leurs entourages.

Discount parle de la vie, du sens réel du mot humain que Louis-Julien Petit s’évertue à aller ressurgir sous les couches de merde avec lesquelles on vit chaque jour.

Sous ses airs de comédie populaire, Louis-Julien Petit met en scène un drame poignant, le drame d’une France qui dérive à petit flot, naviguant entre les petites vagues jusque la grande chute, celle dont on ne pourra se relever. Dans cet élan de solidarité, ce cri d’alerte que hurle vers tout le monde qui veut bien l’entendre, le réalisateur ne tombe jamais dans l’esbroufe d’un monde meilleur. En criant Tous Ensemble, il n’oublie jamais la réelle identité de notre monde (voir cette cliente devant la grange demandant un cappuccino à la place d’un café gratuit) et le réalisateur s’emploiera à ne jamais tomber dans l’extrême d’une histoire finement écrite. Outre l’histoire, c’est le portrait de ces 5 hommes-femmes qui sera crucial pour le spectateur. Les personnages existent à l’image de notre époque. Brisés par la vie, ils se battent par courage. Gilles prend soin de son père, Christiane croule sous les dettes, Etc.

Discount parle de la vie, du sens réel du mot humain que Louis-Julien Petit s’évertue à aller ressurgir sous les couches de merde avec lesquelles on vit chaque jour. C’est en décrivant l’homme et la solidarité qu’il est capable de créer que le réalisateur réussit son film, un premier long-métrage déchirant qui serre le ventre, empoigne le cœur pour ne plus le lâcher jusque ce dernier plan, ce sourire de Corinne Masiero heureuse.

Informations

Détails du Film Discount
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie - Drame
Version Cinéma Durée 105 '
Sortie 21/01/2015 Reprise -
Réalisateur Louis-Julien Petit Compositeur Chkrrr
Casting Olivier Barthelemy - Pascal Demolon - Zabou Breitman - Corinne Masiero - M'Barek Belkouk - Pablo Pauly - Sarah Suco
Synopsis Pour lutter contre la mise en place de caisses automatiques qui menace leurs emplois, les employés d’un Hard Discount créent clandestinement leur propre « Discount alternatif », en récupérant des produits qui auraient dû être gaspillés…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques