Critique La Famille Bélier

La Famille Bélier
La Famille Bélier est le film de la maturité pour Eric Lartigau. Jamais l’amour, le sens de la famille et des responsabilités n’auront été aussi magnifiés cette année au cinéma.

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Grand coup de promo pour La Famille Bélier qui bénéficie d’un label coup de cœur assuré autant à la télévision que dans les cinémas. Un film presque devenu événementiel à côté duquel il nous était impossible de passer. Paula, 16 ans, est l’unique membre de sa famille à ne pas être sourde. Elle est la personne indispensable au bon fonctionnement des affaires sociales de la ferme familiale. Jonglant entre ses études et les problèmes financiers et personnels de ses parents, elle va être confrontée à ce phénomène d’émancipation que tout le monde connaît un jour. En effet, poussée par son professeur de musique, qui voit en elle un talent incommensurable, elle va devoir choisir entre prendre son envol ou rester auprès des siens.

La Famille Bélier est le film de la maturité pour Eric Lartigau.

L’année 2014 touche pratiquement à sa fin, et d’une manière globale nous tenons réellement à tirer notre chapeau au cinéma français qui nous aura pleinement régalé cette année. Un vrai tour de force avec une émergence de jeunes réalisateurs et réalisatrices désireux de dépoussiérer celui qu’on assimile trop aux comédies beaufs et ringardes ou au cinéma d’auteur soporifique et nombriliste. La Famille Bélier montre clairement une envie de son auteur, Eric Lartigau, de s’extirper d’un cinéma populaire comique et/ou parodique dans lequel il s’était un peu trop enfermé (Prête-Moi Ta Main, Mais Qui a Tué Pamela Rose ?). On sent clairement l’œuvre de la maturité. Lartigau met à profit tout ce qu’il a expérimenté auparavant pour le sublimer au sein de son dernier métrage. On rira de bon cœur sans s’attendre à l’immense rafale émotive qu’il nous a préparée pour son apothéose. Lartigau nous mène en bateau, peignant le portrait d’une famille touchante, drôle et sincère sans jamais nous prévenir une seconde que la boîte de Kleenex bien rangée au fond du sac se videra à son apogée. Un coup de poker impressionnant pour une émotion riche et forte. Il est vrai que verser sa petite larme sur fond de Michel Sardou était un pari à risque. Seulement, l’interprétation inspirée de la jeune Louane Emera aura raison de n’importe quel cœur de pierre, même les plus réfractaires à Sardou ! Il faut dire que la benjamine d’une des éditions de The Voice était le choix le plus pertinent qu’on aurait pu avoir pour camper la jeune Paula. Avec sa démarche recroquevillée, ce petit bout de femme prendra progressivement son envol sous nos yeux ébahis. Paula est cette jeune femme qui n’a pas eu d’autre choix que d’entrer de plain-pied dans la vie adulte, et pour cause, elle est l’unique bouée qui maintient cette famille dans une vie sociale certaine. Elle entreprendra alors ce chemin inverse où son être redevient enfant et se découvrira véritablement femme au travers les émotions que procure sa voix. Une seconde naissance en somme. La jeune femme sortira alors de son silence et attrapera ainsi la clé de son envol.

La Famille Bélier mérite amplement ce coup de cœur qu’on lui octroie dans ces quelques lignes.

La Famille Bélier ne repose pas entièrement que sur les épaules de Louane Emera. Il faut souligner les interprétations habitées de François Damiens, Karin Viard et Eric Elmosnino. Les deux premiers forment un couple atypique où l’amour familial pose les bases de la fondation des liens forts qui les unissent. Force est de constater que même sans dire un mot, notre star belge joue les trublions d’une manière impressionnante. Malgré tout, il est ce patriarche observateur, un poil graveleux dans ses vannes, aimant et protecteur. Damiens s’offre probablement son plus beau rôle à ce jour. Il suscite autant l’empathie que la sympathie. Il est cet homme au franc-parler indélébile et fier de ne rien devoir à personne. Il n’aspire qu’à une vie simple où son handicap n’existe pas. Il est également la soupape qui régule le trop-plein d’amour qu’a besoin d’exprimer son épouse. Karin Viard transcende cette image de la mère qui a du mal à couper le cordon. Voir partir son enfant de la maison n’est jamais un moment réjouissant pour n’importe quel parent. Viard offre des scènes intenses, parfois vaudevillesques. Elle nous délecte d’une aura magnifique par son sourire ravageur et l’amour qu’elle transmet. Et n’oublions pas l’élément comique premier du film : le professeur de musique. Eric Elmosnino est une caricature franche, frontale et hilarante du bobo parisien de base crachant impunément sur la culture des campagnes. Voyant ses élèves comme un tas de bétail dégénéré, il titille notre boîte à zygomatiques. Il joue parfaitement des clichés qui incombent à son personnage. Le comic relief que génère son rôle sera le charbon qui mènera la locomotive de La Famille Bélier à bon port. Transporté par la musique, La Famille Bélier peut également se targuer de nous livrer une forme peu commune. Les scènes de dialogues en langage des signes s’intègrent extrêmement bien au récit. Le spectateur assimile parfaitement le fonctionnement si bien qu’on en vient à oublier que les acteurs ne parlent pas. Les émotions sont quadruplées, on ressent chaque mot nettement plus que si le film n’avait pas eu la particularité de nous immerger dans ce monde. L’immersion sera d’ailleurs totale au moment d’un pic émotif très fort où Lartigau nous confinera dans la peau d’un sourd-muet durant une ou deux minutes. Une expérience expérimentée lors d’une séquence tout aussi belle, cette année, dans Avis de Mistral, qui est ici poussée à son paroxysme. Par le biais de cette scène, Lartigau nous fait réellement bien comprendre que la surdité n’est, en aucun cas, un frein. Au contraire, c’est une porte inexplorée de notre psyché qui met lourdement à l’épreuve le reste de nos sens. Oui, La Famille Bélier est réellement un film sensoriel.

La Famille Bélier est le film de la maturité pour Eric Lartigau. Jamais l’amour, le sens de la famille et des responsabilités n’auront été aussi magnifiés cette année au cinéma. On ressortira de la salle extrêmement ému d’avoir vécu une si belle expérience. Le casting se dépasse tellement qu’on a réellement l’impression d’avoir vécu leur histoire pour de vrai. Et ne serait-ce que pour son épilogue, véritable summum de l’émotion à fleur de peau, La Famille Bélier mérite amplement ce coup de cœur qu’on lui octroie dans ces quelques lignes.

Informations

Détails du Film La Famille Bélier
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie Dramatique
Version Cinéma Durée 105 '
Sortie 17/12/2014 Reprise -
Réalisateur Eric Lartigau Compositeur Sacha Galperine - Evgueni Galperine
Casting François Damiens - Karin Viard - Eric Elmosnino - Roxane Duran - Louane Emera - Lucas Gelberg
Synopsis Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques