Critique La Mousson (The Rains of Ranchipur)

La Mousson
La Mousson est un beau film, une belle découverte aux bras de grands acteurs d’antan, des stars du classicisme cinématographique américain sublimées par un Cinémascope aux couleurs chatoyantes.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Le Cinémascope, l’Inde des années 30, Lana Turner, Richard Burton... La Mousson nous renvoie dans ce cinéma américain des années 1950, cherchant l’exotisme adéquat à faire voyager tout bon américain moyen pris dans un quotidien banal. Les soirs de cinéma étaient donc propices à l’évaporation du couple — du bureau pour le mari et la cuisine pour sa femme. Alors le divertissement faisait partir loin, très loin vers l’inconnu et le romantisme. Car le voyage était idoine avec l’amour entre deux grandes stars belles et charismatiques. Dans La Mousson réalisé par l’oublié Jean Negulesco, le film regroupe nombre de vedettes de l’époque  : Lana Turner, Richard Burton (encore sain de ne pas avoir rencontré Elizabeth Taylor) et Fred MacMurray.

Dans l’Inde des années 30, on retrouve de beaux personnages charismatiques, riches dont la vie est faite de voyage, d’hôtel, d’alcool et de sexe. Le fantasme d’une vie romancée est présent dès l’introduction, apte à capter le spectateur. Encore sous le joug des différentes colonies, l’Inde est propice à l’émerveillement et au Cinémascope. Enjôleur et exotique, on pénètre dans les beaux palais avec des personnages se montrant vite faillibles. Car, adapté d’un roman à succès de Louis Bromfield paru en 1937 et dont une première adaptation fût faite dès 1939 avec Tyrone Power, les personnages dont principalement Lady Esqueth est une femme volage, riche et indépendante d’un mari faible et quelque peu suiveur. Le personnage interprété par Lana Turner est une sorte de variation de femme fatale volage et impertinente, dérivé avant-gardiste de la jet-setteuse abonnée aux commérages certains, sorte de buzz de l’époque, favorisant sa place et sa réputation. Cette femme s’amourache d’hommes divers pendant que son mari pleure seul de son côté. Un tableau loin de nous être familier au regard des informations people de notre époque. Alors notre intérêt se porte curieux dans la première partie du film. On replonge dans ces grandes productions romanesques de notre enfance avec en prime une chasse au tigre tournant au drame. L’amour est au rendez-vous, la tromperie à tous les étages, le bal des grands acteurs en place et en total roue libre, faute à un véritable metteur en scène pour les diriger. Fred MacMurray est droit comme un pic entre deux verres avalés, on ne demande à Joan Caulfield que de se taire, mais c’est véritablement Richard Burton qui s’ouvre à nous. Jeune et beau, captivant par ces yeux clairs hypnotisant sa présence à chaque séquence, il revêt un maquillage forcé pour exprimer son rôle d’Hindou. Plutôt superficiel, mais rappelant la naïveté de ces productions d’antan, l’acteur se montre, encore très jeune à l’époque, pour une fois à l’aise devant la caméra, l’envoutant avec son turban sur la tête. Interprétant le docteur Safti, pierre angulaire du récit, il en sera même le grand héros lors d’un final catastrophe inattendue.

La Mousson est un beau voyage de cinéma, entre amour, tromperie, catastrophe et abandon.

Car de La Mousson du titre, en découlera une catastrophe climatique, une inondation gigantesque retranscrit de crédible façon par des effets de hautes volées. Les scènes sont violentes, terribles, les morts (tous indiens bien sûr!) sont captés avec âpreté servant le propos du film, à savoir le parcours de cette femme, qui par l’amour, va retrouver une certaine humanité dans son rapport avec les autres et elle-même.

La Mousson est un beau film, une belle découverte aux bras de grands acteurs d’antan, des stars du classicisme cinématographique américain sublimées par un Cinémascope aux couleurs chatoyantes.

Informations

Détails du Film La Mousson (The Rains of Ranchipur)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Aventure - Romance
Version Cinéma Durée 100 '
Sortie 22/08/1956 Reprise -
Réalisateur Jean Negulesco Compositeur Hugo Friedhofer
Casting Richard Burton - Fred MacMurray - Michael Rennie - Lana Turner - Joan Caulfield
Synopsis En Inde, dans les années 30. Le quotidien, ennuyeux et mesquin, d'une colonie d'européens installés à Ranchipur est perturbée par l'arrivée de Lord et Lady Esqueth. Lui est grossier, brutal et immensément riche. Elle est belle, racée, mais précédée d'une réputation sulfureuse. Lors d'une soirée, Lady Esqueth fait la connaissance du Major Rama Safti, chirurgien hindou est homme séduisant qui a étudié en Angleterre. La mousson éclate, d'une rare violence. Lors de la catastrophe qui en résulte, les caractères se révèlent.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques