Critique Sous X

Sous X
Sous X ne détient aucun message pédagogique, aucune vision moralisatrice manichéenne sur les actions du personnage. Petit à petit, Jean-Jacques se transformera en gangster sans foi ni loi, abreuvant le public d'un discours glauque apte à faire tourner...

Verdict Note : Monumentale Erreur ! Monumentale Erreur !

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

La banlieue redevient le décorum propice à l'expression artistique de cinéastes d'une nouvelle génération, ayant grandi avec ses tours de béton, lieu soi-disant moderne d'habitation de masse. Ses tours sont devenues les ghettos de la France, ces lieux de parcage d'une population moyenne française puis pauvre et étrangère. Ces lieux devenus communs à tout habitant des périphéries de grande ville sont le berceau du banditisme, plaque tournante de la drogue et autre formation terroriste.

Depuis La Haine de Matthieu Kassovitz, on compte nombre de films où la cité est un personnage à part entière. La Squale, Ma 6-T va cracker, Raï, Petits Frères ou dernièrement Bandes de filles ou Qu'Allah Bénisse la France. Sous X nous entraîne dans le « tiécar  », Jean-Jacques a passé 9 ans en prison pour braquage. À sa sortie, il retrouve le quartier où il a grandi, mais les choses ont changé… Le pays est en crise, les jeunes tiennent le business et ses anciens amis le pressent de reprendre ses activités… C’est peut-être pour Jean-Jacques le temps de se poser les bonnes questions. Mais il risque de basculer à nouveau lorsque Nassim, son ami rencontré en prison, fait appel à lui. À la croisée des chemins, Jean-Jacques est pris en étau entre ses contradictions : métis adopté par des blancs, converti à l’islam, attiré par deux femmes, tiraillé entre réinsertion et délinquance. Mais le problème de Sous X, c'est que Jean-Jacques ne va pas mettre longtemps à choisir.

Fondamentalement inintéressant !

Jean-Jacques, c'est le réalisateur et acteur principal, Jean-Marc Correia, nouvelle gueule patibulaire du cinéma français. Véritable tronche, l'homme se bâtit une carrière d'ombre imposante, second couteau dans tous les derniers (ou presque) films de genre français. On a vu l'acteur dans Nuit Blanche, 11.6, De Guerre Lasse ou dans La Ritournelle, De Rouille et D'Os ou dernièrement dans Samba. Des apparitions ou de la figuration, l'acteur marque l'écran par sa présence et sa lourdeur. Ambitieux, il passe la vitesse supérieure avec Sous X, polar noir niché dans le cœur d'une banlieue où le réalisateur se veut être Martin Scorsese ou Brian De Palma et/ou l'acteur Robert De Niro ou Al Pacino. Dans Sous X, il y a cette reprise de L'impasse. Jean-Jacques retourne dans son quartier après 9 ans de prison. Il souhaite se réintégrer, mais on lui laisse juste le choix de replonger. Enfin, il décide de plutôt replonger facilement dans le milieu du banditisme. Alors JJ se la joue Scarface, fait des aller-retour France-Espagne, organise des Go Fast et flingue des mecs pour venger ses amis.

Écrits de manière très lourde, les dialogues en ver-lent avec des punchlines injurieuses lassent et enlèvent tout charme à ce petit long-métrage au départ ambitieux. Mais Sous X, outre cette quête d'identité en filigrane, s'évapore vite à être une bande démo d'un homme y plaçant toutes les références cinéma de sa jeunesse. Tous les titres pré-cités sont dépouillés et vulgarisés pour permettre au réalisateur/acteur de démontrer que finalement c'est un mauvais acteur. Présence impressionnante certes, mais dès la prononciation des dialogues, ça devient une catastrophe. Déblatérant des dialogues ineptes, ils ne serviront jamais un récit faisant l'apologie du banditisme. Sous X ne détient aucun message pédagogique, aucune vision moralisatrice manichéenne sur les actions du personnage. Petit à petit, Jean-Jacques se transformera en gangster sans foi ni loi, abreuvant le public d'un discours glauque apte à faire tourner la tête de certains. Comme souligner dans le film, pourquoi allez se lever à 6 heures du matin, se faire chier en usine, quand avec le trafic on peut gagner un salaire par jour, faire la fête le soir, passer des vacances en Espagne et rouler en belles voitures ?

Facile, bête et méchant.

Sous X ne vole finalement pas très haut. Apologie de la violence et de la fainéantise, Sous X présente une pâle copie de Scarface, un personnage dont la réhabilitation est possible par son don au dessin et une rencontre pouvant se démontrer décisif, mais dont il ne fera rien. Alors, le spectateur tombera dans les pires clichés du banditisme et de personnages gangrénant notre société. Sous X est à éviter à tout prix, rien que pour le simple fait de ne pas devenir bête... et méchant.

Informations

Détails du Film Sous X
Origine France Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Action - Drame - Policier
Version Cinéma Durée 99 '
Sortie 14/01/2015 Reprise -
Réalisateur Jean-Michel Correia Compositeur
Casting David Saracino - Jean-Michel Correia - Karim Leklou - Anissa Alalli - Pierre Douglas - Lisa Livane - Mariama Gueye - Nizar Saïdi - Julie Saucerotte
Synopsis Jean-Jacques a passé 9 ans en prison pour braquage. A sa sortie, il retrouve le quartier où il a grandi mais les choses ont changé… Le pays est en crise, les jeunes tiennent le business et ses anciens amis le pressent de reprendre ses activités… c’est peut-être pour Jean-Jacques le temps de se poser les bonnes questions. Mais il risque de basculer à nouveau lorsque Nassim, son ami rencontré en prison, fait appel à lui. A la croisée des chemins, Jean-Jacques est pris en étau entre ses contradictions : métis adopté par des blancs, converti à l’islam, attiré par deux femmes, tiraillé en réinsertion et délinquance… la quête de ses origines lui permettra-t-elle de prendre un nouveau départ ?

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques