Critique Les Nuits D'Eté

Les Nuits D'Eté
Mario Fanfani brosse un doux film chaleureux sur les choix, les prises de position et la liberté d’être soi-même.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Révélé par la section Giornati Degli Autori (Venice Days) à la Mostra 2014 où il a remporté le Queer Lion, prix récompensant un film à thématique LGBT, Les Nuits d’été de Mario Fanfani est un long-métrage nous emmenant dans l’inconnu total. Ne sachant presque rien du film jusque sa découverte, le film nous amène à Metz en 1959, dans le milieu feutré de la bourgeoisie provinciale, dans une communauté de notaire et de politiques en pleine guerre d’Algérie. La tension est palpable, ce beau petit monde opportuniste et hypocrite se réfugie dans un conformisme à vomir, se cachant la face sur les exactions se déroulant l’autre côté de la méditerranée. Dans cette France raciste, mais calfeutrée dans son petit confort, Michel est un respectable notaire, apprécié de tous, ayant repris l’affaire familiale suite à la Seconde Guerre mondiale. Il forme avec sa femme Hélène un couple exemplaire. Le tableau serait banal si Michel ne dissimulait un lourd secret : tous les week-ends, il s’absente dans sa résidence secondaire, pour devenir Mylène sous le regard de Flavia, travesti expérimenté et ancien camarade de la drôle de guerre. Sous son influence, le lieu devient la Villa Mimi, point de ralliement d’une petite communauté d’hommes qui jouent librement à être des femmes…

Un film chaleureux sur les choix, les prises de position et la liberté d’être soi-même.

Le travestissement est actuellement un sujet de prédilection pour les metteurs en scène. Suite à la sortie d’Une Nouvelle Amie de François Ozon avec Romain Duris qui reprenait le rôle de sa femme disparue, Mario Fanfani installe ses Nuits d’été dans un temps lointain, une France puritaine (qu’il l’est toujours) en pleine mouvance politique. 10 ans avant Mai 68 et la volonté générationnelle de liberté, ces hommes se réfugient dans une demeure reculée pour se sentir libre d’être eux-même, se détendre en se sentant femme. Mais cette fonction du film à photographier des transformistes vivant dans une maison comme une femme au foyer, glané dans le livre photographique Casa Susanna paru il y a dix ans, Fanfani garde ces personnages comme un décor idyllique à décrire ce qui gravite autour d’eux. Ces hommes déguisés en femmes, ou devenus femmes, ne seront le pivot visionnaire de ce qui les entoure, comme ce jeune homme s’échappant avec eux pour éviter la guerre, ou les amis de Michel, des bourgeois racistes dont l’arabe n’est pour eux qu’un simple animal des montagnes. Fanfani nous montre cette ancienne France, celle dont les bribes ressortent en ces temps de douleurs et de crise. Notre France de 2014 n’est pas loin de celle de René Coty, cette communauté loin de tous les soucis ambiants.

Le transformisme n'est que le décors propice à scruter cette ancienne France conformiste et raciste.

Alors ce couple se montrera loin des aspérités souhaitées par cette société, Michel, promis à un bel avenir, sera rejeté, non pas pour ces tendances de transformismes, mais par la liberté prise de sa femme lors d’un discours anti-militariste. Dans le même temps, elle découvrira la tendance de son époux, et dans ce luxueux appartement, ils se redécouvriront pour une nouvelle vie libre.

Mario Fanfani brosse un doux film chaleureux sur les choix, les prises de position et la liberté d’être soi-même. Mais Les Nuits d’été sera surtout ce regard vers cette France d’antan, finalement très proche de la nôtre malgré les révolutions et l’évolution du temps. Les transformistes et transsexuelles se cachent toujours dans les cabarets la nuit, l’homosexualité fait encore et toujours débat, la liberté de l’homme à être n’est sempiternellement pas permis. Comme quoi, on ne change pas.

Informations

Détails du Film Les Nuits D'Eté
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame
Version Cinéma Durée 100 '
Sortie 28/01/2015 Reprise -
Réalisateur Mario Fanfani Compositeur Rodolphe Burger
Casting Guillaume De Tonquédec - Jeanne Balibar - Nicolas Bouchaud - Mathieu Spinosi - Serge Bagdassarian
Synopsis Metz 1959 Michel, un respectable notaire de province et sa femme Hélène, qui partage son temps entre les oeuvres caritatives et l'éducation de leur fils, forment un couple exemplaire. Le tableau serait banal si Michel ne dissimulait un lourd secret : tous les week-end, il s'absente dans sa résidence secondaire, pour devenir Mylène sous le regard de Flavia, travesti expérimenté et ancien camarade de la drôle de guerre. Sous son influence, le lieu devient la Villa Mimi, point de ralliement d’une petite communauté d’hommes qui jouent librement à être des femmes…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques