Critique L'affaire SK1

L'affaire SK1
Un polar ambitieux qui réussit le pari de condenser sept ans d'enquête en deux heures mais qui souffre d'un léger défaut de construction narrative.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Alexandre Coudray

Critique du Film

Dans les années 90 à Paris, il ne faisait pas bon d'être une belle femme. Guy Georges, surnommé le tueur de l'Est Parisien, a violé et sauvagement assassiné sept femmes entre 1991 et 1997 avant d'être arrêté en mars 1998. Il n'est donc pas étonnant que le cinéma français se soit penché sur l'enquête qui eut lieu sur ce tueur, le premier à avoir son code génétique répertorié dans les services de la police française.

L'affaire SK1 prend donc le parti de nous plonger au cœur de cette longue (sept ans) enquête ainsi que de nous montrer Guy Georges à son procès, défendu par une avocate qui veut voir l'homme derrière le monstre dépeint par les médias. En essayant de ne pas juger le personnage, le réalisateur et co-scénariste Frédéric Tellier veut toucher au plus près de la réalité. Le fait est que Guy Georges n'est qu'un être humain dont les pulsions l'ont poussé à commettre l'irréparable, le fait est qu'il était déjà passé entre les mailles de la police et le fait est que l'avocate se retrouve à défendre l'indéfendable.

Dense et ambitieux, L'affaire SK1 est un polar très intéressant à défaut d'être vraiment passionnant.

Ambitieux, le film parvient à condenser sept ans d'enquête en deux heures. En s'en tenant principalement aux événements majeurs de l'affaire, L'affaire SK1 se révèle être un film très intéressant. Très intéressant mais pas tout à fait passionnant non plus. La faute à une structure narrative éclatée qui nous fait revenir sans arrêt de l'enquête au procès, nous empêchant de nous plonger complètement dans la noirceur et la densité de cette traque policière qui a miné plus d'un moral. Si la partie centré sur le procès de Guy Georges est également intéressante, elle aurait méritée d'arriver à la fin, comme elle se doit, plutôt que d'intervenir dès le début du film. Mais tant pis pour nous, amateurs de polars sombres car L'affaire SK1 se veut plus que ça. C'est un film qui n'est pas agréable à voir mais qui s'impose comme le témoignage d'une époque pas si lointaine que ça mais pourtant si différente de la nôtre. Sans téléphones portables et sans ordinateurs pour centraliser les données, il n'est pas étonnant que l'enquête ait parfois piétiné. De l'aveu du réalisateur, L'affaire SK1 fait également office d'avertissement en nous montrant des crimes atroces commis par un être humain capable d'être adorable quand il le voulait.

Une des qualités du film est d'ailleurs de ne jamais diaboliser Guy Georges. Ce n'est pas le tueur de Seven, c'est juste un homme avec plus de violence en lui que la plupart des gens. Jamais centré sur le tueur, le scénario préfère nous laisser du côté des policiers ou des avocats dans un souci d'objectivité que le réalisateur souhaite conserver. Étant donné que l'ensemble est basé sur des faits réels, Frédéric Tellier se garde bien de juger ses personnages et se contente de nous montrer une version romancée de la vérité qui se veut être au plus près de la réalité. Très bien documenté, L'affaire SK1 est crédible de bout en bout et se suit parfaitement notamment grâce à la prestation de ses acteurs (en particulier Raphaël Personnaz en flic rongé par les meurtres et son enquête et Adama Niane, jouant Guy Georges en toute subtilité) mais il n'empêche qu'il lui manque une densité nécessaire à en faire une véritable œuvre aussi intense que passionnante. Le résultat est certainement de qualité mais malgré tout un peu décevant.

Informations

Détails du Film L'affaire SK1
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Drame - Policier
Version Cinéma Durée 120 '
Sortie 07/01/2015 Reprise -
Réalisateur Frédéric Tellier Compositeur Christophe La Pinta - Frédéric Tellier
Casting Olivier Gourmet - Thierry Neuvic - Raphaël Personnaz - Michel Vuillermoz - Nathalie Baye - Adama Niane - Christa Theret
Synopsis Paris, 1991. Franck Magne, un jeune inspecteur fait ses premiers pas à la Police Judiciaire, 36 quai des Orfèvres, Brigade Criminelle. Sa première enquête porte sur l’assassinat d’une jeune fille. Son travail l’amène à étudier des dossiers similaires qu’il est le seul à connecter ensemble. Il est vite confronté à la réalité du travail d’enquêteur : le manque de moyens, les longs horaires, la bureaucratie… Pendant 8 ans, obsédé par cette enquête, il traquera ce tueur en série auquel personne ne croit. Au fil d’une décennie, les victimes se multiplient. Les pistes se brouillent. Les meurtres sauvages se rapprochent. Franck Magne traque le monstre qui se dessine pour le stopper. Le policier de la Brigade Criminelle devient l’architecte de l’enquête la plus complexe et la plus vaste qu’ait jamais connu la police judiciaire française. Il va croiser la route de Frédérique Pons, une avocate passionnée, décidée à comprendre le destin de l’homme qui se cache derrière cet assassin sans pitié. Une plongée au cœur de 10 ans d’enquête, au milieu de policiers opiniâtres, de juges déterminés, de policiers scientifiques consciencieux, d’avocats ardents qui, tous, resteront marqués par cette affaire devenue retentissante : « l’affaire Guy Georges, le tueur de l’est parisien ».

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques