Critique Le Masque de Cire (M.D.C. - Maschera di cera)

Le Masque de Cire
Produit par Dario Argento profitant de son aura encore intact, Le Masque de Cire est un film se destinant à ce briscard de Lucio Fulci. Le maître de l’horreur transalpin écrit le script, le duo promettant des étincelles.

Verdict Note : Maladroit sur de nombreux points. Maladroit sur de nombreux points.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Se replonger 17ans après sa sortie dans Le Masque de Cire nous ramène à cette douce journée de rentrée estivale de 1997. Le long métrage de Sergio Stivaletti s’est vu offert à nous en VHS pour un anniversaire. Alors aux balbutiements de l’adolescence, la recherche d’adrénaline était presque constante à travers des péloches de toutes zones (horreur-gore-porno) pour une bande de Goonies que nous étions entre les journées dans le grenier l’hiver à nous faire peur et les aventures estivales dans les cabanes fleuries des espaces verts de la ville proche de chez nous.

Pour un public averti entre 12/16 ans.

Cette période fut la grande aventure du Saint-Graal en terme de cinéma, celui qui nous ferait tomber dans l’escarcelle de nuits blanches par les cauchemars subliminaux de figures horrifiques. Freddy s’est frotté à nous, tout comme Michael Myers ou Ghostface. Seul Jason arrivera bien plus tard, tout comme Regan MacNeill, invisible jusqu’à sa sortie étendue en DVD. Alors quelques pépites se sont posées comme des mouches à merde sur nos sélections et nos offrandes à la bande. Le Masque de Cire fait partie de ceux-là. Avec cette défigure trônant horriblement sur la jaquette et cette appréciation d’un univers baroque et sombre, la VHS fut très vite aspirée par le magnétoscope. Vu en tout et pour tout 2 fois dans notre vie, il faut se remettre dans les conditions naïves d’un enfant de 12 ans pour retrouver les saveurs infimes de ce film. Car passé outre les 16 ans, Le Masque de Cire sera cette déconfiture sanguinolente d’un petit film aux références passées et ringardes de l’époque de la Hammer avec cette Italie aux relents d’Angleterre victorienne, baroque, sombre avec cette silhouette ombrageuse rappelant opportunément Jack L’Éventreur.

Produit par Dario Argento profitant de son aura encore intact, Le Masque de Cire est un film se destinant à ce briscard de Lucio Fulci. Le maître de l’horreur transalpin écrit le script, le duo promettant des étincelles. Mais Fulci décède d’un infarctus le 13 mars 1996. Le projet est bien trop avancé pour l’annuler et Dario Argento place le maquilleur Sergio Stivaletti à la réalisation. Tout le long métrage respire l’aura de Lucio Fulci, œuvre craspec bien aidée par les effets gores du français Benoit Lestang promu maquilleur principal. Loin, très loin d’être un grand film horrifique, Le Masque de Cire nous emmène au début du siècle entre Paris et Rome. Le 31 décembre 1900 a Paris, un couple est massacré par un homme masqué pourvu d’une main mécanique, seule survivra leur fille Sonia. Quelques années plus tard à Rome, Sonia est embauchée par Boris Volkof pour travailler dans son musée des horreurs dans lequel sont reconstituées des scènes de meurtres et de sanglants passages mythologiques. Volkof est troublé par Sonia pendant que les meurtres et disparitions s’enchaînent au fur et à mesure que le nombre des morbides attractions du musée augmente.

Du gore, des gros nibards, Le Masque de Cire raviera tous les enfants en quête d'excitation et d'adrénaline, quitte à plomber leurs douces nuits.

Gamin, Le Masque de Cire peut être cette première proposition d’un univers où les allées du musée se montreront efficaces et cauchemardesques, la vision gore de membres arrachés, de têtes coupées, de cœurs extirpés et d’égorgements marqueront les esprits jeunes et sains d’adolescents. Ces jeunes têtes brûlées auront même le privilège d’ébats érotiques sympathiques, les donzelles et leurs généreuses poitrines y allant de bons cœurs et de bons souffles. Victimes certaines par la suite, elles se verront mettre en croix sur la machine des enfers, transformer en poupées de cire après s’être vidées de leur sang.

Alors les enfants, si papa et maman dorment et que vous avez accès à ce petit film oublié dans les méandres du cinéma italien, pour les moins de 16 ans, le plaisir sera certain de pouvoir assister aux déferlements gores et craspec du talent de trucage de Benoît Lestang et de quelques paires de seins en évidence prostrés au fond de votre canapé/lit, criant au génie à vos potes le lendemain après une nuit blanche certaine. Quelques années après, la redécouverte se fera quelque peu plus douloureuse.

Informations

Détails du Film Le Masque de Cire (M.D.C. - Maschera di cera)
Origine Italie Signalétique Interdit aux moins de 16 ans
Catégorie Film Genre Horreur - Epouvante
Version Cinéma Durée 99 '
Sortie 03/07/1996 Reprise -
Réalisateur Sergio Stivaletti Compositeur Maurizio Abeni
Casting Robert Hossein - Romina Mondello - Riccardo Serventi Longhi - Gabriella Giorgelli - Umberto Balli - Valery Valmond - Gianni Franco
Synopsis En 1913, à Rome, un nouveau musée de cire est ouvert. L'attraction principal de cet établissement est la reconstitution très réaliste d'horribles scènes de meurtre. Un jeune homme fait le pari qu'il peut passer la nuit au sein du musée. Le lendemain matin, celui-ci est retrouvé mort. Peu à peu, le musée attire les foules et des personnes disparaissent. Les statues de cire s'avèrent être de plus en plus étranges...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques