Critique Tammy

Tammy
Tammy est une comédie banale avec, malgré tout, certaines séquences hilarantes. Sans arrêt sur le fil du rasoir, il use son concept dès sa demi-heure passée, n’ayant plus grand-chose à nous offrir par la suite si ce n’est la belle présence...

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Première réalisation pour l’acteur Ben Falcone, Tammy a bénéficié d’une promotion hors-norme sur le sol américain. Sûrement du à son casting d’exception, Tammy a fait partie de ces comédies populaires qui ont été encensées par les journaux américains la jugeant comme une comédie satirique et sociale extrêmement forte, plaçant ainsi la barre de notre attente assez haute. Tammy vit une journée atypique qui va bouleverser le reste de sa vie : elle se fait licencier comme une malpropre et découvre que son mari la trompe avec leur voisine. Elle décide prendre la route aux côtés de sa grand-mère dans le but de se reconstruire et de goûter, enfin, à la liberté.

Il manque cruellement ce liant, ce petit truc en plus qui aurait permis de colmater le tout afin de rendre les propos intéressants.

Pour son premier long métrage, Ben Falcone a fait appel à des actrices charismatiques, jugez plutôt : Melissa McCarthy, Susan Sarandon, Toni Collette ou encore Kathy Bates. Un ensemble de valeurs sûres d’hier et d’aujourd’hui qui rend son film particulièrement attractif au-delà du petit buzz médiatique dont il a fait les frais. Tammy amorce une ouverture des plus folles. McCarthy crève l’écran par son jeu terriblement loufoque. Avec une ouverture en passe de concurrencer la cultissime scène de la vache de Fous d’Irène, Tammy démarre sur les chapeaux de roue pour mieux nous confronter aux successions incongrues que l’héroïne aura à affronter durant les dix premières minutes. Le décor se plante très efficacement : on aura droit à un road trip aux relents de Thelma & Louise et, d’ailleurs, la présence de Susan Sarandon y est pour beaucoup. Sans pour autant renouer avec le personnage qu’elle tenait chez Ridley Scott, elle en est même à des années-lumière, son rôle de la grand-mère alcoolique et désireuse de vivre une jeunesse perdue empreint de sexe déluré et débridé offre des scènes savoureuses. Seulement voilà, en dépit du fait que Tammy et sa grand-mère sont différentes, mais complémentaires, les situations dans lesquelles le scénario décide de les envoyer ne consolideront presque jamais les liens. Pourtant tout y était pour nous faire passer un agréable voyage : deux comédiennes charismatiques et talentueuses qui s’amusent comme des folles au sein d’une épopée délirante sur les routes de l’Amérique profonde. Il manque cruellement ce liant, ce petit truc en plus qui aurait permis de colmater le tout afin de rendre les propos intéressants. Car oui, les soucis qui se posent au fur et à mesure du voyage n’intéressent guère. S’il y a bien quelques séquences qui retiennent l’attention, notamment le braquage de Tammy qui est à hurler de rire, Ben Falcone se sent obligé d’en faire des tonnes. Si le concept fonctionne en ouverture pour mieux nous appâter, il s’use beaucoup trop vite et son abus constant finit par lasser indubitablement.

Tammy est une comédie banale avec, malgré tout, certaines séquences hilarantes.

Sans cesse sur le fil de rasoir, le comique de répétition du film aura raison des bons sentiments souhaités pour élever le débat. Ainsi les séquences tragiques feront l’effet d’un pétard mouillé. Pas une seule seconde nous n’entrerons dans une empathie quelconque pour qui que ce soit dans le film. Tammy se révèlera être une succession de sketches qui, pris à part, sont délectables, mais qui, mis bout à bout, seront quelque peu indigestes. On sent clairement la très jeune expérience du réalisateur fraichement converti. Et quand bien même il magnifie sa femme Melissa, il n’a clairement pas les épaules pour assurer le projet de bout en bout. On pardonnera cette indélicatesse puisque tout n’est pas à jeter non plus dans le film de Ben Falcone. On se demande juste pourquoi le film a suscité autant de plébiscites auprès de la presse américaine. Tammy est une comédie banale, quelconque, comme on en voit des dizaines et des dizaines chaque année débarquer du pays de l’Oncle Sam. Alors oui, McCarthy a un pouvoir comique transcendant, mais avec un tel potentiel dans le casting, c’est dommage de ne le voir réduit qu’aux talents de cette dernière. Qu’en est-il de Kathy Bates ? Pourquoi réduire la grande Toni Collette au rang de presque caméo ? Si le but était de montrer que le bonhomme a des connaissances dans le milieu, pour sûr que Ben Falcone sait charmer. Pour ce qui est de délivrer un film complet, ce n’est pas avec Tammy qu’il y arrivera.

Tammy est une comédie banale avec, malgré tout, certaines séquences hilarantes. Sans arrêt sur le fil du rasoir, il use son concept dès sa demi-heure passée, n’ayant plus grand-chose à nous offrir par la suite si ce n’est la belle présence indéniable de Sarandon et McCarthy. Pour sûr, Ben Falcone a encore du chemin devant lui. Il a déjà de bonnes idées, ne lui reste plus qu’à trouver le liant qui sublimera le tout.

Informations

Détails du Film Tammy
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie
Version Direct To Video Durée 92 '
Sortie 27/05/2015 Reprise -
Réalisateur Ben Falcone Compositeur Michael Andrews
Casting Susan Sarandon - Toni Collette - Dan Aykroyd - Kathy Bates - Gary Cole - Melissa McCarthy - Allison Janney - Sandra Oh
Synopsis Tammy, fraîchement licenciée d'un fast food, rentre chez elle pour y trouver son mari en train de flirter avec la voisine. Prenant ses cliques et ses claques, elle part séjourner chez ses parents et entreprend un voyage vers les chutes du Niagara avec sa grand-mère alcoolique. Tammy se retrouve alors baby-sitter malgré elle.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire
Commentaires sur " Tammy "
  • Tenia54

    Tenia54 le 09/11/2014 à 21:53

    "On se demande juste pourquoi le film a suscité autant de plébiscites auprès de la presse américaine".

    Euh, 24% sur 162 critiques d'après Rotten Tomatoes, pas vraiment un plébiscite.

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques