Critique Dead Silence

Dead Silence
Dead Silence, qui est sorti en 2007, est une œuvre efficace. Angoissant, bien joué et très bien réalisé par James Wan, nul doute que les poupées n'ont pas fini de nous hanter.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Adélaïde Beau

Critique du Film

James Wan, l'homme qui effraie nos nuits nous avait laissés avec Saw, un brillant film d'épouvante réalisé sous forme de thriller. Le film vrillant parfois vers le gore, il avait finalement été interdit au moins de 16 ans. Le cinéaste revenait cette fois-ci avec un film d'horreur beaucoup plus traditionnel. Traditionnel certes, mais efficace ! Ce long métrage met en scène un homme qui se retrouve contraint de revenir dans sa ville natale afin d'enquêter sur la mort mystérieuse de sa femme. Plus l'enquête avance, plus il réalise que le crime aurait bien pu être commis par le fantôme d'une ventriloque continuant à vivre à travers ses marionnettes.

James Wan voulait se faire plaisir et surprendre le spectateur avec un bon vieux film de fantôme.

James Wan voulait se faire plaisir et surprendre le spectateur avec un bon vieux film de fantôme. Effet réussi, car habitués à des films contemporains, il est toujours bon de nous rappeler nos peurs ancestrales, point d'honneur que se mettra Wan par la suite avec ses autres films de genre. Les fantômes ont un pouvoir effrayant. Sans être capable de les toucher ou de les voir, il faut malgré tout trouver une brillante idée afin de les combattre. Tâche peu évidente, donc. La notion de thriller dans le cadre d'une enquête donne un côté plus attrayant au film. Le réalisateur avait déjà réussi cette performance avec Saw. Il est évidemment essentiel d'avoir peur, mais l'astuce pour retenir l'attention des spectateurs est de rajouter des éléments qui nous tiendront en haleine jusqu'au bout. 

Des caractéristiques incontournables du genre sont bien présentes dans le film.

Dans ce cas, le suspense n'est pas immense, mais des caractéristiques incontournables du genre sont bien présentes dans le film dans le but de nous faire sursauter. Il est, d'ailleurs, indéniable de constater que les poupées dirigent le monde. Après Chucky ou plus récemment Annabelle, Dead Silence nous rappelle, à travers ses marionnettes, que ce sont des jouets diaboliques à garder loin des enfants innocents. Le concept du ventriloque est puissant. Cela donne un niveau davantage inaccessible au fantôme et par conséquent encore plus effrayant. Cette manière de contrôler les faits et paroles de quelqu'un est tout simplement pétrifiant. 

Pour Dead Silence, James Wan s'est entourée d'une grande partie de l'équipe de Saw. On retrouve, par ailleurs, un clin d'oeil à ce dernier avec la poupée de Jigsaw parmi les 101 poupées du film. On ne change, effectivement, pas une équipe qui gagne. Ainsi, Donnie Wahlberg retrouve le cinéaste qui l'avait déjà dirigé dans Saw. James Wan lui offre le même genre de rôle, celui d'un détective. Les comédiens sont crédibles dans leurs rôles respectifs et nous permettent de rentrer immédiatement dans le film.

Dead Silence, qui est sorti en 2007, est une œuvre efficace. Angoissant, bien joué et très bien réalisé, nul doute que les poupées n'ont pas fini de nous hanter.

Informations

Détails du Film Dead Silence
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Thriller - Horreur - Epouvante
Version Cinéma Durée 90 '
Sortie 21/07/2007 Reprise -
Réalisateur James Wan Compositeur Charlie Clouser
Casting Donnie Wahlberg - Bob Gunton - Ryan Kwanten - Amber Valletta
Synopsis Un homme revient dans sa ville natale pour enquêter sur la mort mystérieuse de sa femme. Au fur et à mesure de ses recherches, il apprend que ce meutre pourrait avoir été commis par le fantôme d'une ventriloque continuant à vivre à travers ses marionnettes...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques