Critique Cold in July

Cold in July
Cold in July démontre définitivement que Jim Mickle est un réalisateur qu’il va falloir suivre avec sérieux. Un thriller sous haute tension ambiancé par une bande originale au top. L’ultime claque de 2014 arrive le 31 décembre ! 2015 n’a qu’à...

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

À la tête d’une filmographie composée d’uniquement quatre longs métrages, Jim Mickle est déjà un nom qui parle. Non content de nous avoir servi un film d’horreur d’une classe certaine il y a quelques mois avec We Are What We Are, il s’attaque à un autre genre avec Cold in July. Adaptation du roman Juillet de Sang de Joe R. Lansdale, Cold in July se targue d’une solide réputation avant même sa sortie dans nos salles notamment grâce à son parcours remarqué dans divers festivals. Nous sommes dans le Texas en 1989. On y fait la connaissance de Richard, honnête citoyen sans histoire, qui abat un homme ayant pénétré dans sa maison. Alors que la ville considère son acte comme héroïque, il a du mal à accepter son geste. Pire que tout, il se rend compte que le signalement de sa victime, révélé par la police, ne correspond en rien à l’homme qu’il a tué. Harcelé par Russel, le père de ce dernier, qui cherche à se rendre justice, il va alors tenter de le convaincre que ce n’est pas son fils qui a été enterré. Les deux hommes vont s’allier à Jim Bob, policier et ami de Russel, afin d’éclaircir cette affaire dont ils sont loin de se douter de l’issue. Un univers empreint d’ultra-violence les attend.

Cold in July est un vrai film coup de poing.

Cold in July s’appuie sur un trio de tête surpuissant. Michael C. Hall s’offre un premier grand rôle au cinéma depuis qu’il a fait ses adieux à son personnage de Dexter Morgan à la télévision. Méconnaissable avec son horrible coupe de mulet, il incarne le parfait citoyen modèle tentant de vivre son American Way of Life dans une région lui offrant une vie plus que modeste. Père de famille aimant, le meurtre qu’il a perpétré le hante. Le comédien offre des scènes de tension palpables d’une haute ténacité, très loin du sang froid dont il faisait preuve dans Dexter. C’est un homme avec une violence interne certaine, mais doublée d’une grande timidité. Introverti, il aurait souhaité que tous ces événements ne lui arrivent pas. Ce qui est tout le contraire de Russel campé par un impressionnant Sam Shepard. Impulsif, machiavélique, violent…on sent qu’il attendait de pied ferme qu’un drame survienne dans sa vie afin de trouver une raison valable de céder à ses pulsions. Antithèse parfaite du personnage de Michael C. Hall, les deux hommes font très vite la paire. Don Johnson sera le régulateur des deux personnages. Condensé des qualités et vices des deux autres, il a parfaitement conscience de l’affaire dans laquelle ils s’embarquent. D’un drame social poignant, Mickle fait basculer son film vers le thriller transpirant la crasse, la bière et la violence brutale. Induisant des propos proches de Tesis et 8MM, l’enquête prend une ampleur tout autre lorsque l’on découvre à qui, et à quoi, le trio va se frotter. C’est ainsi qu’on comprend également pourquoi Mickle ancre ses propos en 1989, époque où la vidéo est en pleine expansion. La vidéo aura une place prépondérante aux raisons choisies pour conclure un troisième acte d’une violence implacable.

L’ultime claque de 2014 arrive le 31 décembre !

Techniquement parlant, Cold in July assure tout autant que son casting. Jim Mickle sait réellement mettre en scène. Il offre des cadres vraiment intéressants. À mi-chemin entre le film d’auteur et le thriller quelconque, sa réalisation est étonnante. Il offre un regard frais dans un conglomérat d’autres films de genre qui, même s’ils divertissent, n’atteignent pas une telle virtuosité dans les finitions. S’il ne fallait garder que trois thriller aussi prenants cette année, pour sûr que Cold in July aurait clairement sa place aux côtés de Gone Girl et Big Bad Wolves. Avec son image extrêmement léchée et son casting impressionnant, n’oublions pas de mentionner également sa bande originale qui nous a charmés de toutes les parcelles de notre corps. Non seulement les morceaux employés pour la bande-son ne font aucun anachronisme avec l’époque d’où se déroule l’histoire, mais la véritable force se ressent dans les morceaux originaux composés par Jeff Grace. Au détour de quelques thèmes larmoyants, le bonhomme nous sert une ambiance globale aux inspirations John Carpenterienne. Les synthés sont en furie offrant une ambiance détonante faisant apparaitre une farandole de petits cœurs dans nos yeux. L’achat de la BO se révèle plus qu’indispensable pour quiconque s’est déjà intéressé au travail de Big John. Comble qui prouve que Cold in July est un vrai film coup de poing, Mickle laissera le spectateur ahuri après une ultime déferlante en ramenant paisiblement Michael C. Hall à son point de départ. Le contraste entre le personnage du début et celui de fin, allongé dans son lit, n’a clairement plus la même saveur. Maîtrise émotionnelle au summum, puisant son inspiration dans les meilleurs films de genre des 80’s, il conclura avec un morceau glam rock puissant accentuant un amour colossal pour son projet jusqu’à la toute dernière lettre du générique. Cold in July est déjà disponible en vidéo par-delà nos frontières, il est une potentielle forte victime de téléchargements illégaux auxquels on vous supplie de ne pas céder tant la gifle vécue mérite amplement sa place de cinéma.

Cold in July démontre définitivement que Jim Mickle est un réalisateur qu’il va falloir suivre avec sérieux. Un thriller sous haute tension ambiancé par une bande originale au top. L’ultime claque de 2014 arrive le 31 décembre ! 2015 n’a qu’à bien se tenir !

Informations

Détails du Film Cold in July
Origine Etats Unis - France Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Thriller - Drame
Version Cinéma Durée 109 '
Sortie 31/12/2014 Reprise -
Réalisateur Jim Mickle Compositeur Jeff Grace
Casting Don Johnson - Sam Shepard - Michael C. Hall - Wyatt Russell - Vinessa Shaw - Nick Damici
Synopsis 1989. Texas. Par une douce nuit, Richard Dane abat un homme qui vient de pénétrer dans sa maison. Alors qu’il est considéré comme un héros par les habitants de sa petite ville, il est malgré lui entraîné dans un monde de corruption et de violence.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques