Critique Le Temps des Aveux

Le Temps des Aveux
Pour Le Temps des Aveux, le metteur en scène français s’attache à l’histoire de François Bizot, un ethnologue français capturé par les Khmers rouges. Détenu dans un camp perdu dans la jungle, Bizot est accusé d’être un espion de la CIA.

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Régis Wargnier aime les contrées lointaines, le souvenir de terres sous tension dont les tremblements de l’histoire humaine fait jaillir en lui des récits ambitieux, seul ou presque à faire ce cinéma en France. Après avoir doucement foulé la terre française avec La Ligne Droite, petit film dans une immense filmographie, Régis Wargnier repart à la conquête du passé et colonise de sa caméra le Cambodge des années 70. Pour Le Temps des Aveux, le metteur en scène français s’attache à l’histoire de François Bizot, un ethnologue français capturé par les Khmers rouges. Détenu dans un camp perdu dans la jungle, Bizot est accusé d’être un espion de la CIA. Sa seule chance de salut, convaincre Douch, le jeune chef du camp, de son innocence. Tandis que le français découvre la réalité de l’embrigadement des Khmers rouges, se construit entre le prisonnier et son geôlier un lien indéfinissable.

Régis Wargnier porte un regard juste et détaillé sur la révolutions des Khmers Rouges

Adaptant les deux livres écrits par François Bizot sur sa capture et ses retrouvailles avec son geôlier bien des années après, Régis Wargnier donne cette impression de n’en avoir rien à faire de son personnage principal. Cinq années, un mariage et un enfant passe à la trappe d’une introduction éclaire, définissant plus rapidement son emprisonnement et le lien qui va naître sous nos yeux entre ce responsable de camp et Bizot. Incarner avec volonté et charisme par Raphaël Personnaz, son personnage ne sera malheureusement que le pivot pour le réalisateur à décrypter l’univers des Khmers Rouges, leurs vies replier dans la jungle et prendre le pouls de cette révolution majeure dans l’histoire du monde asiatique. De la jungle au confinement des réunions rebelles dans des baraques sombres, viendra bientôt le dépeuplement d’une capitale de 2 millions de personnes en deux jours par les forces révolutionnaires. Les pieds bien ancrés au sol, Régis Wargnier capte astucieusement cette épopée historique, empêchant toutes envolées narratives à prendre vie. Dans une vision très documentaire, le réalisateur appuie sa retranscription au détail prêt, quitte à procurer un ennui malvenu.

Le Temps des Aveux est un long-métrage ambitieux, mais ennuyeux, pris dans cette vision d'un metteur en scéne privilégiant son regard et sa volonté propre, abandonnant toutes émotions et déploiements à accrocher le spectateur.

De ce long-métrage fort ambitieux, l’esprit ira parfois chercher des similitudes avec le film de Jonathan Teplitzky, Les Voies du Destin, récit presque similaire et authentique inspiré de la véritable vie d’Eric Lomax, officier de l’armée anglaise qui pendant la Seconde Guerre mondiale, fut capturé par les Japonais. Il fut alors forcé de travailler sur la construction du pont de la rivière Kwaï. Des années plus tard, il souffre toujours d’un stress post-traumatique. Sa deuxième femme, Patricia Wallace, décidée à l’aider à surmonter ses démons, découvre que le jeune officier japonais qui hante sa mémoire est toujours vivant. En dépit de son questionnement désaliénant, Les Voies du Destin était une envolée plus puissante dans ce rapport de force entre le prisonnier et son geôlier. Émotionnellement tendu, il réussissait à nous renvoyer la détresse d’un homme pris dans le tourment des camps et des sévices subis, le hantant toute sa vie. Le Temps des Aveux, de par son approche presque anti-cinéma, se pose comme une alternative plus mesurée. Les moyens mis à disposition de Régis Wargnier seront utiles au déploiement de son regard sur cette partie tragique de l’histoire. Mais l’émotion est absente, dissoute dans cette posture volontaire de ne faire des personnages que de simples axes directionnels à emmener sa caméra dans les travers de ce pays et cette culture en mouvement. Un regard qui se respecte, une volonté intéressante parfois, mais qui déçoit et ennui au final.

Informations

Détails du Film Le Temps des Aveux
Origine France - Belgique Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Aventure - Drame - Biopic - Historique
Version Cinéma Durée 95 '
Sortie 17/12/2014 Reprise -
Réalisateur Régis Wargnier Compositeur
Casting Olivier Gourmet - Raphaël Personnaz - Phoeung Kompheak - Thanet Thorn
Synopsis Cambodge, 1971. Alors qu’il travaille à la restauration des temples d’Angkor, François Bizot, ethnologue français, est capturé par les Khmers rouges. Détenu dans un camp perdu dans la jungle, Bizot est accusé d’être un espion de la CIA. Sa seule chance de salut, convaincre Douch, le jeune chef du camp, de son innocence. Tandis que le français découvre la réalité de l'embrigadement des Khmers rouges, se construit entre le prisonnier et son geôlier un lien indéfinissable…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques