Critique Shining (The Shining)

Shining
Peut-être le film le plus abouti de Stanley Kubrick, Shining est une leçon magistrale de mise en scène qui ne peut laisser indifférent. Effrayant et glaçant, il permet à Jack Nicholson de trouver l'un de rôles les plus marquants, nous livrant une...

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par Alexandre Coudray

Critique du Film

Sans aucun doute l'adaptation cinématographique la plus célèbre d'un roman de Stephen King, Shining est peut-être le film le plus abouti de Stanley Kubrick, qui n'hésite pas à trahir le propos de l'écrivain pour en faire un film plus personnel et absolument effrayant.

Nous voilà donc, pauvres spectateurs, contraints de passer tout un hiver enfermés dans un hôtel luxueux dans les montagnes du Colorado en compagnie de Jack Torrance, de sa femme et de son fils. Écrivain au passé d'alcoolique, Jack a accepté d'être le gardien de l'hôtel pendant tout l'hiver, pensant que la tranquillité de l'endroit va l'aider à écrire. Que l'ancien gardien des lieux ait massacré sa femme et ses filles à coups de hache ne semble pas l'affoler plus que ça, il a besoin de calme et d'argent, il ne fait pas le difficile. Et comment faire le difficile quand on voit la splendeur de l'hôtel dont les longs couloirs permettent au jeune Danny de passer du temps à les arpenter sur son petit vélo ? Seulement voilà, Danny a le ''Shining'', un don de médium qui lui fait rapidement comprendre à grand renfort de visions sanglantes que l'hôtel est loin d'être aussi tranquille qu'il en a l'air...

Analysé sous toutes les coutures par des tas de cinéphiles, notamment dans le film Room 237, Shining passionne depuis sa sortie. Pour certains, il parle du génocide des Indiens d'Amérique, pour d'autres il parle carrément du fait que Kubrick aurait réalisé des prises de vues factices pour la NASA (notamment celle du premier pas sur la Lune). A force de trop tomber dans l'analyse, on en oublierait presque la nature première du film, qui s'avère être l'un des plus effrayants de l'histoire du cinéma.

Kubrick fait naître la peur en s'aidant d'un hôtel à la symétrie terrifiante, d'une musique à vous faire glacer le sang et offre à Jack Nicholson un rôle où toute la démesure de son jeu d'acteur frôle la démence et le génie.

Le premier coup de génie de Shining, c'est qu'il parvient à susciter l'horreur en pleine journée. Les décors intérieurs sont sans cesse éclairés par la lumière du jour et les extérieurs sont faits de neige immaculée. Jusqu'à présent, l'horreur venait de la nuit et de ses recoins sombres. Ici, Kubrick parvient à nous effrayer tout en ne nous cachant rien. Génie de la mise en scène, le réalisateur utilise la steadicam pour arpenter les couloirs de l'hôtel ou les allées du labyrinthe qui se trouve à l'extérieur. Grâce à la fluidité étonnante des mouvements de caméra, on se retrouve rapidement pris au piège de l'hôtel Overlook, à l'effrayante symétrie.

Aidé par sa mise en scène, le réalisateur fait monter peu à peu la tension et la folie de Jack qui se retrouve très vite dans le bar de l'hôtel à parler de ses soucis au barman et à recevoir des conseils de l'ancien gardien qui s'est « occupé » de remettre ses filles (des jumelles tout droit sorties d'une photographie de Diane Arbus) à leur place. C'est d'ailleurs dès la première scène où Jack se fait offrir un verre dans la salle de bal que l'on comprend que son état ne va pas s'améliorer. Et à ce propos, Shining ne serait pas le grand film qu'il est sans la prestation hallucinée de Jack Nichsolson. Si l'on peut saluer le travail de Shelley Duvall (dans un rôle ingrat) et de Danny Lloyd (qui, âgé de 6 ans, ne savait pas qu'il tournait dans un film d'horreur), c'est bien Nicholson qui porte le film sur ses épaules. Cabotinant comme seul lui sait le faire, il s'approprie de manière admirable et effrayante le rôle de Jack Torrance et nous livre une de ses meilleures interprétations, jouant la démence avec un tel niveau qu'il justifie à lui seul la vision du film.

Et pourtant Shining ne s'arrête pas qu'à Jack Nicholson, ce qui est le plus admirable dans le film, c'est la façon dont Kubrick laisse la peur s'installer. En évitant les effets de surprises usés jusqu'à la corde et l'obscurité pour suggérer la peur, le cinéaste démontre son talent, faisant de son film une véritable leçon de mise en scène. En effet, il nous prouve que c'est avant tout l'atmosphère et l'ambiance qui règne sur un film qui compte si l'on veut effrayer. Certes, il y a les visions de Danny, la femme dans la salle de bain de la chambre 237 et la folie meurtrière qui s'empare de Jack mais autant avouer tout de suite qu'on se sentait mal à l'aise depuis le début. Ce n'est pas seulement une question de mise en scène, c'est aussi une question de musique. Il n'y a aucun morceau rassurant dans Shining et le réalisateur pousse le vice jusqu'à utiliser une partition musicale stridente qui nous arrache des frissons rien qu'en l'entendant. Ce n'est pas juste me direz-vous mais c'est diablement efficace et le film n'a pas vieilli du tout. Il suffit de le (re)découvrir sur grand écran pour se rendre compte qu'il n'a pas fini de nous hanter et que les couloirs de l'Overlook ne vont pas quitter nos esprits de sitôt.

Informations

Détails du Film Shining (The Shining)
Origine Angleterre Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Thriller - Horreur - Epouvante
Version Cinéma Durée 146 '
Sortie 16/10/1980 Reprise -
Réalisateur Stanley Kubrick Compositeur Wendy Carlos
Casting Jack Nicholson - Danny Lloyd - Shelley Duvall
Synopsis Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Danny, qui possède un don de médium, le "Shining", est effrayé à l'idée d'habiter ce lieu, théâtre marqué par de terribles évènements passés...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques