Critique Evil Dead (The Evil Dead)

Evil Dead
Evil Dead témoigne d’une vraie création artistique, une pierre angulaire indétrônable du film d’horreur pour lequel ses défauts deviennent une très grande force. Sam Raimi entrait directement dans la cour des grands, s’inscrivant un nom au...

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Dans la série des grands classiques de l’horreur, le premier film de Sam Raimi tient une place à part dans le cœur des fans de cinéma bis. Tourné avec une bouchée de pain, Evil Dead représente l’aboutissement des travaux étudiants de son auteur. Film de potes avant tout, il posera des bases solides inhérentes à tout bon film d’épouvante qui se respecte. Cinq amis partent en week-end dans une cabane isolée au milieu des bois. Sur place, ils vont trouver un livre mystérieux dénommé le Necronomicon et une bande audio qui va réveiller un esprit malfaisant dans la forêt. Des démons vont alors prendre possession de certains de ces jeunes, obligeant les survivants à lutter pour sauvegarder leur vie.

Evil Dead est un classique indémodable, une œuvre puissante et artisanale dont le mauvais goût de ses effets en a fait une sacrée réputation.

Evil Dead est un classique indémodable, une œuvre puissante et artisanale dont le mauvais goût de ses effets en a fait une sacrée réputation. Ayant traumatisé toute une génération d’adolescents à sa sortie, ce premier film de Sam Raimi pose des bases fortes et fondatrices spécifiques au cinéma d’auteur. Tourné avec un budget dérisoire de 350 000 dollars (pour un bénéfice mondial de plus de 9 millions de dollars), Evil Dead est une œuvre de débrouille, un film artisanal. Tous les objets appartenant à son auteur sont mis à profit dans le but de faire le plus d’économies possible. Œuvre indépendante par excellence, l’image crade fait partie de la mythologie du film. Sam Raimi aime filmer la douleur en gros plan. Le spectateur est sans cesse au plus proche des corps, vivant la souffrance en permanence. À mi-chemin entre le film de zombie et de démon, Evil Dead, premier du nom, est un film d’horreur qui ne fait absolument pas rire. Sa bande sonore est terrifiante. Outre les voix des démons qui risquent de vous hanter pendant longtemps, il y a une atmosphère oppressante qui se dégage du film de Raimi. Toutes les conditions sont réunies pour conditionner le spectateur au sein d’une folie horrifique dont il ne sortira pas indemne, d’où la notion de culte évoquée par les fans.

Sam Raimi entrait directement dans la cour des grands, s’inscrivant un nom au marqueur indélébile au panthéon de l’horreur.

Côté casting, on sent clairement que c’est un film de potes. A l’image d’un Peter Jackson dix ans plus tard avec son Bad Taste, Raimi privilégie les effets-chocs à la profondeur de jeu. On ne peut pas vraiment dire que nous avons affaire à d’excellents acteurs, c’est même tout le contraire. C’est difficile de se replacer dans le contexte de l’époque, mais force est de constater que, malgré sa posture d’icône, Bruce Campbell reste celui qui tire vraiment le plus son épingle du jeu. Passé maître dans l’art de s’en tirer avec des films loufoques lui permettant de mettre à profit ses pitreries, sa première apparition à l’écran ici offre sûrement son unique performance emprunte de retenue. Loin d’être l’icône qu’il deviendra par la suite avec la saga, le personnage d’Ash est vraiment intéressant à analyser. Il synthétise l’ensemble des sentiments par lesquels toute personne amoureuse passerait dans l’idée d’accepter que sa fiancée n’est plus et qu’un monstre l’habite. Avec une ténacité dramaturgique proche d’une tragédie grecque, Sam Raimi n’offre aucun répit à ses héros contraints et forcés de lutter contre trois femmes possédées. On peut y noter une espèce de guerre des sexes louables dans une époque où la femme cherche à affirmer son indépendance. Sans pour autant parler de lutte féministe, c’est tout de même jouissif de voir la gent masculine en baver aux bras du dit « sexe faible ». Et question images fortes, Raimi n’y va pas avec le dos de la cuillère. D’un viol d’une intensité barbare perpétré par des ronces d’arbres maléfiques aux charcutages de tendons, Evil Dead est un summum de la violence, une œuvre graphique oppressante et impressionnante avec de la suite dans les idées qui ont permis de lui créer cette image culte qui lui sied plus que bien.

Evil Dead témoigne d’une vraie création artistique, une pierre angulaire indétrônable du film d’horreur pour lequel ses défauts deviennent une très grande force. Sam Raimi entrait directement dans la cour des grands, s’inscrivant un nom au marqueur indélébile au panthéon de l’horreur. Un chef d’œuvre culte qu’on ne se lasse pas de revoir.

Informations

Détails du Film Evil Dead (The Evil Dead)
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Horreur
Version Cinéma Durée 82 '
Sortie 24/08/1983 Reprise -
Réalisateur Sam Raimi Compositeur Joseph LoDuca
Casting Bruce Campbell - Hal Delrich - Ellen Sandweiss - Betsy Baker
Synopsis Cinq jeunes vacanciers s'installent dans une baraque au cœur d'une sinistre forêt. En descendant dans une cave lugubre, les deux garçons de la bande découvrent un vieux magnétophone qui, une fois remis en marche, émet une incantation magique. Laquelle réveille les forces du mal, déclenchant ainsi une horreur sans nom...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques