Critique Ninja Turtles (Teenage Mutant Ninja Turtles)

Ninja Turtles
Ninja Turtles s’impose comme une relecture moderne et relativement respectueuse des œuvres originales. Nos tortues préférées s’éclatent comme des folles ravivant notre fougue enfantine et comblant de bonheur la nouvelle génération. Jonathan...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Immense succès au box-office américain, et après la critique cinéma d'Adé jugeant un film paresseux et la critique cinéma de MLB évoquant une symbiose parfaite des éléments, nous n’avons pu résister à notre envie de vous parler à nouveau de Ninja Turtles, ce n’est pas tous les jours qu’on vous propose de vivre vos plus belles heures enfantines dans une ère technologique 2.0. Sous la houlette d’une production signée Michael Bay, Ninja Turtles est réalisé par Jonathan Liebesman, réalisateur du très bon Nuits de Terreur et ayant déjà bossé avec Bay sur Massacre à la Tronçonneuse : le Commencement, qui n’avait de commencement que son titre. Nous sommes plongé dans le New York moderne aux côtés de la journaliste April O’Neil, jeune débutante en quête de reconnaissance, qui va mettre la main sur le scoop du siècle lorsqu’elle découvrira qu’une bande de quatre tortues fait régner l’ordre dans l’ombre.

Ninja Turtles recrée parfaitement la plupart des éléments clés de l’histoire de nos tortues.

Après nous être replongés dans l’univers ces dernières semaines avec, notamment, la sublime réédition blu-ray des Tortues Ninja, nous étions fin prêts à reprendre une dose massive de Cowabunga et de pizzas. Ninja Turtles recrée parfaitement la plupart des éléments clés de l’histoire de nos tortues pour nous embarquer vers une aventure moderne de haute volée. Les enfants des 90’s risquent d’y trouver une jolie satisfaction puisque la mythologie de l’histoire n’a que très peu changé. Toutefois, il y subsiste deux points noirs au tableau de chasse de ce Ninja Turtles nouveau cru. Nous n’acceptons pas le fait que Splinter ait appris l’art du ninjitsu dans un livre. Son enseignement était nettement plus crédible dans le film de 1990 lorsque nous apprenions qu’il tirait son savoir de son maître Yoshi lorsqu’il était son rat de compagnie. Autre gros bémol, nous n’acceptons pas non plus le fait qu’April O’Neil soit en réalité la « mère » des tortues. En effet, nous apprenons dans le film que son père expérimentait un traitement sur les tortues et le rat dans le but d’y découvrir un sérum de régénération pendant que sa gamine s’amusait avec les animaux. Elle est à l’origine des personnalités de chacun, de leurs prénoms et de leur goût prononcé pour les pizzas. C’est beaucoup trop tiré par les cheveux, et enlève une sérieuse valeur paternaliste pour Splinter qui aurait dû garder sa place de père coûte que coûte. Qu’à cela ne tienne, Ninja Turtles est dédoublé d’une terrible efficacité que ces deux zones d’ombre ne viennent pas entacher le savoureux plaisir coupable qu’il y a à s’éclater devant cette vision moderne.

Ravoir de nouveau 5 ans c’est tellement bon !

Les tortues arborent un look nettement plus guerrier que celui qu’on leur connait. Imposants une stature impressionnante de près de deux mètres de haut avec une carrure approchant leurs 100 kilos bien trempés, on ne la ramène pas devant. L’abandon d’animatroniques au profit du numérique rend un résultat suffisamment propre pour y croire pleinement. Quel plaisir de donner une place importante à Raphaël, personnage le plus intéressant de la bande. Sa grande force et sa nature l’amenant à se battre quotidiennement contre ses démons intérieurs lui offrent des séquences qui nous auront presque donné la larme à l’œil. Oui c’est possible de verser sa petite larme devant Ninja Turtles ! L’enfant qui sommeille en nous a été lourdement gâté. Tous les éléments qui nous font adorer cette série animée et cinématographique sont remis en place dans le film de Jonathan Liebesman : une atmosphère noire dans un New York emplit d’insécurité, les vannes incessantes et drôles de Michelangelo, la sagesse de Splinter, un Shredder plus redoutable que jamais, des valeurs fraternelles solides…tout est rassemblé pour nous faire passer un moment de divertissement hautement qualitatif. Le cas Megan Fox est aussi solidement traité. S’il y a bien deux allusions à ses courbes généreuses (présents dans la bande-annonce), la jeune actrice démontre une présence implacable. Elle s’applique à nous servir une action perpétuelle et n’est en aucun cas la bombe sexuelle écervelée décrite par certains.

Ninja Turtles s’impose comme une relecture moderne et relativement respectueuse des œuvres originales. Nos tortues préférées s’éclatent comme des folles ravivant notre fougue enfantine et comblant de bonheur la nouvelle génération. Jonathan Liebesman sert une réalisation dynamique pour un blockbuster hautement calibré. Ravoir de nouveau 5 ans c’est tellement bon !

Informations

Détails du Film Ninja Turtles (Teenage Mutant Ninja Turtles)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Action
Version Cinéma Durée 100 '
Sortie 15/10/2014 Reprise -
Réalisateur Jonathan Liebesman Compositeur Brian Tyler
Casting William Fichtner - Megan Fox - Will Arnett - Alan Ritchson - Noel Fisher - Pete Ploszek - Jeremy Howard
Synopsis Tenez-vous prêts : quatre héros de légende vont bientôt faire parler d’eux à New York… Leonardo, le leader, Michelangelo, le beau gosse, Raphael, le rebelle et Donatello, le cerveau, vont tout faire pour défendre la ville de New York, prise entre les griffes de Shredder. Entre deux dégustations de pizzas (sans anchois, bien sûr) et un entraînement intense aux arts martiaux, prodigué par leur maître Splinter, ils vont accomplir leur destin, aidés par la courageuse reporter, April O’Neil.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques