Critique Samba

Samba
Samba est une comédie dramatique sociale dont la légèreté devient, parfois, son plus grand défaut. Eric Toledano et Olivier Nakache signent, toutefois, une œuvre assez forte pour nous faire réfléchir sur la condition de nos travailleurs émigrés....

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Trois ans se sont déjà écoulés depuis l’immense succès national d’Intouchables. Trois ans durant lesquels nous attendions un retour en force du duo Eric Toledano et Olivier Nakache. Samba réitère leur collaboration avec Omar Sy qui, cette fois-ci, plante un sénégalais émigré en France depuis 10 ans. Enchaînant les petits boulots pour tenter de subsister dans notre système le plus discrètement possible (il n’a pas de carte de séjour) et d’envoyer de quoi nourrir sa famille restée au pays. Pendant que lui se bat pour qu’on lui accorde le droit d’asile, Alice se bat pour retrouver sa personnalité perdue des suites d’un burn-out particulièrement virulent. Se reconstruisant en bénévolat au sein d’une association venant en aide aux personnes étrangères en situation d’irrégularité, elle croisera la route de Samba. C’est ainsi que démarre la quête de rédemption des deux personnages.

Pour Toledano et Nakache, on peut rire de tout, mais pas n’importe comment.

S’il y a bien une force maîtrisée par les deux réalisateurs, brillamment mise en exergue dans Intouchables, c’est l’idée qu’on peut traiter de sujets lourds avec une légèreté absolue. Pour Toledano et Nakache, on peut rire de tout, mais pas n’importe comment. Pari réussi avec brio il y a trois ans, cette nouvelle aventure se révèle un tantinet inégale. Samba offre, certes, de très beaux moments de comédie, seulement il sera sur un fil rouge continue qui peinera à oser aller s’aventurer plus loin. Ainsi le leitmotiv dramatique de la construction de l’œuvre se répète ad vitam aeternam pendant deux heures : on aborde un sujet ou une idée suffisamment grave, mais on détend de suite l’atmosphère derrière avec une vanne. Si le concept fonctionne pendant la majeure partie du film, on ne va pas se mentir, il est vraiment trop faible pour y subsister tout son long. C’est ainsi qu’on pourra rire jaune par moment. Les deux réalisateurs constatent la dure réalité de la vie pour nos travailleurs émigrés, jamais ils ne posent un regard moralisateur ou accusateur. Essayant d’ancrer leurs caméras au plus proche d’une réalité vraisemblable, ils en oublient, par moment, un travail de mise en scène qui peine à porter ses fruits. Enfermé dans une spirale qui semble sans fin, le personnage de Samba est intrigant, mais manque cruellement de profondeur. Tout du moins, on ne lui donne pas suffisamment de clés pour qu’il puisse explorer des pistes insoupçonnées pour régler ses problèmes. Et ce sera le cas pour tous les autres personnages d’ailleurs. On en vient alors à se demander si le film n’est pas un poil trop long pour ce qu’il a à raconter.

Samba est une comédie dramatique sociale dont la légèreté devient, parfois, son plus grand défaut.

Le casting, s’il ne frôle pas la perfection, reste tout de même plaisant. Omar Sy assure son job d’une main de maître. On regrettera le fort accent africain qu’il force tout le long du film. Enlevant une touche de crédibilité certaine à son jeu, d’ailleurs on se surprendra à l’entendre parler sans accent par moment, nous sommes convaincus qu’il était déjà suffisamment touchant pour ne pas non plus apitoyer son personnage dans un cliché exacerbé. En revanche, le coup de l’accent fonctionne à merveille pour Tahar Rahim puisqu’il a un sens particulier dans l’histoire de son personnage. D’ailleurs s’il y a bien un acteur qui crève l’écran dans Samba c’est Tahar Rahim. S’écartant de ses rôles dramatiques, il nous offre un bon nombre de séquences particulièrement savoureuses, l’entrée en matière de son personnage aurait été souhaitable nettement plus tôt dans le film. La très jeune Izïa Higelin possède déjà de solides bases pour une carrière prometteuse. Quelques facilités subsistent pour l’aider à amorcer son jeu, sa jeunesse fougue l’emporte sur le forçage de traits dont elle fait preuve parfois. Quant au cas Charlotte Gainsbourg, immense actrice et performeuse hors pair qui n’a pas peur de briser les règles de la bienséance (Anti-Christ, Nymphomaniac), il reste une énigme totale à nos yeux. Trop de retenue tue la retenue, les quelques moments piquants qu’elle nous offre lorsqu’elle sort de ses gonds sont d’une efficacité implacable, ces moments auraient dû se montrer plus abondants. Une belle perspective d’évolution gâchée, d’ailleurs, la finalité des personnages est quelque peu tirée par les cheveux. Le film s’imbrique dans une idée que le système ne permet pas à ce genre de personnes de s’en sortir à moins d’être culotté et de prendre son destin en main, or, rien ne nous permet d’entreprendre cette fin accordée à Samba. Attention toutefois, ne nous faites pas dire ce que nous n’avons pas dit, Samba reste un film agréable à regarder qui sait faire mouche dans la plupart de ses situations. Si nous insistons longuement sur les gènes qui nous ont occasionnées dans le film, on ne peut que saluer l’essai qui, même s’il n’a clairement pas la même aura qu’Intouchables, a le mérite de sortir le cinéma français des carcans dramatiques dont il se noie progressivement sous ses lots de clichés que nos deux réalisateurs ont bien pris soin d’éviter un maximum.

Samba est une comédie dramatique sociale dont la légèreté devient, parfois, son plus grand défaut. Eric Toledano et Olivier Nakache signent, toutefois, une œuvre assez forte pour nous faire réfléchir sur la condition de nos travailleurs émigrés. Il manquait juste ce grain de folie qui avait séduit pour Intouchables. Ce grain-ci, Tahar Rahim aurait clairement pu l’apporter s’il n’avait pas été relayé au rang de second rôle. La course aux Césars s’annonce incertaine cette année, mais Samba peut partir la tête haute quoi qu’il en soit.

Informations

Détails du Film Samba
Origine France Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie Dramatique
Version Cinéma Durée 120 '
Sortie 15/10/2014 Reprise -
Réalisateur Eric Toledano - Olivier Nakache Compositeur Ludovico Einaudi
Casting Charlotte Gainsbourg - Omar Sy - Tahar Rahim - Izïa Higelin
Synopsis Samba, sénégalais en France depuis 10 ans, collectionne les petits boulots ; Alice est une cadre supérieure épuisée par un burn out. Lui essaye par tous les moyens d'obtenir ses papiers, alors qu'elle tente de se reconstruire par le bénévolat dans une association. Chacun cherche à sortir de son impasse jusqu'au jour où leurs destins se croisent... Entre humour et émotion, leur histoire se fraye un autre chemin vers le bonheur. Et si la vie avait plus d'imagination qu'eux ?

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques