Critique Les Tortues Ninja 3 (Teenage Mutant Ninja Turtles 3)

Les Tortues Ninja 3
Les Tortues Ninja 3 est nettement plus enfantin que ses prédécesseurs. Malgré tout, Stuart Gillard distille un film d’aventure d’une très bonne facture avec quelques valeurs fortes à l’épanouissement de l’enfant. De la suite dans les idées...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Réalisateur reconnu dans l’univers des séries télévisées, Stuart Gillard (Charmed, Les Frères Scott) s’est essayé à quelques reprises au cinéma. N’ayant pas laissé d’empreinte indélébile dans le milieu, il s’est quand même attaqué à la franchise Tortues Ninja dont le troisième opus restera probablement son film le plus connu malgré la mauvaise réputation qu’il se traîne. Nos célèbres mangeurs de pizzas vont se retrouver en possession d’un sceptre magique qui va les emmener en plein Japon du XVIIe siècle dans le but de délivrer leur amie April O’Neil ayant malencontreusement échangée sa place avec Kenshin, un révolutionnaire qui tentait de renverser le pays de la tyrannie de son père.

Exit les coups bas du violent Shredder et bonjour les vannes puériles au pays du soleil levant.

Épisode le moins apprécié par les fans, Les Tortues Ninja 3 abandonne complètement son univers noir et violent des sombres rues de New York pour s’adonner à une aventure héroïque en plein Japon. Exit les coups bas du violent Shredder et bonjour les vannes puériles au pays du soleil levant. Ayant été tourné avec l’optique première de se raviser aux côtés du très jeune public, les tortues s’offrent un lifting nettement plus proche du dessin animé et ne sont plus sous la tutelle des studios Jim Henson’s Creature Shop. Les animatroniques sont tout de même de bonne facture malgré le look global des tortues qui ont un côté légèrement dérangeant. Ceci étant, l’approche du Japon de l’époque vue par Stuart Gillard a quelque chose d’attirant. Les reconstructions font plutôt mouche et on se prête au jeu de la quête des tortues qui marchent sur les traces de leurs ancêtres. D’ailleurs, ce troisième opus voit revenir au casting Elias Koteas dans le rôle de Casey Jones. Ses séquences dans le présent où il tente d’apprendre à des samouraïs l’art du hockey, avec les bastons qui vont avec, a quelque chose d’extrêmement drôle. C’est absurde et lourdingue, mais notre âme d’enfant s’en voit de suite reconquise dès lors où ces benêts de l’ancien temps se battent comme des mômes de cinq ans. Une fois encore, et comme nous le soulevions dans notre critique du second volet, l’aspect nostalgique de notre enfance emboîte énormément le pas sur l’aspect purement objectif qui devrait nous incomber : Les Tortues Ninja 3 reste tout de même un très bon film pour enfants comme on en voit peu aujourd’hui.

Quel gosse ayant grandi avec ce film n’a jamais voulu monter à cheval en tenue de samouraï ?

Ce qu’il y a de très intéressant avec ce troisième volet, c’est l’aspect historique auquel il éveille. Tout en ayant conscience qu’il n’a pas valeur à enseigner une époque de l’histoire à proprement parlé, le réalisateur distille des valeurs réelles au sein de son métrage parmi lesquelles on gardera l’honneur des samouraïs pour lesquels il instaure un profond respect. Le choc des cultures présent dans le film se retrouvant dans l’amitié qui naîtra entre les tortues et les révolutionnaires, on tombe littéralement amoureux d’une époque révolue. Quel gosse ayant grandi avec ce film n’a jamais voulu monter à cheval en tenue de samouraï ? Bien évidemment, avec le recul, on regrette tout de même l’imagerie noire et l’aspect violent qui régnaient dans les deux premiers épisodes qui, malgré les blagues potaches, rendaient les propos nettement plus matures. Peu importe, Les Tortues Ninja 3 rempli parfaitement sa mission de divertissement et vient conclure une trilogie, peut-être pas de la meilleure des manières, mais non sans un certain panache. Ce panache on le doit surtout à la relation paternaliste qui naîtra entre Splinter et Kenshin. Les dialogues entre les deux personnages enseignent des valeurs de respect que chacun se doit d’avoir reçu dans son éducation. Sans pour autant être moralisatrices, ces séquences amorcent une idée éducative subtile qui ne prend pas l’enfant pour un abruti. C’est justement ce genre de reproche que nous aurions à faire avec les films pour enfants d’aujourd’hui : on les prend littéralement pour des cons ! Les Tortues Ninja 3 est une preuve, parmi tant d’autres, qu’on peut inculquer de jolies valeurs éducatives aux enfants sans vraiment absolument centrer son sujet sur ces propos en question. Et rien que pour cela, ce film mérite notre profond respect.

Les Tortues Ninja 3 est nettement plus enfantin que ses prédécesseurs. Malgré tout, Stuart Gillard distille un film d’aventure d’une très bonne facture avec quelques valeurs fortes à l’épanouissement de l’enfant. De la suite dans les idées qui fait qu’on ne peut pas totalement négliger ce film qui reste, malgré tout, relativement puéril par rapport aux volets précédents.

Informations

Détails du Film Les Tortues Ninja 3 (Teenage Mutant Ninja Turtles 3)
Origine Etats Unis - Chine Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Action - Aventure - Comédie
Version Cinéma Durée 95 '
Sortie 21/07/1993 Reprise -
Réalisateur Stuart Gillard Compositeur John Du Prez
Casting Elias Koteas - Mark Caso - Paige Turco - Stuart Wilson - Vivian Wu - Jim Raposa - Matt Hill - David Fraser - James Murray
Synopsis Nous retrouvons les fameuses tortues dans la province de Shingu dans le japon du XVIIe siècle ou, grâce a un sceptre magique, de nouvelles aventures à travers le temps les attendent.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques