Critique Le Gendarme se Marie

Le Gendarme se Marie
Le Gendarme se Marie offre encore du très grand Louis de Funès pour un film à l’humour et aux valeurs intemporelles. Le succès d’une saga se mesure à sa longévité, nul doute que le Gendarme ne fait pas partie du patrimoine pour rien, il continue...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Objet de culture patrimonial, la saga des Gendarmes est inscrite dans la mémoire collective en parti grâce aux compositions intemporelles de Louis de Funès. En 1968 sort le troisième volet de la série, volet particulièrement chéri par Louis de Funès qui se montrera extrêmement créatif lors du tournage pour inventer nombre de gags qui ont marqué la saga. Le Maréchal des logis-chef Ludovic Cruchot s’attendait à tout, sauf à trouver l’amour. Par l’intermédiaire de nombreuses situations, il croisera la route de Josépha, veuve d’un très grand Colonel de gendarmerie, qui va remettre en perspective tout l’avenir de ce grincheux au cœur tendre.

Cet épisode instruit des valeurs essentielles à la bonne évolution de tout être humain.

Difficile de ne pas connaître la saga des Gendarmes, multi-télédiffusée et succès incontestable au box-office, cet épisode du Gendarme se Marie attirera plus de six millions de spectateurs en salles l’année de sa sortie, ce qui est énorme compte tenu de l’époque. Cet épisode instruit des valeurs essentielles à la bonne évolution de tout être humain, d’où sa valeur familiale de très haute envergure en dehors du simple divertissement qu’il représente. Il inculque l’amour d’autrui et remet en valeur la place de la femme dans un microcosme rempli d’hommes. Le personnage de Josépha va apprendre à Cruchot à s’instruire dans le but de s’élever dans sa sphère professionnelle. Ayant bien compris la nature autoritaire et la soif insatiable de pouvoir de son aimé, elle le peaufine afin qu’il mette à profit sa nature dans les règles de l’art. Le tout donne lieu à des séquences devenues cultes parmi lesquelles on retiendra surtout la fameuse scène de l’examen écrit. Pur concentré de burlesque muet, dont de Funès était friand, on retrouve dedans toutes les inspirations de ce génie comique pour une séquence d’anthologie qui ne manquera pas de vous rappeler un certain Mr. Bean (Rowan Atkinson ayant repris le même procédé pour un sketch de sa série culte bien des années plus tard).

Le Gendarme se Marie offre encore du très grand Louis de Funès.

Outre les métaphores des liens électriques symbolisant le coup de foudre entre les personnages de Cruchot et Josépha, on peut y voir la naissance d’un amour de deux acteurs. Claude Gensac est connu pour avoir interprété la femme de Louis de Funès dans énormément de métrages (une dizaine). S’ils étaient de très bons amis à la vie, à l’écran ils transpirent d’amour sincère, ce qui rend les propos véritablement crédibles. Ce qui est aussi bluffant c’est que les deux tourtereaux de scène ne tournent que pour la seconde fois ensemble lors du Gendarme se Marie (la première fois ayant été l’année précédente sur Oscar) et, pourtant, on croirait qu’ils se donnent la réplique depuis des années. Une belle preuve qu’une confiance en béton en dehors des plateaux peut amener quelque chose de merveilleux à l’image. Bien évidemment, et même si le film se concentre sur la relation de couple entre Ludovic et Josépha, le reste de la troupe ne se laisse pas démonter pour autant. On adore toujours autant le cabotinage négativement impétueux de l’Adjudant Gerber ainsi que la détermination de Fougasse à jouer les fayots de service afin d’éviter la colère lunatique de son Maréchal des logis-chef (Jean Lefebvre, prodigieux pour ce qui est d’interpréter les benêts). On remarquera que cet épisode est réellement celui des changements, car, en plus de la vie du héros qui s’en voit perturbée, c’est également la bande originale qui s’offre un coup de jeune. Pas une seule fois nous n’entendrons le fameux thème du Gendarme devenu si culte. Comme une envie d’élever la saga vers d’autres horizons, la suite des épisodes donnera raison à ce renouveau. Malgré ce manque, l’ensemble du film est nettement agréable et offre tellement de scènes mythiques qu’on le remarque à peine.

Le Gendarme se Marie offre encore du très grand Louis de Funès pour un film à l’humour et aux valeurs intemporelles. Le succès d’une saga se mesure à sa longévité, nul doute que le Gendarme ne fait pas partie du patrimoine pour rien, il continue de bercer petits et grands et ce n’est pas prêt de s’arrêter. Le faire-part est envoyé, vous êtes conviés à (re)vivre l’un des mariages les plus drôles du septième art.

Informations

Détails du Film Le Gendarme se Marie
Origine France - Italie Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie
Version Cinéma Durée 86 '
Sortie 30/10/1968 Reprise -
Réalisateur Jean Girault Compositeur Raymond Lefèvre
Casting Louis De Funès - Michel Galabru - Jean Lefebvre - Christian Marin - Geneviève Grad - Guy Grosso - Michel Modo - Claude Gensac
Synopsis Le Maréchal des logis-chefs Cruchot, rencontre suite à un accident Josépha, la veuve d'un colonel de gendarmerie.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques