Critique Si je reste (If i stay)

Si je reste
Un film qui baigne dans le cliché mais qui est sauvé par la prestation de Chloë Grace Moretz, pleine de sensibilité et de sincérité. Malgré des scènes que l'on a déjà vu des tas de fois, Si je reste parvient à émouvoir.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Alexandre Coudray

Critique du Film

Mia a 17 ans et se trouve actuellement en pleine année charnière. Violoncelliste hors-pair, elle attend les résultats de son audition pour une prestigieuse école de musique qui risque de l'amener à partir loin de sa famille de son petit ami, Adam, leader d'un groupe de rock qui commence à décoller. Ses parents, à l'esprit très rock'n'roll, sont aimants et compréhensifs envers elle et même son petit frère l'encourage dans ce qu'elle veut faire. Mia, même si elle sent Adam s'éloigner d'elle, a ce que l'on peut appeler une belle vie. Mais tout bascule lors d'une journée enneigée où ses parents décident de profiter de la fermeture des écoles pour se faire une journée en famille. Sur la route, toute la famille se retrouve dans un accident fatal dont les parents ne sortent pas vivant. Mia, elle, est plongée dans le coma et son esprit sort de son corps pour assister, impuissante, à sa propre situation et au chagrin de ses proches. Tiraillée entre l'envie de rejoindre ses parents et celle de se réveiller, Mia se remémore certains instants de sa vie et imagine ce qu'elle pourrait donner si elle restait...

Le film baigne dans le cliché mais est sauvé par la prestation de l'épatante Chloë Grace Moretz.

Basé sur le roman éponyme de Gayle Forman, Si je reste est un film tout à fait classique dans sa construction, reposant sur le principe vu et revu d'un personnage qui se remémore tous les moments de son existence. Ici, l'originalité vient du fait que Mia, à dix-sept ans, n'a pas toute une vie derrière elle et le film repose donc sur la question essentielle de savoir ce que l'on veut faire de sa vie et de ce que l'on peut faire pour réaliser ses rêves. C'est un sujet qui nous parle à tous puisqu'il aborde des questions auxquelles on a forcément été confrontés. Mais ne nous leurrons pas, c'est surtout l'histoire d'amour qui intéresse le réalisateur et qui est au centre du film. Si je reste, c'est avant tout l'histoire d'une rencontre entre une fille timide fan de Beethoven qui rêve d'entrer dans une prestigieuse école de musique et un garçon sûr de lui fan de rock qui rêve de briller sur la scène devant un public déchaîné. La distinction entre les personnages se fait à travers la musique, qui semble leur tracer un avenir séparés l'un de l'autre (Mia dans son école à New York, Adam en tournée sur les routes avec son groupe). Et pourtant, les deux personnages s'accrochent, amoureux l'un de l'autre comme on peut l'être alors que l'on vit notre premier amour.

Si je reste, c'est avant tout l'histoire d'une rencontre entre une fille timide fan de Beethoven qui rêve d'entrer dans une prestigieuse école de musique et un garçon sûr de lui fan de rock qui rêve de briller sur la scène devant un public déchaîné.

Il en résulte forcément des scènes pleines de clichés. A vrai dire, le film baigne énormément dedans, que ce soit en ce qui concerne les souvenirs de Mia ou sa situation à l'hôpital où tous les proches ont une larme à verser, bouleversés par l'accident. Mais ce n'est pas parce qu'on est dans le cliché que ça doit virer au ridicule. Pour ça, on peut compter sur Chloë Grace Moretz, actrice décidément épatante, qui porte quasiment tout le film sur ses épaules. Pleine de charme, de fragilité, de sensibilité et de passion, elle nous livre une interprétation qui sauve énormément le film de ses maladresses. Dans le rôle difficile du petit copain, souvent insupportable dans les films pour adolescents, Jamie Blackley s'en sort très bien. Avec un brin de charme et de désinvolture, il parvient lui aussi à faire exister son personnage en dehors des clichés. Les personnages des parents sont également originaux mais finalement peu présents. Celui qu'on retiendra le plus en tant que rôle secondaire, c'est Stacy Keach qui incarne le grand-père et qui nous livre la scène la plus émouvante du film.

Car oui, le film est tout de même émouvant. Malgré ses scènes vues et revues, ses moments bourrés de clichés et sa fin prévisible, Si je reste nous offre quelques belles scènes à condition de bien vouloir se laisser porter par l'histoire, ce qui n'est finalement pas si difficile quand on voit la sincérité avec laquelle Chloë Grace Moretz incarne son personnage.

Informations

Détails du Film Si je reste (If i stay)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie Dramatique
Version Cinéma Durée 107 '
Sortie 17/09/2014 Reprise -
Réalisateur R.J. Cutler Compositeur Heitor Pereira
Casting Liana Liberato - Stacy Keach - Mireille Enos - Chloë Grace Moretz - Joshua Leonard - Jamie Blackley
Synopsis En un seul moment, tout peut changer. Mia, 17 ans, n'a aucun souvenir de l'accident : elle arrive uniquement à se rappeler avoir roulé le long de la route enneigée de l'Oregon avec sa famille. Puis, en un clin d’œil, elle se retrouve observant son propre corps dévasté ... L'adolescente sera tiraillée entre l'envie de rejoindre ses parents dans l'au-delà et celle de se réveiller et de retrouver son petit ami et ses proches...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques