Critique Les Vampires du Dr. Dracula (La Marca del Hombre-Lobo)

Les Vampires du Dr. Dracula
Pour un film fait par des amoureux, Les Vampires du Dr Dracula se délecte comme un OVNI impérissable qui mérite amplement son statut d’œuvre fédératrice et culte. Enrique Lopez Eguiluz délivre une pépite du bis presque incontournable se voyant...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Le voici, le voilà. Le premier film ayant contribué à lancer l’âge d’or du cinéma fantastique espagnol. Les Vampires du Dr Dracula, sous son titre racoleur, cache en réalité un hommage grandiloquent aux films de loups-garous. Ayant également lancé la carrière de Paul Naschy, fan absolu du loup-garou de Lon Chaney Jr, le film raconte les mésaventures d’un homme mordu par un loup-garou qui va chercher le soutien de deux médecins afin de contrer sa malédiction. Malheureusement, ils s’avéreront être des vampires bien décidés à utiliser la bête à des fins monstrueuses.

Les Vampires du Dr Dracula est un plaisir coupable et savoureux où tout est ridiculement bien amené.

Paul Naschy signe le scénario du film. Ayant pensé, à la base, à demander à Lon Chaney Jr pour camper le loup-garou, ce dernier refusa poliment puisqu’il était âgé, à l’époque, de 70 ans. Contraint d’endosser lui-même le costume à poils, il était loin de se douter qu’il s’ouvrirait les portes d’une carrière fluctuante, devenant ainsi une icône du cinéma de genre dans son pays. Trouvant le soutien d’un coproducteur allemand, le film d’Enrique Lopez Eguiluz relance l’intérêt des films de loups jusqu’alors détenu par la firme Universal. Œuvre de passionné par excellence, Les Vampires du Dr Dracula reprend le classicisme de chez Universal en se mêlant à la seconde époque des années 40 où les crossover entre les monstres pullulaient (Frankenstein meets the Wolfman en tête), le tout dans une ambiance chaude et colorée issue de la Hammer. Paul Naschy, culturiste d’origine, campe un loup-garou sévèrement coriace, violent et baraqué. Qu’est-ce que c’est drôle ! Frôlant la nanardise absolue, Les Vampires du Dr Dracula est un plaisir coupable et savoureux où tout est ridiculement bien amené. Outre l’aspect purement fanatique de l’objet, cette belle déclaration d’amour n’atteint jamais la verve de ses modèles, mais ne les massacre pas non plus. Avec une envie de proposer un film le plus honnêtement possible, Enrique Lopez Eguiluz contribue à relancer une notion de terreur d’antan bien loin des émanations à outrance d’hémoglobine et d’érotisme cru dont le papa Jesse Franco avait la main mise sur le marché. Tout est fabriqué de manière artisanale allant jusqu’à certains éclairages visiblement tenus par des mains tremblotantes. On frôle l’amateurisme honorifique pour une séance endiablée qui ne peut que mettre en joie.

Les Vampires du Dr Dracula est un nanar de prestige !

Les Vampires du Dr Dracula nous fait sautiller sur notre canapé comme des gamins fiers de retrouver des saveurs qu’on croyait perdues. Les déambulations de Naschy en loup-garou ajouté à ses cris ridiculement amplifiés offrent des séquences mémorables. Les Vampires du Dr Dracula est une preuve sur pellicule que la passion paye, peu importe le ridicule qui en découle. Paul Naschy, tout heureux qu’il fut d’enfiler le costume de son monstre préféré, en a oublié de penser à la crédibilité de ses actes. Là où ce serait honteux et inintéressant dans bon nombre de films, on ne peut que ressentir une certaine tendresse pour le bonhomme. Son premier degré jusqu’au-boutiste aura raison de la qualité de l’œuvre : Les Vampires du Dr Dracula est un nanar de prestige ! D’ailleurs, au cas où vous ne l’auriez toujours pas compris, il n’y aura jamais l’ombre (sic !) de Dracula dans le film. La traduction du titre en français n’étant là que pour être racoleuse et s’assurer un minimum d’intérêt auprès des amoureux de la plus célèbre créature de la nuit. Comme pour justifier l’utilité de cette traduction, la VF n’oubliera pas de citer la malédiction du loup-garou comme étant « la créature de Dracula », à comprendre « la créature du malin ». Autre idée renforçant l’aspect nanardesque du métrage : la censure franquiste ayant malmené le métrage. Ne supportant pas l’idée que le monstre puisse être espagnol, elle a alors insisté pour changer les origines du héros. On se retrouve ainsi avec un film coproduit par un allemand, introduisant des personnages polonais et tourné en Espagne. Un joyeux bordel qui conforte cette sensation de gloubi-boulga dans les procédés qui rend l’œuvre particulièrement savoureuse…et Dieu que les actrices sont fabuleuses de sex-appeal ! La fin aura raison d’un amour assumé pour l’œuvre offrant, tour à tour, de l’exorcisme, des bastons de monstres et des empalements de pieux dans le coeur.

Pour un film fait par des amoureux, Les Vampires du Dr Dracula se délecte comme un OVNI impérissable qui mérite amplement son statut d’œuvre fédératrice et culte. Enrique Lopez Eguiluz délivre une pépite du bis presque incontournable se voyant comme un Tarantino au pays des monstres. N’oubliez pas les pop-corn !

Informations

Détails du Film Les Vampires du Dr. Dracula (La Marca del Hombre-Lobo)
Origine Espagne Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Horreur - Epouvante
Version Direct To Video Durée 90 '
Sortie 02/09/2014 Reprise -
Réalisateur Enrique Lopez Eguiluz Compositeur Angel Arteaga
Casting Paul Naschy - Dyanik Zurakowska - Manuel Manzaneque - Aurora De Alba - Julian Ugarte
Synopsis En pillant le caveau d’un vieux château, des bohémiens retirent une croix en argent du cœur de Imre Wolfstein. Loup-garou revenu à la vie, celui-ci sème à nouveau la terreur dans la région. Participant à une battue pour occire la bête, le comte Waldemar Daninsky se fait mordre, et devient loup-garou à son tour. Pour contrer cette malédiction, il demande l’aide du professeur Mikhelov et de sa femme, réputés pour être des spécialistes de la lycanthropie. Mais ces derniers sont en réalité des vampires qui veulent utiliser Daninsky.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques