Critique Délivre-Nous du Mal (Deliver us from Evil)

Délivre-Nous du Mal
Si l’année dernière, The Conjuring s’imposait, à nos yeux, comme le meilleur film d’épouvante de l’année, aucun doute que Délivre-Nous du Mal est celui à ne pas louper en cette rentrée scolaire. Se voulant être un thriller avant d’être...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Du haut de sa petite filmographie, Scott Derrickson peut se targuer d’avoir emprunté le meilleur des chemins assez rapidement. Si l’on passera sur les qualités nanardesques de Hellraiser 5, il nous avait conquis dès son second long métrage avec L’exorcisme d’Emily Rose. Enchaînant avec Le Jour où la Terre S’arrêta, remake plutôt honorable, il a glacé le sang des spectateurs en 2012 avec le terrifiant Sinister. Il en remet une couche cette année avec Délivre-Nous du Mal. Très attendu au tournant compte tenu du fait qu’il reste dans un genre qui a fait sa renommée (tout ce qui a trait au paranormal), il se base sur des faits réels, soi-disant également inspirés des entretiens avec le policier dont le film dépeint l’enquête. On y suit donc un inspecteur de police, aidé d’un prêtre, cherchant à dénouer une affaire atypique causée par ce qui s’avèrera être plus que de la simple folie.

Seven et l’Exorciste ont eu un enfant, il s’appelle Délivre-Nous du Mal !

Seven et l’Exorciste ont eu un enfant, il s’appelle Délivre-Nous du Mal ! Scott Derrickson nous amène une fois encore là où on ne l’attendait pas spécialement. Après avoir choisi de se concentrer sur le procès du prêtre dans l’Exorcisme d’Emily Rose, impliqué le spectateur directement dans la bulle malsaine d’Ethan Hawk dans Sinister, il choisit de développer son nouveau film comme un thriller moderne très inspiré de la vague amenée par Seven. Ce qui saute littéralement aux yeux d’ailleurs, c’est la capacité du réalisateur à savoir instaurer un climat oppressant sans jamais vraiment en faire des tonnes. Alors oui, on vous l’accorde, les premiers jump-scare sont littéralement foirés et prévisibles. Ceci étant, ils sont nécessaires au bon fonctionnement de son intrigue. Une fois familiarisé avec les personnages, on se laisse entièrement embarquer dans ce suspense macabre où les hurlements constants de notre voisine dans la salle ont fait foi d’une redoutable efficacité de la terreur qui se pose à l’écran. L’atmosphère éternellement sombre est la première chose qui marque dans ce film. Dès lors nous n’avons pu nous empêcher de penser à nos chers collègues testeurs : le blu-ray risque de vous émerveiller à sa sortie ! Le film arrive à sortir une image sublime dans une pénombre quasi constante qui ne sera pas sans rappeler le travail d’un certain…Fincher sur Seven, oui encore lui ! La comparaison est inévitable, la personnalité des personnages saute littéralement aux yeux : Bana et Ramirez sont les Pitt et Freeman de ce film.

Le film arrive à sortir une image sublime dans une pénombre quasi constante qui ne sera pas sans rappeler le travail d’un certain…Fincher sur Seven.

En parlant du casting d’ailleurs, si le duo d’acteurs n’emballe pas autant que les modèles susmentionnés (faut pas abuser non plus !), il ne fait pas de fioriture pour autant. Les personnages sont vraisemblables et crédibilisés par deux acteurs sensiblement soucieux de l’image qu’ils renvoient. Une preuve d’implication parfaite facilitant l’assimilation de l’intrigue et du vécu qu’ils ont. En choisissant de se concentrer essentiellement sur l’enquête, Derrickson distille ses moments de terreur d’une main de maître. Vous pensiez qu’une peluche de hibou et une boîte à musique étaient des jouets idéals pour un enfant ? Vous aviez tort ! Vous adorez The Doors ? Vous ne les entendrez plus jamais de la même manière. C’est ainsi que le génie horrifique du cinéaste fait la part belle à la raison rendant nos mains moites : des choses insignifiantes deviennent des objets de torture mentale absolue. On sent que Derrickson connaît le genre du bout des doigts et qu’il l’admire d’autant plus. Se permettant même de se rendre lui-même hommage lors d’un flashback en Super 8 particulièrement virulent, il impose son métrage d’une bien belle manière au beau milieu du conglomérat de film de genre qui pullule sur la toile ces dernières années. Assumant entièrement sa référence principale, L’exorciste, il s’octroie même une ouverture qui y fait lourdement penser. Là où Friedkin démarrait son récit en Irak, Derrickson pose également ses caméras dans le désert iraquien pour introduire son métrage. Dégradant l’image du found footage, qui en a fait son credo, il se permet une légère critique acerbe assurant qu’on peut distiller une notion de peur autrement qu’avec une caméra à la première personne. L’ouverture annonce la couleur : on nous promet un thriller noir et effrayant, et on nous le rend plus que bien. Sans compter sa séquence finale totalement ahurissante. D’ailleurs, l’ensemble du film est ahurissant de simplicité, il s’approprie des codes qui ont largement fait leurs preuves, mais les utilise tellement à bon escient qu’on en sort plus que ravi.

Si l’année dernière, The Conjuring s’imposait, à nos yeux, comme le meilleur film d’épouvante de l’année, aucun doute que Délivre-Nous du Mal est celui à ne pas louper en cette rentrée scolaire. Se voulant être un thriller avant d’être effrayant, il permet à Scott Derrickson de confirmer qu’il est un réalisateur qui sait comment faire sursauter dans les règles de l’art. Comme quoi, ce n’est pas si difficile de nous servir un plat qu’on connaît parfaitement et de quand même réussir à nous charmer totalement à la sortie.

Informations

Détails du Film Délivre-Nous du Mal (Deliver us from Evil)
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Thriller - Horreur - Epouvante
Version Cinéma Durée 119 '
Sortie 03/09/2014 Reprise -
Réalisateur Scott Derrickson Compositeur Christopher Young
Casting Eric Bana - Edgar Ramírez - Sean Harris - Joel McHale - Olivia Munn - Chris Coy - Dorian Missick - Mike Houston
Synopsis La violence et la noirceur, le sergent Ralph Sarchie connaît bien. Flic dans le Bronx, il est chaque jour témoin du pire de la nature humaine. Ce qu’il endure a même fini par affecter sa relation avec sa femme, Jen, et leur petite fille, Christina. Pourtant, rien ne l’avait préparé à l’affaire que lui et son partenaire Butler vont découvrir. Dépassé, Sarchie va devoir s’allier à un prêtre renégat dont la foi a souvent vacillé, qui tente de le convaincre que les horribles événements qui se multiplient sont liés à des possessions démoniaques… Ensemble, le policier et le prêtre accumulent les preuves que le Mal est à l’œuvre, et Sarchie est forcé de remettre en cause tout ce en quoi il a toujours cru pour combattre les puissances occultes qui menacent la ville et sa famille.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire
Commentaires sur " Délivre-Nous du Mal "
  • Mlb

    Mlb le 03/09/2014 à 10:19

    Bon là Tonyo tu m'aguiches carrément ! réponse dans les prochains jours si je chope un moment ! si je suis déçu, je reviens vers toi ;) XD

  • Syl20

    Syl20 le 26/01/2015 à 21:28

    Excellent film. Mise en scène du tonerre!



    L'édition Blu-ray rend hommage au formidable travail artistique.

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques