Critique Art of Steal (The Art of the Steal)

Art of Steal
Art of Steel se voit comme un divertissement haut de gamme du DTV. Jonathan Sobol maîtrise son sujet avec la dextérité des plus grands et amène une belle et solide bande dans un tour de passe-passe corrosif qui animera d’une belle manière vos soirées...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Il faut croire que les films de braquages s’imposent comme une ultime solution pour certains acteurs de revenir sur le devant de la scène (Nicolas Cage, George Clooney, Jason Statham, Mark Wahlberg…). Art of Steel offre cette même possibilité aux oubliés, mais néanmoins doués, Kurt Russell et Matt Dillon. Une bande d’escrocs, trafiquants d’œuvres d’art, se voit dissoute après que le leader, Crunch, se soit fait enfermer après un larcin ayant mal tourné. Cinq années plus tard, libéré pour bonne conduite, Crunch réunit une nouvelle bande composée d’anciens et nouveaux partenaires dans le but de tenter un ultime coup sensé les mettre à l’abri définitivement. Seulement, cette fois-ci, Interpol, aidé d’un ancien compagnon de Crunch, est à ses trousses.

Le travail de Sobol est minutieux.

À la fois scénariste et réalisateur, Jonathan Sobol offre un second long métrage à l’humour léger tentant d’ouvrir le spectateur à la beauté de la peinture. Art of Steel est un film familial, bon enfant, emplit de leçons de morales telles que : le vol c’est mal, trahir c’est mal… Loin d’être mauvais, on se surprend à apprécier une réalisation à la fois sobre, pertinente et culottée par moment (l’histoire du vol de la Joconde est une belle façon d’initier les plus jeunes à un cinéma qui n’est plus). Le travail de Sobol est minutieux, on ressent une volonté de bien faire et, surtout, de réfléchir à l’utilité de chacun de ses plans. Malgré la jeunesse filmographique qu’il a derrière lui, le style très académique de l’ensemble de son film aide à apprécier le sujet agréablement. Proche d’une réalisation et d'un humour anglais, Art of Steel nous fait vite oublier que nous sommes devant un énième film de braquage grâce notamment à des personnages très attachants. Essayant de faire de grandes choses compte tenu de son casting d’assez belle envergure, on ressent une très belle connivence entre les acteurs qui témoignent de scènes vraiment drôles. Mention spéciale à Jay Baruchel qui nous offre une séquence anthologique à un péage…le gamin aime Predator 2 !

Art of Steel se voit comme un divertissement haut de gamme du DTV.

Kurt Russell a pleinement conscience qu’il n’est plus l’action hero qu’il était autrefois. L’âge aidant, on se surprendra de le voir continuer à jouer avec son image de cascadeur raté qu’il tenait dans le Boulevard de la Mort de Tarantino. Essayant d’amener une image nouvelle de lui-même, et même s’il n’aura sans doute plus jamais l’allure d’un Snake Plissken, il s’efface, fait profil bas, pour laisser place à ses camarades de jeu de s’en donner à cœur joie. Le tour de magie fonctionne parfaitement au point qu'on ne flaire absolument pas : le cliffhanger qu’il nous offre en fin de film. Se révélant bien plus efficace qu’il n’y parait, Art of Steel a le mérite de ne pas se noyer dans diverses sous-intrigues. Accusant une durée de moins d’une heure et demie, le film de Sobol va directement à l’essentiel jouant la carte du simple et efficace au plus près. L’impression qu’il laisse en fin de parcours est d’autant plus agréable qu’il rend son achat à conseiller vivement. Art of Steel est un DTV qui trouvera une place de choix dans votre collection. Sans compter que la bande originale est simpliste et efficace, tous les éléments qu’il instaure donnent envie de faire partie du coup. Cette bande devient alors aussi emblématique que la bande à George dans Ocean’s Eleven. Le bêtisier durant le générique final aura raison de la joyeuseté générale habitant la pellicule. Encore une fois, même s’il ne révolutionne pas le genre, Art of Steel n’a pas à rougir de son budget ridicule comparé à d’autres productions du même genre. S’il assure que c’est tout un art de voler, le divertissement en est tout autant, et de ce point de vue, l’essai est vraiment réussi.

Art of Steel se voit comme un divertissement haut de gamme du DTV. Jonathan Sobol maîtrise son sujet avec la dextérité des plus grands et amène une belle et solide bande dans un tour de passe-passe corrosif qui animera d’une belle manière vos soirées pluvieuses.

Informations

Détails du Film Art of Steal (The Art of the Steal)
Origine Etats Unis - Canada Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie - Policier
Version Direct To Video Durée 90 '
Sortie 15/10/2014 Reprise -
Réalisateur Jonathan Sobol Compositeur Non Renseigné
Casting Jay Baruchel - Matt Dillon - Terence Stamp - Kurt Russell - Kenneth Welsh - Chris Diamantopoulos - Jason Jones - Devon Bostick
Synopsis Deux frères spécialisés dans le vol d'oeuvres d'art décident d'orchestrer un dernier cambriolage. Mais les choses ne se passent pas tout à fait comme prévu.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques