Critique Les Amants d'Outre-Tombe (Amanti d'Oltretomba)

Les Amants d'Outre-Tombe
Les Amants d’Outre-Tombe s’avère donc être une œuvre froide, malsaine et noire portée par un casting de choix et des compositions sublimes. Mario Caiano arrive à concurrencer sévèrement le grand Mario Bava le temps d’une histoire passionnante...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Deux genres majeurs ont fait tourner une grande partie de l’industrie cinématographique en Italie dans les années 60. Si d’un côté le western connaît une expansion et une reconnaissance mondiale, de l’autre côté, le cinéma gothique œuvre dans l’ombre ravissant les quelques fans du genre. Genre qui s’est vu donner ses lettres de noblesse par le grand Mario Bava, le cinéma horrifique italien de l’époque doit aussi son renom à une actrice en particulière : Barbara Steele. Ce n’est donc pas pour rien qu’on la retrouve au casting des Amants d’Outre-Tombe de Mario Caiano.

Les Amants d’Outre-Tombe s’ouvre de manière très efficace.

Un château, un scientifique et une servante tous deux avides de richesse, une épouse infidèle et un jardinier assassiné, des plans qui tombent à l’eau, des spectres…préparez-vous, l’essence du gothique pur et dur transpire de ce film. Les Amants d’Outre-Tombe s’ouvre de manière très efficace nous présentant ses personnages le plus rapidement possible. Nous sommes plongés sans alerte dans un univers sombre, voire malsain, et pourtant, nous ne pourrons nous empêcher d’être fascinés. Ce qui frappe avec le film de Caiano c’est la mixité des genres qui y sont dépeints. Outre l’aspect gothique bien présent, il nous sert un film où se mêlent paranormal, horreur et torture porn. Si beaucoup citent Salo de Pier Paolo Pasolini comme le premier torture porn de l’histoire, on ne peut décrier le semblant de ce sous-genre spécifique planant au-dessus des Amants d’Outre-Tombe…tout du moins dans ses vingt premières minutes. Les séquences où le professeur torture gratuitement sa femme infidèle et son amant utilisent clairement les codes du genre. Si son ouverture est efficace et ravira bon nombre d’entre vous, n’oubliez pas que Les Amants d’Outre-Tombe reste avant tout un film gothique. Il mise énormément sur son univers macabre et, pour peu que vous détestiez les films lents, on ne pourra que vous conseiller de passer votre chemin. Pour les amoureux du genre, vous serez immédiatement transporté par les sublimes compositions d’Ennio Morricone. Le maître offre une bande originale fantastique jouant d’onirisme et de terreur : un vrai délice pour les oreilles.

On se surprendra à noter des ressemblances troublantes avec le culte Les Diaboliques de Clouzot.

Côté casting, Barbara Steele est magnifique. Son charme enveloppe l’écran dans ce double rôle qui lui sied à ravir. Aussi belle en brune qu’en blonde, elle développe un jeu fortement crédible. Incroyable quand elle joue les folles, ce double rôle lui permet d’user de nuances enrichissantes pour quiconque voudrait prendre des cours de théâtre. Son regard envoûtant demeure une des clés principales du suspense instauré par Mario Caiano. Abusant de gros plan sur ses yeux, il traduit un nombre impressionnant d’ambiances selon les angles qu’il choisit envers le regard de Steele. Elle est LA femme fatale dans toute sa splendeur. Son partenaire masculin, Paul Muller, n’est pas en reste non plus. Sadique plus que parfait, il est froid et ouvertement malsain. Il a déclaré récemment que ce rôle du professeur Steven l’a marqué au point qu’il s’en souvienne encore aujourd’hui du haut de ses 91 ans. Proche du rôle apeurant qu’il tenait dans La Vengeance de Lady Morgan, un de ses rôles les plus connus, il affirme ne plus se souvenir du tournage de ce dernier comparé aux Amants d’Outre-Tombe : Barbara Steele l’ayant plus qu’étonné en tant que partenaire de jeu. La seconde partie du film l’amène à reconsidérer ses actes justement : n’est pas un assassin qui le veut. Malgré ses énièmes tentatives pour tenter d’arriver à ses fins, on se surprendra à noter des ressemblances troublantes avec le culte Les Diaboliques de Clouzot sorti dix ans auparavant; en passant par Sade pour ce qui est de l'idée du plaisir de la chair allié à la douleur défendu en fin de film.

Barbara Steele est magnifique.

Jamais édité en vidéo en France sous n’importe quel format, Les Amants d’Outre-Tombe s’est enfin vu récompenser d’une première sortie en DVD sur notre sol chez Artus Films. En dehors de la proposition d’apprécier un vrai bon film noir de l’époque, il faut souligner la qualité plus que correcte de ce dernier rendant son noir et blanc magnifique. Un achat qui se voit alors indispensable pour une œuvre qui en vaut largement le détour.

Les Amants d’Outre-Tombe s’avère donc être une œuvre froide, malsaine et noire portée par un casting de choix et des compositions sublimes. Mario Caiano arrive à concurrencer sévèrement le grand Mario Bava le temps d’une histoire passionnante qui vous tiendra en haleine jusque dans ses dernières minutes.

Informations

Détails du Film Les Amants d'Outre-Tombe (Amanti d'Oltretomba)
Origine Italie Signalétique Interdit aux moins de 16 ans
Catégorie Film Genre Horreur - Epouvante
Version Cinéma Durée 100 '
Sortie 05/06/1966 Reprise -
Réalisateur Mario Caiano Compositeur Ennio Morricone
Casting Barbara Steele - Paul Muller - Helga Liné - Laurence Clift
Synopsis Un jour, Stephen Arrowsmith tue sa femme de sang froid. Le scientifique psychopathe injecte ensuite dans le corps d'une amie à lui le sang de sa défunte épouse ! En effet, il souhaite faire perdurer sa beauté par-delà la mort... Il décide ensuite de se marier avec sa soeur, qui a hérité de toute la fortune de la victime, puis tente de la faire passer pour folle. Malheureusement pour lui, le docteur en charge de l'évaluation psychologique n'est pas dupe.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques