Critique La Danza de la Realidad

La Danza de la Realidad
La Danza de la Realidad est le réveil d'un phoenix au cinéma, 23ans après un coup raté et enterré Le Voleur de l'Arc en Ciel.

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Il y a quelques mois, nous traitions de l'une de ses œuvres les plus estimées, chérie par un public cinéphile assidu d'un cinéma abstrait et pointu. De notre côté, on ne connaissait que très peu cet artiste au cœur doux, mais au cerveau bouillonnant. Cet homme est Alejandro Jodorowski, que nous avons appris à connaître par ses récits fantastiques et science-fictionnelles de bande dessinées, et que nous apprivoisons maintenant au cinéma, tout d'abord par Santa Sangre – ressortie en DVD/Blu Ray cette hiver - et aujourd'hui par La Danza de la Realidad que délivre enfin Pathé en Blu Ray.

La Danza de la Realidad est le réveil d'un phoenix au cinéma, 23ans après un coup raté et enterré Le Voleur de l'Arc en Ciel. Alejandro Jodorowski libère toute sa fougue emmagasinée depuis toutes ces années pour la livrée sur la pellicule qu'il inonde de son imaginaire débridé. Heureusement que le 9éme art fût été là pour le combler toutes ses années, car l'on se demande encore ce qu'aurait été le résultat.

La Danza de la Realidad est l'oeuvre testamentaire d'un vieille homme n'attendant plus rien de la vie. À 84ans, cet artiste orchestre cette danse macabre comme un dernier tourbillon sur sa vie passée, mettant en point d'orgue son fils pour jouer son père, un communiste convaincu, tortionnaire d'un enfant pleins de rêve, câliné par une mère forte et charismatique dans le sens propre, mais douce dans le sens figuré. La Danza de la Realidad est une œuvre-somme, une autobiographie fantaisiste où l'auteur revient à hauteur d'enfant, refacinant ses souvenirs dans une vision enfantine, où la naïveté se confronte à la brutalité quotidienne. Excessif par nature, Alejandro Jodorowski nous emmène dans les limbes poétiques mais brouillons de son enfance, entre le regard fantastique d'un jeune garçon sur son entourage, et ce récit sur son père, toujours empli d'un amour fort, expatrié et rejeté par un Chili pauvre sous la joug d'un dictateur opportuniste et irréel.

La Danza de la Realidad est une grande fresque brouillonne, déraisonnable, parfois gore et érotique, mais dont la sincérité qui s'en dégage rend le long-métrage sympathique et étrange.

Outre l'irréalité de ce dictateur dont son père veut assassiné à tout prix, c'est le long-métrage tout entier qui baigne dans une irréalité constante. Au long (bien trop long!) de ses 2h07 de métrage, nous serons amené à nous attacher au petit Alejandrito, puis de Jaime, ce père qui abandonne sa famille pour retrouver son honneur perdu à cause de son fils. Son errance dans un Chili perdu sera la trame d'une deuxième partie un brin moins extravagante jusqu'au retour de celui-ci pour un final fellinien, Alejandrito slalomant entre les photos géantes des personnages de sa vie dans son costume de mascotte ressortie des flammes de son imaginaire pour un baroud d'honneur.

La Danza de la Realidad est un acte thérapeutique sur la psychologie refoulée de l'auteur. 70ans après, Alejandro Jodorowski s'inflige un traitement de choc par procuration sur papa interprété par son propre fils Brontis. On vous l'avoue, il faut être préparer et bien connaître le bonhomme pour supporter deux heures d'une tragédie familiale où les freaks côtoient des décors cartons-pâtes ensevelis sous des tonnes de sable. Le réalisateur, pour une thérapie encore plus forte, est retourné sur ses terres pour passer à trépas des souvenirs forts. Cela donne au final une grande fresque brouillonne, déraisonnable, parfois gore et érotique, mais dont la sincérité qui s'en dégage rend le long-métrage sympathique et étrange. L'oeuvre va se voir être très vite culte sous l'impulsion d'un nom qui hantera la culture moderne pour de nombreuses années encore.

Informations

Détails du Film La Danza de la Realidad
Origine Chili Signalétique Sensibilité Spectateurs
Catégorie Film Genre Drame - Biopic
Version Cinéma Durée 130 '
Sortie 04/09/2013 Reprise -
Réalisateur Alejandro Jodorowsky Compositeur Adan Jodorowsky
Casting Brontis Jodorowsky - Pamela Flores - Jeremias Herskovits - Alejandro Jodorowsky
Synopsis Le film est un exercice d’autobiographie imaginaire. Né au Chili en 1929, dans la petite ville de Tocopilla, où le film a été tourné, Alejandro Jodorowsky fut confronté à une éducation très dure et violente, au sein d’une famille déracinée. Bien que les faits et les personnages soient réels, la fiction dépasse la réalité dans un univers poétique où le réalisateur réinvente sa famille et notamment le parcours de son père jusqu’à la rédemption, réconciliation d’un homme et de son enfance.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques