Critique Le Retour de Kriminal (Il Marchio di Kriminal)

Le Retour de Kriminal
Le Retour de Kriminal est un retour raté. Sans pour autant cracher sur la très correcte réalisation de Fernando Cerchio ainsi que sur la très belle musique de Manuel Parada, on vous conseillera tout de même de rebrousser chemin pour vous repasser...

Verdict Note : Maladroit sur de nombreux points. Maladroit sur de nombreux points.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Le gentleman cambrioleur en combinaison squelettique est de retour. Un an après son arrestation à Istanbul, le blondinet avide de richesse s’évade à nouveau pour se cacher dans une maison de retraite. Devenant directeur de la maison de repos, il compte bien s’emparer de l’assurance vie des personnes âgées sur place. Une fois de plus, l’inspecteur Milton viendra contrecarrer ses plans maléfiques.

On reste totalement inerte face aux actions entreprises par Kriminal.

Dernier film réalisé par Fernando Cerchio, cette nouvelle aventure de Kriminal possède tous les ingrédients du film de trop. Le charme de Glenn Saxson fonctionne toujours très bien, là n’est pas le problème. Le sentiment général qui se dégage au niveau de cette suite, c’est qu’on reste totalement inerte face aux actions entreprises par Kriminal. Encore plus gentillet que dans le film de Lenzi, on se fiche complètement de le voir entrer par effraction dans la chambre de petites vieilles pour les effrayer durant la nuit. L’intérêt du criminel pour les œuvres d’art ne l’ayant toujours pas quitté, la quête des fameux Rembrandt n’arrive que trop tard dans la construction du récit pour qu’on puisse lui accorder une once de crédit. Là où nous soulignions la capacité du réalisateur à nous faire voyager au travers le monde dans le film original, les tableaux dépeints ici sonnent artificiels. Sans jamais adopter la politique du « bigger and louder » qui s’applique généralement à toutes suites, Le Retour de Kriminal est définitivement raté. Une fois de plus, le personnage de Milton est complètement effacé. Comment un inspecteur de police peut-il exercer une pression sur un criminel s’il n’est jamais là ? De ce fait, les coups orchestrés par Kriminal ne donnent jamais de frisson puisqu’on sait pertinemment que personne ne viendra l’arrêter. Il subsiste bien quelques séquences qui nous rappellent que ce personnage est imprévisible, notamment lorsqu’il décide de se débarrasser de certains de ses complices sur un coup de tête. Mais ce n’est qu’un grain de sable qui ne suffira pas à atténuer l’ennui profond que provoque cette suite.

Le Retour de Kriminal est un retour raté.

Ceci étant, la bande originale sert parfaitement le genre. Avec quelques thèmes suffisamment grands pour envelopper ses actions, on a affaire à des compositions propres, originales et typiquement empreintes de ce genre de film policier de l’époque. La réalisation est solide également. On ne pas reprocher à Fernando Cerchio de ne pas savoir filmer, ce serait mentir. Avec une identité propre au cinéma italien de l’époque, on se surprendra même à retrouver quelques touches du néo-réalisme italien durant quelques séquences avec des cadrages spécifiques très fortement marqués. À la manière d’une bande dessinée, et comme s’il ressentait le besoin de rendre hommage au support original ayant donné vie à Kriminal, Cerchio intègre quelques cartons de type comic pour jouer sur les liens de certaines scènes entre-elles. Comme pour justifier les derniers cartons du film de Lenzi, Cerchio conclue son histoire sur une ouverture qui laisse plus que dubitative. En plus de se précipiter à conclure son histoire par un mini monologue tenu par l’inspecteur Milton, nous n’avons aucune clé nous permettant de croire une seconde en la logique de cette fin. Peut-être que l’œuvre en bande dessinée s’était chargée de donner suite à ce récit-là, toujours est-il que la fin est à l’image de l’ensemble du film : c’est inodore, incolore et éminemment creux. À force d’acharnement de la censure italienne de l’époque sur l’ouvrage papier, Le Retour de Kriminal paie désastreusement le prix fort d’une niaiserie sans pareille. Oubliez les énigmes trépidantes qui nous tenaient en haleine, à la manière d’un James Bond, dans le film d’Umberto Lenzi : tout a un air de déjà vu ici.

Le Retour de Kriminal est un retour raté. Sans pour autant cracher sur la très correcte réalisation de Fernando Cerchio ainsi que sur la très belle musique de Manuel Parada, on vous conseillera tout de même de rebrousser chemin pour vous repasser le premier épisode.

Informations

Détails du Film Le Retour de Kriminal (Il Marchio di Kriminal)
Origine Espagne - Italie Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Policier
Version Cinéma Durée 85 '
Sortie 14/05/1969 Reprise -
Réalisateur Fernando Cerchio - Nando Cicero Compositeur Manuel Parada
Casting Helga Liné - Glenn Saxson - Andrea Bosic - Armando Francioli - Tomas Pico - Evi Rigano - Anna Zinnemann
Synopsis Après s'être une nouvelle fois évadé de prison, Kriminal décide de diriger une maison de repos pour personnes âgées dans le but de s'emparer de leurs primes d'assurance-vie.Grace à une fausse identité et une complice de marque, rien ne semble troubler ses activités souterraines. Mais c'est sans compter sur la présence de l'inspecteur Milton, toujours déterminé à traquer le criminel squelettique.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques