Critique Kriminal

Kriminal
D’une manière générale, Kriminal reste un bon film mêlant action, romance et espionnage. Avec un panel géographique riche, Umberto Lenzi offre une petite pépite d’un cinéma italien encore peu (re)connu dans nos frontières. Merci à Artus Films...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

A l’origine une série de bandes dessinées ultra-violentes, Kriminal s’est offert deux adaptations au cinéma en 1966 et 1968. Voleur intrépide à la combinaison squelettique, Kriminal a tout d’un Fantômas ou d’un Arsène Lupin, le charme d’un James Bond en plus. Sa vie ne tourne qu’autour de mises à mort particulièrement sanglantes et d’érotisme exacerbé. La censure italienne n’ayant pas été clémente avec la bande dessinée, ce voleur particulièrement intelligent s’est adouci au fil des années. C’est à partir de la version édulcorée qu’Umberto Lenzi décide de mettre sur pellicule de nouvelles aventures pour ce héros atypique. Condamné à la pendaison après avoir dérobé la couronne d’Angleterre, Kriminal parvient à s’échapper. Son éternel alter ego, l’inspecteur Milton se cache derrière l’organisation de cette évasion. Kriminal l’apprend et compte bien mettre au point un nouveau plan diabolique qui risque de donner du fil à retordre à son détracteur.

Kriminal est un film qui peut se targuer de nous faire voyager d’une bien belle manière.

Quand il ne filmait pas des films de genre (Le Tueur à l’Orchidée, Au Pays de l’Exorcisme, La Secte des Cannibales, Cannibal Ferox) et autres produits à l’érotisme bien poussé, Umberto Lenzi s’essayait à des films noirs un peu plus sérieux (La Rançon de la Peur) dont Kriminal reste un exemple certain, quoiqu’un peu gentillet quand on connaît le style du monsieur. Impossible de ne pas penser à Fantômas d’André Hunebelle, sorti deux ans plus tôt, quand on analyse de quoi est constitué Kriminal…le côté bagarreur, voire violent, en plus. Magnifiquement bien porté par le néerlandais Glenn Saxson, le personnage de Kriminal est froid, abrupt, charmeur et démesurément souple (il grimpe des façades d’immeuble avec autant de dextérité que Spider-Man). Il incarne un antihéros solide avec lequel on se fait une joie d’embarquer à l’aveuglette dans ses trépidantes aventures. Les méfaits qu’il prépare le mènent un peu partout autour du monde. L’occasion pour Lenzi de mettre en image un univers pluriculturel haut de gamme. Jugez plutôt : la production du film est italo-espagnole, l’acteur principal est néerlandais, il est traqué par des Britanniques de Scotland Yard au travers moult pays parmi lesquels on citera la France ou encore la Turquie. Des quartiers misérables de Londres aux luxueuses tables de poker d’Istanbul, Kriminal est un film qui peut se targuer de nous faire voyager d’une bien belle manière. Bien évidemment, notre mémoire cinéphilique, pour ne pas dire culturelle pour le coup, ne cessera jamais d’imaginer ce fameux criminel comme le jumeau endurci de James Bond…encore que le Bond planté par Craig se rapproche énormément de Kriminal.

Umberto Lenzi offre une petite pépite d’un cinéma italien encore peu (re)connu dans nos frontières.

Côté réalisation, le style épuré de Lenzi étonne. Connaissant les effets de style du monsieur et sa capacité vomitive à abuser des zooms, nous ne pouvons que le féliciter de se calmer promptement pour la mise en image de ce petit bijou policier désormais disponible chez Artus Films. La douceur dans la réalisation va jusqu’à sa bande originale, discrète malgré sa présence quasi continue. D’une très belle qualité, elle souligne parfaitement le niveau d’émotion recherché dans chaque scène. Il subsiste tout de même deux regrets : peu de prestation à l’écran du voleur dans son costume ainsi que la longue absence de l’inspecteur Milton. Pour ce dernier, c’est d’autant plus regrettable qu’on en vient à oublier son utilité dans l’histoire. On se retrouve alors désarçonné lorsqu’il réapparait, comme un cheveu sur la soupe, à presque l’heure de film. D’autant plus que le mobile de la présence du bonhomme, à ce moment de l’histoire, est totalement injustifiée. Une mise à l’écart fâcheuse de celui qu’on aurait souhaité voir se ronger les ongles à l’idée de ne jamais réussir à mettre la main sur le criminel surtout quand on sait que c’est par lui que tout commence. Sans l’initiative de Milton à laisser s’échapper Kriminal, il n’y aurait pas eu le même genre de péripéties proposées ici. Un bien grand trou dans le scénario qui vient entacher les belles qualités que nous lui attribuions ci-dessus.

D’une manière générale, Kriminal reste un bon film mêlant action, romance et espionnage. Avec un panel géographique riche, Umberto Lenzi offre une petite pépite d’un cinéma italien encore peu (re)connu dans nos frontières. Merci à Artus Films d’avoir remis les compteurs à zéro.

Informations

Détails du Film Kriminal
Origine Espagne - Italie Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Aventure - Policier
Version Cinéma Durée 95 '
Sortie 11/01/1968 Reprise -
Réalisateur Umberto Lenzi Compositeur Romano Mussolini
Casting Helga Liné - Glenn Saxson - Andrea Bosic - Ivano Staccioli - Esmeralda Ruspoli - Dante Posani
Synopsis Kriminal s'évade de prison après avoir été condamné à mort pour avoir volé la couronne d'Angleterre. Mais en réalité, c'est l'inspecteur Milton qui a organisé sa libération afin de s'emparer du précieux objet. Malheureusement, le criminel au costume de squelette ne tarde pas à connaître la vérité sur son évasion et élabore une stratégie afin de poursuivre ses activités illicites.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques