Critique Les Vierges de la Pleine Lune (Il plenilunio delle vergini)

Les Vierges de la Pleine Lune
Sous le titre aguichant des Vierges de la Pleine Lune, ce long-métrage est une énième production Ralph Zucker tournée en Italie et dédiée presque exclusivement pour le marché américain.

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

La collection Gothique proposée par Artus Films nous invite une nouvelle fois à replonger dans les travers d’un château mystérieux cachant des secrets malsains. Sous le titre aguichant des Vierges de la Pleine Lune, ce long-métrage est une énième production Ralph Zucker tournée en Italie et dédiée presque exclusivement pour le marché américain. Une nouvelle fois sans budget faisant avec les moyens disponibles, Les Vierges de la Pleine Lune est loin d’être d’une œuvre insipide prise dans le fourmillement d’un marché assommé par des milliers de longs-métrages ne sortant de nulle part à l’époque.

Le cadre resserré évitant toute ventilation d’un décor pauvre en détail, ce long-métrage réalisé par Paolo Solvoy doit toute son efficacité à son chef opérateur Aristide Massaccesi, pseudonyme de Joe d’Amato, futur réalisateur d’exploitation italien officiant entre les années 70 et 80. Joe D’Amato a en effet dirigé de nombreuses séquences des Vierges de la Pleine Lune, donnant par intermittence un véritable cachet au film.

Les Vierges de la Pleine Lune suit les recherches de Karl Schiller sur l’anneau des Nibelungen, bijou mystique qui confère la puissance à celui qui le possède. Alors qu’il mène une quête archéologique, son frère jumeau, Franz, convoite l’anneau à des fins personnelles. Il devance Karl et se retrouve en Transylvanie, au château du comte Dracula. Là, il rencontre la comtesse, la veuve de Dracula, qui le séduit et le vampirise. Peu après, Karl arrive lui aussi au château, pour découvrir une étrange cérémonie de noces suivie par un sacrifice rituel de jeunes vierges.

Mise en scène avec respect et efficacité, le long-métrage séduira sans nul doute le public ciblé.

Comme son histoire le dévoile, nous avons affaire à une énième histoire de vampire. Ou plutôt l’assemblage de l’histoire de la Comtesse de Bathory et celle de Dracula. Car le long-métrage de Paolo Salvoy compte parmi ses 1H18 de métrage une séquence devenue culte. La Comtesse Dracula prend les traits de Rosalba Neri, hypnotique beauté italienne, qui dévoile ses charmes dans une scène de bain de sang. Dans une brume voluptueuse, elle se dresse majestueusement nue toute baignée de rouge sanglant laissant pantois de ces petites formes rondes et tendues. Jamais le charisme et la beauté d’une actrice ne nous auront sautées aux yeux de façon si forte. Car plongeant dans un vide abyssal suite à cette séquence tordante de plaisir, le film sera porté entièrement par la subliminale beauté de Rosalba Neri. À ses côtés, Mark Damon ne sera que ce double énergumène vide et inexpressif continuant à gesticuler pour mener à bien cette aventure fantastico-gothique à son terme.

Tourné sans budget et dans une époque moins faste pour le genre, Les Vierges de la Pleine Lune reste un produit simple et empathique par le fait de ne jamais avilir son spectateur. Mise en scène avec respect et efficacité, le long-métrage séduira sans nul doute le public ciblé, à savoir les amoureux d’un cinéma artisanal prenant les atours d’un château devenu hôtel, ne cherchant jamais à masquer les marques de modernité. Mais il compense par le charme de son inventivité constante mise en exergue dès les premières secondes de son introduction avec cette chasse à la donzelle caméra portée et ce générique gore et sexy.

Informations

Détails du Film Les Vierges de la Pleine Lune (Il plenilunio delle vergini)
Origine Italie Signalétique Interdit aux moins de 16 ans
Catégorie Film Genre Horreur - Epouvante - Fantastique
Version Originale Durée 78 '
Sortie 07/08/1974 Reprise 01/04/2014
Réalisateur Paolo Solvay Compositeur M. Vasil Kojucharov
Casting Rosalba Neri - Mark Damon - Esmeralda Barros - Francesca Romana - Xiro Papas - Sergio Pislar
Synopsis Depuis des années, Karl Schiller recherche l’anneau des Nibelungen, bijou mystique qui confère la puissance à celui qui le possède. Alors qu’il mène une quête archéologique, son frère jumeau, Franz, convoite l’anneau à des fins personnelles. Il devance Karl et se retrouve en Transylvanie, au château du comte Dracula. Là, il rencontre la comtesse, la veuve de Dracula, qui le séduit et le vampirise. Peu après, Karl arrive lui aussi au château, pour découvrir une étrange cérémonie de noces suivie par un sacrifice rituel de jeunes vierges…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques