Critique Transformers: L'âge de l'extinction (Transformers: Age Of Extinction)

Transformers: L'âge de l'extinction
Ce nouvel opus baptisé L’Âge de L’Extinction attisait notre curiosité par l’éviction totale du casting puéril précédent remplacé par une famille moyenne du Texas.

Verdict Note : Monumentale Erreur ! Monumentale Erreur !

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Transformers 1er du nom nous avait laissés dans un état critique à sa sortie en juillet 2007. Nous étions alors qu’à nos balbutiements cinématographiques professionnels, et à la fin de projection, jamais on ne nous reprendrait à une nouvelle aventure de ces robots tordus par une image imperceptible et une histoire débile au possible, simple vecteur à vendre des jouets par milliers et à bouffer du Pop-Corn par tonne pendant 2h24 de métrage.

Après 7ans passés à avoir juste rattrapé d’un œil en vidéo la saga payant les impôts à Steven Spielberg, l’appel du devoir et notre conscience professionnelle nous rappellent à rejoindre les fauteuils rouges et raides d’une grande salle de cinéma pour se plonger dans la nouvelle aventure des robots extraterrestres. Ce nouvel opus baptisé L’Âge de L’Extinction attisait notre curiosité par l’éviction totale du casting puéril précédent remplacé par une famille moyenne du Texas. Mark Walhberg débarque en force dans cette nouvelle ère en patriarche tête en l’air élevant seule sa fille, jolie blonde qui sera l’excuse de plan coquin pour un Michael Bay plus en forme que jamais. Loin d’être un reboot tant redouté par des hordes de fan qui n’ont jamais rien compris à ce qui était une véritable œuvre de divertissement, L’Âge de L’Extinction se rattache pertinemment à l’opus précédent où la chasse au Transformers a été ordonné par un gouvernement pas très content des moult dégâts comptant des millions de dollars. Ainsi, les robots dépliables seront les parias à éliminer à tout prix, pourchasser par un costard cravate belliqueux prenant les atours d’un William Stryker fort ressemblant tant dans le fond que dans la forme.

2h45 de batailles démentielles qui mettront sans nul doute des étoiles pleins la tête à tout enfant de moins de 12ans.

Ainsi Transformers 4 commence son périple de plagiat pendant les 2h45 que dure le (trop)long-métrage. Après une introduction dans l’ère permienne laissant perplexe sur la suite des événements, le film s’ancre dans un Texas pauvre, sans âme qui vive. Mark Walhberg se caractérise comme un pauvre inventeur bricoleur qui peine à joindre les deux-bouts. Pris entre les huissiers et les hormones en chaleur de son adulescente de fille, il ne sait où donner de l’œil jusqu’à la découverte d’un camion fantôme dans un cinéma décrépi (voyez l’incohérence !). Cet événement va être le déclencheur d’un grand n’importe nawak en terme de situation. Car cet inventeur joué par Wahlberg va se transformer rapidement en un soldat d’élite aidant les Transformers à leur réhabilitation et à vaincre les nouveaux ennemis venus envahir la terre.

Transformers: L’Âge de L’Extinction commence alors son tour d’horizon de l’univers science-fictionnel et fantastique depuis le dernier opus sorti en 2011. Cette fine équipe réunie va alors se retrouver dans les rues de Chicago où une bataille démentielle va se mettre en place. C’est ainsi que Michael Bay de par son génie de mise en scène (gloups) va singer ni plus ni moins tout le travail fait par Joss Whedon sur Avengers. Singularisant ses robots au bon air du temps comme des super-héros vaillants, on verra l’interface métallique se transformer non plus en voiture, mais en Iron Man, Thor et son équipe de vaillant Asgardiens. Ainsi Volstagg, Hogun et Fandral prendront forme pour des combats acharnés contre la menace extraterrestre motorisée. C’est ainsi que des courses poursuites seront menées dans les travers des hauts buildings agrippant au passage tout le travail dynamique et puissant de Zack Snyder sur Man of Steel.

Transformers: L’Âge de L’Extinction est un divertissement déloyal contrefaisant tout un pan du cinéma moderne.

Car en deux-trois mouvements, on se retrouvera plongé en Chine où pour des besoins marketing (le film a déjà rapporté plus de 200 millions de dollars de recette là-bas) l’histoire et les batailles démentielles se poursuivent. À la recherche de l’un des antihéros, pâle copie de Steve Jobs qui n’a jamais autant inspiré et rapporter depuis sa triste mort), Mark Walhberg et ses toutous robotiques vont se confronter à une horde de vaisseaux spatiaux aspirant tout le métal sur leurs passages. Plagiant sans vergogne donc l’une des trames principales de Man of Steel, Michael Bay ira, dans un final grandiloquent, jusqu’à singer platement le grand héros de DC Comics dans une dernière envolée iconique.

Transformers: L’Âge de L’Extinction est un divertissement déloyal contrefaisant tout un pan du cinéma moderne. Mais le long-métrage restera tout de même divertissant lors de ces 2h45 de durée. De par une 3D invisible et totalement inutile, Transformers 4e du nom fatiguera plus vos yeux que votre cerveau, prenant une nouvelle fois le pauvre chaland pour un débile profond. Ce n’était pourtant pas vaine perdue pour Michael Bay qui s’essaie - je dis bien essayer  !!! - à une approche plus profonde et mature d’un univers évoluant sous sa coupe depuis trop longtemps. Mais au risque de décevoir ou satisfaire tout ce petit monde fan de l’univers, où l’enfant qui aura moult étoiles dans les yeux en sortant de ce boulgi-boulga n’importe nawak cinématographique, les recettes faramineuses de l’œuvre déjà sortie aux USA et en Chine font d’avance que cet opus sera l’un des gros succès de l’année avec un chiffre final approchant le milliard. Donc vulgairement, on n’a pas fini de bouffer du robot métallique.

Informations

Détails du Film Transformers: L'âge de l'extinction (Transformers: Age Of Extinction)
Origine Etats Unis - Chine Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Aventure - Science - Fiction - Fantastique
Version Cinéma Durée 165 '
Sortie 16/07/2014 Reprise -
Réalisateur Michael Bay Compositeur Steve Jablonsky
Casting Kelsey Grammer - Nicola Peltz - Stanley Tucci - Mark Wahlberg - Sophia Myles - Jack Reynor - Titus Welliver - Bingbing Li
Synopsis Quatre ans après les événements mouvementés de "Transformers : La Face cachée de la Lune", un groupe de puissants scientifiques cherchent à repousser, via des Transformers, les limites de la technologie. Au même moment, un père de famille texan, Cade Yeager, découvre un vieux camion qui n’est autre qu’Optimus Prime. Cette découverte va lui attirer les foudres d’un certain Savoy, dont le but est d’éliminer les Transformers. Pendant ce temps, le combat entre les Autobots et les Décepticons refait surface…

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire
Commentaires sur " Transformers: L'âge de l'extinction "
  • Tenia54

    Tenia54 le 08/08/2014 à 17:53

    Ce qui est quand même formidable, c'est la durée de ces machins :

    Transformers : 2h24

    Transformers 2 : 2h30

    Transformers 3 : 2h34

    Transformers 4 : 2h45

    A ce rythme, le prochain film fera 3h et aura un entracte (pour se prendre 3g de paracetamol).

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques