Critique La Mort aux Trousses (North By Northwest)

La Mort aux Trousses
Cette ressortie splendide par Carlotta de La mort aux Trousses en restauration 8K est la nouvelle preuve qu’une œuvre du cinéaste anglais se nouait d’un avant-gardisme étonnant.

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Alfred Hitchcock est devenu presque instantanément l’ombre généralissime du cinéma moderne. Sa filmographie fleuve est la preuve que le bedonnant anglais était un artiste presque complet, précurseur du cinéma servi comme un café chez Starbucks de nos jours. Alfred Hitchcock est un puits sans fond d’inspiration narrative et visuelle pour tout réalisateur respecté. Les plus grands metteurs en scène actuels lui doivent tout, notamment Brian De Palma ou encore David Fincher.

Cette ressortie splendide par Carlotta de La mort aux Trousses en restauration 8K est la nouvelle preuve qu’une œuvre du cinéaste anglais se nouait d’un avant-gardisme étonnant. La Mort aux trousses est réalisé en 1958 par Alfred Hitchcock. Avec l’aide d’un des meilleurs scénaristes de l’époque, Ernst Lehman (Qui a tué Virginia Wolf  ?; West Side Story), Hitchcock s’inspire de précédentes œuvres de son répertoire comme Les 39 Marches ou La cinquième Colonne. Bénéficiant d’une liberté totale et d’un budget de plus de 3 millions de dollars par les studios MGM, Hitchcock, sans le savoir, va mettre en scène l’un des premiers films d’aventures-actions de l’ère moderne du cinéma.

Cette ressortie somptueuse et bellissime par Carlotta est la raison idéale pour (re)découvrir un film contemporain vieux de 56ans devenu un exemple du genre.

La Mort aux trousses est ce film amorce d’un pan générationnel cinématographique d’aventures imaginaires sur pellicules. Mettant en scène Cary Grant dans le rôle de Roger Thornhill, le charismatique acteur américain incarne un publicitaire enlevé par les hommes de main d’un certain Phillip Vandamm. Ses ravisseurs sont persuadés que Thornhill est un espion nommé Georges Kaplan. Sorti indemne d’une première tentative de meurtre, Thornill se met en quête du véritable Georges Kaplan pour faire la lumière sur cette histoire. Mais bientôt, la police et des tueurs à la solde de Vandamm se lancent à ses trousses.

La Mort aux Trousses installe pratiquement tous les codes du film d’espionnages et d’aventures faisant le succès prochain des James Bond, Coplan ou encore OSS117. Prenant cœur dans la littérature policière ayant fait les grandes heures des romans de gare, Cary Grant est ce magnifique héros presque parfait pris dans les tourments d’un aléa extraordinaire. Traversant tout les États-Unis à la recherche de ce fameux et invisible George Kaplan, Cary Grant sera inconsciemment l’ombre future de l’agent 007. Ce sera presque logique que les producteurs Albert R. Broccoli et Harry Saltzman proposent le rôle de James Bond à Cary Grant et la réalisation de Dr No à Alfred Hitchcock. Le réalisateur déclinera gentiment la réalisation alors que dans un premier temps intéresser, l’acteur daignera le rôle se trouvant trop vieux pour ces «  conneries  ».

La Mort aux trousses est un modèle indémodable du film d’aventures.

Non dénué tout au long du métrage d’un humour (parfois sexuel) salvateur, La Mort aux Trousses est un hymne à l’aventure, un essoufflement long de 2H16 où les plus beaux lieux des USA seront mis en valeur par une photographie, signée Robert Burks, un fidèle du cinéaste, sublime jouant sans cesse avec les figures géométriques (voir cette contre-plongée finale au siège de l’ONU).

La Mort aux Trousses trouve singulièrement toute sa saveur dans le rien déclencher par Alfred Hitchcock. Car l’artiste utilise une fois de plus le procédé du «  Macguffin  », terme proprement hitchcockien désignant un prétexte narratif sans importance. Car davantage que la simple résolution d’une histoire, là où d’autres n’auront jamais le talent de dépasser cette étape, Hitchcock explore un double voyage  : à la fois géographique – le héros est constamment en mouvement – mais surtout initiatique. Car Roger Thornhill se mue au fil de l’avancée en homme à par entière, passant des bras de sa mère à ceux de sa future et troisième épouse, la magnifiquement simple Éva Marie Saint.

Cette ressortie somptueuse et bellissime par Carlotta est la raison idéale pour (re)découvrir un film contemporain vieux de 56ans devenu un exemple du genre. Ludique et spectaculaire, le grand public peut enfin goûter à un produit aux qualités artistiques et esthétiques propres à une œuvre d’art. Mêlé entre toutes ces sorties aseptisées estivales hollywoodiennes, La Mort aux trousses est un modèle indémodable du film d’aventures, que les spectateurs amateurs de bon cinéma et les cinéphiles les plus pointus peuvent apprécier à égale mesure et restaurer maintenant en 8K.

Informations

Détails du Film La Mort aux Trousses (North By Northwest)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Action - Aventure - Comédie - Thriller - Policier - Espionnage
Version Cinéma/Edition Spéciale Durée 136 '
Sortie 21/10/1959 Reprise 30/07/2014
Réalisateur Alfred Hitchcock Compositeur Bernard Herrmann
Casting Martin Landau - James Mason - Cary Grant - Eva-Marie SAINT - Leo G.Carroll - Jessie Royce Landis
Synopsis Roger Thornhill est un publicitaire new-yorkais dont l'existence est centrée autour de son travail et de ses sorties avec sa mère. Lors d'un rendez-vous avec des clients au Plaza Hotel, sa vie va brusquement basculer : deux hommes le prennent pour un certain George Kaplan, le kidnappent et le conduisent à leur chef, M. Townsend alias Phillip Vandamm. Après avoir vainement essayé de lui soutirer des informations, ces derniers tentent de le tuer mais ratent leur coup. Thornhill est alors décidé à révéler le complot fomenté contre ce mystérieux Kaplan. Mais lorsqu'il retrouve le vrai M. Townsend, travaillant au siège des Nations Unies, celui-ci est poignardé sous les yeux de Thornhill, lequel devient le principal suspect de ce crime. Il s'enfuit bientôt de New York, aidée par une jeune femme nommée Eve Kendall, apparemment tombée sous le charme du publicitaire. Mais le jeu de séduction auquel elle se livre se révèle moins innocent qu'il n'y paraît...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques