Critique Nos Pires Voisins (Neighbors)

Nos Pires Voisins
Seth Rogen enchaîne, signe et persiste dans cette exploration totale de la comédie populaire en faisant le tour complet.

Verdict Note : Moyen. Moyen.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

Seth Rogen enchaîne, signe et persiste dans cette exploration totale de la comédie populaire en faisant le tour complet. Se démarquant grandement de son grand ami et manitou Judd Apatow, avec qui il aura tout appris de son poste d’éternel second rôle, Rogen prend les armes et se désigne grand maître des ses productions. L’homme a tout compris et ré-explore perpétuellement la même recette, changeant simplement le visuel. Dans Nos Pires voisins, le pépère rendosse son éternel rôle de gros glandeur, un brin lourd, mais tellement gentil. À ses côtés, il s’attache les services des meilleurs acteur(ice)s possibles dans leur catégorie. Ainsi, on retrouve Rose Byrne en éternelle mère au foyer, personnage dans laquelle elle excelle après ceux interprétés dans les deux Insidious de James Wan, The Place Beyond The Pines, Mes meilleures amies ou encore Mariage à l’anglaise. De l’autre côté des buissons du jardin, les (pseudo)méchants, chefs d’une fratrie de mâles en rûtes prêts à faire des projetX chaque soir. Pour les iconiser, rien de mieux que Zac Efron, jeune belle gueule qui n’hésitera pas à faire tomber la chemise tout au long du métrage. Les filles en prendront plein les yeux, pendant que leur beauf de copain s’empiffra de pop-corn pouffant à chaque situation cocasse et graveleuse. Au côté de l’ami Zac, Dave Franco sera, tout comme son frère à ses débuts, le second rôle talentueux, celui malgré toutes les pépites en premier plan qui attira l’attention grâce à un sourire angeleur, mais surtout à une sympathie transpirant à chaque mimique. La famille Franco est à l’assaut d’Hollywood.

Une comédie en mode automatique.

Après les bases solides d’un tel casting, la comédie se met en mode automatique. L’histoire d’un quartier qui changera de tout au tout quand une confrérie aménagera sa base. Mac et Kelly Radner vivent le parfait rêve américain, avec leur adorable petite Stella et une maison fraîchement (et difficilement) acquise. Ce qui n’empêche pas les jeunes trentenaires de se considérer toujours aussi hype et cool. Pourtant, cette nouvelle étape, dans la vie de ces fêtards pas tout à fait repentis, va s’avérer délicate à gérer et les obliger à négocier leur entrée dans un âge adulte pleinement assumé. Mais avec cette arrivée de voisins pas comme les autres, ils essaient d’abord de s’assurer leur sympathie et leur respect, en tirant le meilleur de cette situation quelque peu inconfortable. Mais la fiesta et les frasques incessantes des étudiants poussent le couple à se montrer plus virulent pour protéger leur territoire et leur tranquillité, et ce qui n’était que des enfantillages dégénère rapidement en un conflit épique de générations.

Le pitch est simple, accrocheur et parle pour tous. Nos Pires Voisins est loin d’être un mauvais film, mais on constate juste que film après film la prise de risques est moindre. L’assurance de livrer un film populaire et dans l’air du temps se fait prégnant. Les rôles sont calculés, quant à certaines situations, elles sont annoncées bien avant le début du film. Malheureusement pour Nos Pires Voisins, on sait ce que l’on va voir et au final on n’est jamais réellement déçu. Loin, très loin d’Albert à l’Ouest où chaque seconde du film on ne savait pas ce qui allez nous tomber sur le coin du nez, ici la surprise est synonyme de néant inter-dimensionnelle. Mais attention, on est à l’opposé de dire que le long-métrage de Nicholas Stoller est mauvais, bien au contraire. Le rire est présent. Les gags à base de cul, référence geek (comics-gaming), d’érections et de défonce envahissent le film. On sourit, quelques fois choqué, mais les effets répondent à un cahier des charges pré-établis comme base scénaristique à un film de Seth Rogen. Les runnings-gag ont déjà été aperçus dans Green Hornet, C’est la fin ou encore Délire Express. Au fond de Nos Pires Voisins, on pourra y trouver un léger discours sur la prise des responsabilités de véritables adultes en devenir (Teddy ou Pete) ou déjà établis avec enfants en base âge (le couple Kelly et Mac). Mais au final, il restera en filigrane assourdi par une musique hype très forte, semblance de faiseuse de rythme, mettant dans l’ambiance souhaitée par le film.

Nos Pires Voisins est une production modèle et divertissante.

Au final, Seth Rogen et son grand pote Nicholas Stoller ne se sont pas trompés. Pour un budget de 18 millions de dollars, leur long-métrage sorti il y a 5 semaines aux USA a déjà rapporté 137 801 000 de dollars. Que dire devant ce fait établi de réussite, nous mettant dans l’erreur de vous dire qu’en fin de compte, on voit presque le même film à chaque coup. Le moment est agréable, voire fun, les acteurs sympa, reflet un tantinet véritable de ce que l’on est dans le quotidien. Cela est vrai, qui ne ressemble pas à ce bon Seth Rogen ou quelle personne n’a pas une Rose Byrne dans son entourage  ? Nos Pires Voisins nous intègre pour le meilleur et pour le pire dans une production modèle et divertissante. Que demander de mieux en plein été avec une bonne glace, sa copine en mini-short à côté de soi, ou ses bons vieux potes en short/T’Shirt et casquette. Au bout du compte, que la vie est belle au travers ou devant ces films.

Informations

Détails du Film Nos Pires Voisins (Neighbors)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie
Version Cinéma Durée 97 '
Sortie 06/08/2014 Reprise -
Réalisateur Nicholas Stoller Compositeur Michael Andrews (IV)
Casting Christopher Mintz-Plasse - Rose Byrne - Seth Rogen - Dave Franco - Zac Efron - Ike Barinholtz - Carla Gallo
Synopsis À première vue, les jeunes parents que sont Mac et Kelly Radner vivent le parfait rêve américain,avec leur adorable petite Stella et une maison fraîchement (et difficilement) acquise dans un charmant quartier résidentiel. Ce qui n’empêche pas les jeunes trentenaires de se considérer toujours aussi hype et cool. Pourtant, cette nouvelle étape, dans la vie de ces fêtards pas tout à fait repentis, va s’avérer délicate à gérer et les obliger à négocier leur entrée dans un âge adulte pleinement assumé. Quand ils découvrent que leurs nouveaux voisins ne sont autres que les membres fervents et débridés d’une confrérie étudiante, menés par le charismatique Teddy, ils essaient d’abord de s’assurer leur sympathie et leur respect, en tirant le meilleur de cette situation quelque peu inconfortable. Mais la fiesta et les frasques incessantes des étudiants poussent le couple à se montrer plus virulent pour protéger leur territoire et leur tranquillité, et ce qui n’était que des enfantillages dégénère rapidement en un conflit épique de générations.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques