Critique La Petite Boutique des horreurs (Little Shop of Horrors)

La Petite Boutique des horreurs
La Petite Boutique des Horreurs est un remake aussi déjanté que le film original de Roger Corman. Frank Oz fait cohabiter l’horreur loufoque de Corman et la magie du spectacle de Broadway au sein d’une même œuvre qui est devenue tout aussi culte...

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

À l’origine une funeste blague suite à un pari avec un de ses amis décorateurs pour le cinéma, La Petite Boutique des Horreurs a été tourné en deux jours par Roger Corman en 1960. Succès immense à sa sortie, le film donna naissance à une comédie musicale sur Broadway. C’est ainsi qu’en 1986, Frank Oz, à peine remis de ses deux derniers films (Dark Crystal et Les Muppets à Manhattan), met en chantier un remake de ce carton de l’horreur absurde.

Les véritables stars du film restent les nombreux caméos agrémentant un grain de folie permanent qui lui donne cette saveur si particulière.

La Petite Boutique des Horreurs est un concentré d’amour du réalisateur pour les années 40 à 60. À commencer par ses narratrices qui rendent clairement hommage à tous ces groupes vocaux féminins comme The Chordettes ou The Ronettes. L’identité musicale du film est très marquée par la pop culture des années 50, d’ailleurs les chansons sont exceptionnelles et vaudront au film d’être nominé aux Golden Globes 1987 dans la catégorie meilleure musique de film. On y suit les déboires de Rick Moranis qui va relancer l’économie de la boutique de fleurs dans laquelle il travaille juste après l’arrivée d’Audrey II, sa plante cannibale, véritable star de la boutique. Afin de conquérir le cœur d’Audrey, sa collègue, il va se soumettre à l’estomac carnivore de plus en plus grandissant d’Audrey II en n’hésitant pas à tuer tous ceux qui feront obstacle pour conquérir le cœur de sa belle. Moranis est fidèle à lui-même : drôle, burlesque, timide. Steve Martin offre un dentiste rocker et tortionnaire d’un très bel acabit. Seulement, les véritables stars du film restent les nombreux caméos agrémentant un grain de folie permanent qui lui donne cette saveur si particulière même presque 30 ans après sa sortie. À commencer par Bill Murray en client sado-maso qui adore souffrir sous le joug de Steve Martin. Il offre un sado-maso encore plus excentrique que celui qui était campé par Jack Nicholson chez Roger Corman et démontre, en moins de cinq minutes, tous ses talents de comédien qui sont toujours aussi inéluctables aujourd’hui. Soulignons aussi la présence du regretté John Candy en animateur radio extraverti qui tourne en dérision une vision de la radio américaine qui n’a pas spécialement changé de nos jours.

La Petite Boutique des Horreurs est tout à fait abordable pour les enfants.

L’aspect d’Audrey II est aussi hilarant que redoutable. Véritable plante castratrice pour le personnage de Moranis, elle témoigne une époque où la femme demandait son indépendance et affirmait son pouvoir. C’est d’autant plus drôle qu’on reconnait la patte humoristique d’Oz dans l’aspect phallique de cette dernière. Dualité certaine qui représente en elle les éternels affrontements hommes / femmes, elle va jusque dans la voix qu’elle arbore (elle est doublée par Levi Stubbs, chanteur leader des Four Tops) avec le genre qu’elle est censée être (une femme). Il y a également cette fameuse réplique culte (« Feed me ! Feed me ! ») qui rythme la montée crescendo dans l’horreur par l’intensité qui est mise dans l’intonation de cette demande. D’ailleurs, La Petite Boutique des Horreurs est tout à fait abordable pour les enfants. C’est un film mignon qui dépeint, certes, des actes criminels et barbares, mais avec une exécution enfantine qui ravira toute la famille devant un film peu commun et qui fait réellement chaud au cœur. Il faut bien avouer que ce remake de Frank Oz remet du baume au cœur en n’importe quelle circonstance et nous fait regretter une certaine époque où on pouvait faire rêver en ne tournant intégralement qu’en studio. Vu les références d’antan auxquels le film rend hommage, il y a fort à parier qu’Oz se faisait sûrement déjà la même réflexion à la fin des 80’s lorsqu’il a tourné le film.

La Petite Boutique des Horreurs est un remake aussi déjanté que le film original de Roger Corman. Frank Oz fait cohabiter l’horreur loufoque de Corman et la magie du spectacle de Broadway au sein d’une même œuvre qui est devenue tout aussi culte que ses pères. À voir et à revoir sans aucune modération !

Informations

Détails du Film La Petite Boutique des horreurs (Little Shop of Horrors)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie Musicale
Version Director's cut Durée 103 '
Sortie 03/06/1987 Reprise -
Réalisateur Frank Oz Compositeur Miles Goodman
Casting Steve Martin - Rick Moranis - Bill Murray - John Candy - Ellen Greene - Vincent Gardenia - James Belushi - Christopher Guest
Synopsis Dans le quartier le plus miteux de New York, Skid Row, se trouve une modeste boutique de fleurs. Les affaires vont mal et Mr. Mushnik, la mort dans l'âme, décide de fermer son magasin. C'est alors que Seymour, son employé, met en vitrine une fleur exotique achetée à un fleuriste chinois.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques