Critique Drive Hard

Drive Hard
Drive Hard de Brian Trenchard-Smith est un DTV de piètre qualité qui offre quelques séquences savoureuses mais qui ne suffisent pas à remonter le film du naufrage assuré. Ne reste qu’un John Cusack qui essaie de sauver la mise comme il le peut,...

Verdict Note : Maladroit sur de nombreux points. Maladroit sur de nombreux points.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Drive Hard, le nouveau film de l’artisan de l’ombre qu’est Brian Trenchard-Smith (Night of the Demons 2, Leprechaun 3 & 4…), réunit Thomas Jane (The Mist, The Punisher, Magnolia) et John Cusack (Les Ailes de l’Enfer, Identity, 2012) au sein d’une course-poursuite effrénée au travers le paysage australien. Gros produit DTV dans une tradition des films du même calibre sortis dans les 90’s, Drive Hard possède toutes les indications, sur papier, pour renouer avec l’époque où nos vidéoclubs pullulaient de ses petits frères et faisaient la joie de nos soirées en famille : un célèbre braqueur de banque prend en otage un ex-pilote de F1 pour lui servir de chauffeur.

Drive Hard est une déception sans pareil.

Drive Hard est une déception sans pareil. Bien évidemment, une sortie DTV peut toujours faire foi d’une qualité moindre et est une raison parfaite pour descendre facilement un film en flèche. Malheureusement pour lui, le dernier film de Trenchard-Smith ne nous fera pas mentir. Malgré de nombreuses séquences d’action redoutablement bien menées, le film laisse un goût amer en travers de la gorge. À commencer par le jeu extrêmement mièvre de Thomas Jane qu’on surprendra, à plusieurs reprises, à essayer de feinter un fou rire, preuve d’une direction d’acteur inexistante et, surtout, une incompréhension évidente de l’acteur lui-même qui doit bien se demander ce qu’il a pu venir faire dans cette galère. Pourtant, John Cusack lui donne la réplique avec justesse et reste impassible face au jeu ouvertement abusé de Jane. Jane qui semble devoir être obligé de surjouer chacun de ses sentiments, chacun de ses gestes. Ne parlons même pas du reste du casting de seconde zone qui ne relèvera jamais le niveau qualitatif de l’œuvre.

Le film est bourré de faux-raccords et d’incohérences.

Il y a tout de même une bande originale très marquée 90’s qui réussira à capter notre attention jusqu’au bout. Une ambiance qui fait réellement regretter un tel manque d’investissement du casting quand on pense à ce que le film aurait pu donner. Il faut croire que l’étiquette nanar horrifique qui collait à la peau du réalisateur ne l’a pas aidé à essayer de proposer un produit fini et aboutit. Le film est bourré de faux-raccords et d’incohérences (ils sortent d’où tous ces portables en possession de Cusack ??). De ce point de vue, Drive Hard est une véritable mine d’or pour quiconque s’amuse à repérer les défauts techniques d’un film. C’est franchement dommage, il y a de vrais moments délectables qui suscitent un intérêt particulier comme notamment la poursuite de la mamie dans le ranch ou encore l’employé de station-service et sa fameuse carabine. Ces moments croustillants sont bien trop rares et auraient pu gagner en intensité si le reste du film n’avait pas été si bancal. De plus, l’histoire s’embourbe dans d’innombrables sous-intrigues qui viennent entacher viscéralement les propos premiers qu’elle cherche à défendre. Par-delà le cliché du syndrome de Stockholm qui habitera le personnage de Thomas Jane, on aurait souhaité que la relation qui subsiste entre les deux hommes soit nettement mieux écrite et filmée. On subit la route à leur côté plutôt que d’apprécier pleinement le voyage. Il semblerait que le réalisateur ait essayé d’y faire subsister plusieurs genres auxquels il n’avait pas encore touché malgré son âge (68 ans) et le bagage cinématographique qu’il traîne. Ainsi on aura droit d’y voir cohabiter le film d’action, policier, le drame, le thriller, la comédie et même des soupçons de western urbain par moment. Avec un gloubi-boulga aussi incohérent qu’inutile, il n’est pas si étonnant d’arriver à un tel résultat.

Drive Hard est un DTV de piètre qualité qui offre quelques séquences savoureuses mais qui ne suffisent pas à remonter le film du naufrage assuré. Thomas Jane est en totale roue libre et ne peut jamais être pris au sérieux vu le ridicule de son jeu. Ne reste qu’un John Cusack qui essaie de sauver la mise comme il le peut, mais le constat est sans appel : vous oublierez Drive Hard aussi vite que votre dernière douche !

Informations

Détails du Film Drive Hard
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 10 ans
Catégorie Film Genre Action - Road Movie
Version Direct To Video Durée 96 '
Sortie 20/08/2014 Reprise -
Réalisateur Brian Trenchard-Smith Compositeur Bryce Jacobs
Casting John Cusack - Thomas Jane - Zoe Ventoura - Mary Ellen O'Neill - Christopher Morris - Damien Garvey
Synopsis Simon Keller, cambrioleur d'envergure internationale, entend engager un conducteur expérimenté pour étoffer son équipe. Il décide de faire appel au service de Peter Roberts, un ancien champion de F1.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques