Critique Dragons 2 (How to Train Your Dragon 2)

Dragons 2
Dans Dragons 2, fini la concentration autour du village viking et sa périphérie. Prenant toute la mesure de l’étendue de son royaume, Dragons 2 nous emmène dans un voyage majestueux emprunt d’un lyrisme palpitant.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film d'Animation

En 2010, Dreamworks sortait un énième film d’animation autour de la confrontation de valeureux Vikings et d’immenses dragons très méchants. À cette époque, l’héroic fantasy n’est qu’au balbutiement d’une renaissance étouffant par la suite notre consommation télévisuelle. En quatre ans, beaucoup de choses se sont déroulés notamment la production de Game of Thrones. Dans une moindre mesure, les enfants avaient Dragons, une aventure restreinte autour des tribulations d’un jeune viking qui par la force des choses réhabilitera les rapports de son peuple et des dragons finalement tout mignons. Le résultat laissait un sentiment perplexe face à cette reconduction des thèmes de l’amitié avec des animaux domestiques façon Pokémon. Dragons s’apparentait alors à un film vite vu vite oublié. Bien seuls de cet avis, nous serons contredits par deux nominations aux Oscars pour le long-métrage de Dean DeBlois & Chris Sanders (meilleur film d’animation et meilleur musique) puis par un succès mondial aux alentours des 500 millions de dollars de recette. Le succès aidant, une série TV et un spectacle live verront le jour agrémentant solidement le succès populaire du film devenu une marque divertissante pour tout enfant normal.

Dragons 2 nous emmène dans un voyage majestueux emprunt d’un lyrisme palpitant.

Dragons 2 s’annonçait dans notre esprit avec de certaines craintes. Le fait est de voir son univers s’ouvrir et évoluer en série TV n’augurait rien de forcément bon. C’est donc avec une relative surprise que nous avons pris place dans une aventure mature (tout comme les personnages) et palpitante. Introduit par une variation du Quidditch viking, Dragons 2 dépasse vite les nuages par une vision épique de sa narration par Dean Deblois, cette fois seul aux commandes. L’homme est libéré de sa collaboration d’avec Chris Sanders (partie sur Les Croods), relâchant le film de toute frustration commercial. Restant par la même une commande, Dragons 2 trouve enfin le ton juste et sa propre personnalité. Tout comme le héros du film, Dean Deblois devient le chef d’une saga devenue épique (propre à devenir une trilogie) et charmante par l’univers dépeint.

Dans Dragons 2, fini la concentration autour du village viking et sa périphérie. Prenant toute la mesure de l’étendue de son royaume, Dragons 2 nous emmène dans un voyage majestueux emprunt d’un lyrisme palpitant. L’équilibre entre les acteurs principaux et leurs dragons se trouve parfait, l’élaboration de plusieurs saisons d’animation télévisuelle aidant à cette prise de marque immédiate.

Le long-métrage de Dean Deblois s’emploie à être un souffle chaud épique idéal à réunir la famille autour des thèmes habituels et universels pour une appréciation joyeuse et totale.

Mieux encore que son aventure héroïque, Dragons 2 trouve la force nécessaire à être un grand film pour toute la famille cette fois-ci par son façonnement intelligent et pertinent des personnages et leurs rapports entre eux. Quatre ans ont passé et cela se ressent sur les personnages. La psychologie et le physique ont évolué laissant place à de jeunes adultes faisant face à la vie et la mort, mais surtout face à leurs responsabilités. Harold devient au fil de l’aventure un combattant téméraire s’élevant enfin en une figure de héros idyllique pour tout bambin. À ses côtés, Krokmou sera lui la mascotte à bien surveiller en second plan, le dragon ayant une posture et une place prépondérante dans le récit. Le réalisateur s’emploie de la meilleure des manières à ne jamais le rendre comme un simple vecteur commercial vendeur de jouets, mais comme un personnage principal dont le rôle s’avéra crucial.

Le meilleur film d’animation des studios Dreamworks.

Dragons 2 est donc la preuve que les studios ont passé le cap des coquilles vides, simple produit vendeur de confiseries et de jouets par milliers. La leçon est prise de laisser libre court à la vision d’un véritable metteur en scène bien aider ici par le génie de la photographie de Roger Deakins, venu sur le film donner quelques conseils. Dragons 2 reste le véhicule propagandiste des éternels thèmes forts et beaux de la famille, du courage, de la solidarité et de l’amitié. Mais le long-métrage de Dean Deblois s’emploie à être un souffle chaud épique idéal à réunir la famille autour des thèmes habituels et universels pour une appréciation joyeuse et totale. Sûrement le meilleur film d’animation des studios Dreamworks.

Informations

Détails du Film d'Animation Dragons 2 (How to Train Your Dragon 2)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film d'Animation Genre Animation
Version Cinéma Durée 109 '
Sortie 02/07/2014 Reprise -
Réalisateur Dean DeBlois Compositeur John Powell
Casting Cate Blanchett - Jay Baruchel - America Ferrera - Gerard Butler - Kristen Wiig - Jonah Hill - Kit Harington - Craig Ferguson - T. J. Miller
Synopsis Cinq ans après la libération des dragons de Berk et le début de la cohabitation entre humains et dragons, Harold, Astrid et Rustik ont 20 ans, tandis que Varek, Kognedur et Kranedur ont 19 ans. Quant à Stoick, il a maintenant 50 ans. Les courses se déroulant entre Astrid, Harold et le reste de la bande à dos de dragon sont devenues populaires dans le village. Harold, quant à lui, invente une combinaison qui lui permet de planer de façon autonome. Au cours des vols d'exploration de Harold et Krokmou, accompagnés d'Astrid, ils sont surpris par la découverte d'une vallée dévastée. Ils vont alors découvrir une grotte glacée secrète abritant des centaines de dragons sauvages, et où surtout vit une mystérieuse cavalière qui s'est donnée pour but de protéger et libérer les dragons sous l'emprise d'un humain. Cette personne n'est autre que la mère de Harold, Valka, pourtant présentée comme morte dans le premier volet (dans une scène, Stoïck, le père du garçon, lui transmet un casque majoritairement constitué du métal de l'armure de sa femme, "comme ça, elle est un peu avec nous !.."). Harold va alors découvrir qu'une menace pèse sur la paix et qu'il faudra se battre : une armée entière, celle de Drago, se prépare à conquérir le monde. Il va donc se retrouver au centre d'un combat visant à préserver les habitants de Berk et leurs montures...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques