Critique Date Limite (Due Date)

Date Limite
En dépit du fait qu’il n’ait rien de bien novateur dans le genre, Date Limite s’impose comme une comédie efficace et fédératrice à apprécier entre amis sans modération. Todd Philips s’appuie du regard contemporain de notre société où...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Fort du carton interplanétaire de Very Bad Trip, Todd Philips est un nom gravé sur chaque coin de lèvre pour quiconque parlant de comédie contemporaine. Il faut dire que le bonhomme s’est forgé ses premières armes en passant par la case teen movie dès son premier long métrage avec le très drôle Road Trip. Un peu avant d’ancrer l'une des gueules de bois la plus célèbre du septième art au sein d’une trilogie savoureuse, Philips s’est fait un petit retour sur les routes choisissant d’apporter une vision quadragénaire (presque quinquagénaire) de son Road Trip. Date Limite sort sur nos écrans en 2010.

Philips met en scène deux valeurs bankable du cinéma hollywoodien afin d’assurer une dualité de corps et d’esprit de tous les instants.

Témoin de l’âge de maturité de son auteur, Date Limite choisit d’exposer ses faits par le biais du buddy movie. Pour bien faire, Philips met en scène deux valeurs bankable du cinéma hollywoodien afin d’assurer une dualité de corps et d’esprit de tous les instants. D’un côté, Robert Downey Jr. qui a su donner un second souffle à sa carrière grâce au succès d’Iron Man en 2008 dans lequel il avait choisi d’assumer pleinement son passé de junkie pour se parfaire une image de dandy moderne attirant à coup sûr le capital sympathie du spectateur, endossant une victime à fort potentiel puisqu'on le sait sujet à de belles crises de nerfs. De l’autre côté, Zach Galifianakis qui, lui aussi, a relancé clairement sa carrière en jouant la carte de l’emmerdeur de première, qui est imprévisible et naïf. Un cocktail explosif qui fonctionne sur papier et détonne une fois à l’écran. Le duo d’acteur témoigne d’une complicité à toute épreuve et fait monter la mayonnaise tellement vite et tellement haut que Date Limite est immédiatement devenu une révérence du voyage catastrophique par excellence. L’humour provocateur, acerbe et sans concession de Philips arrive à rendre cet aspect moderne tant recherché par bien d’autres réalisateurs. Il faut dire que question vanne potache, le film nous en donne pour notre argent, tout y passe, de la masturbation aux blagues scatophiles en passant par les inévitables accidents entrainants multiples blessures corporelles. Date Limite est un fou rire (presque) incessant de 90 minutes parmi lesquelles on vous déconseille vivement de manger ou boire au risque d’en perdre la majeure partie en cours de route. Le comique de situation doit surtout au physique atypique de Galifianakis qui arrive à mouvoir son corps pour s’en servir comme machine à faire monter la pression sanguine de Downey Jr.

La réalisation est dopée à la testostérone.

La réalisation est dopée à la testostérone. Todd Philips ne laisse pas le temps au spectateur de reprendre son souffle. Si c’est sa plus grande qualité, c’est également son plus gros défaut. En effet, le film donne l’impression d’user toutes ses cartes au bout d’une heure et comble comme il peut sa dernière partie. Certains y verront un rapport évident avec la psyché du personnage de Robert Downey Jr. qui bascule petit à petit dans un dépit forcé et contraint de subir les maladresses incessantes de son compagnon de fortune. Malheureusement, cette perte d’intérêt gâche légèrement le paysage dans cette bien belle jolie fresque mais n’entache en rien les qualités plus qu’évidentes du métrage. On regrettera presque qu’une telle analyse vienne troubler la joyeuse fête, mais, après plusieurs lectures, le constat reste le même : le contrat est rempli à 97%. Sans remettre en cause les talents des comédiens ni ceux du réalisateur, il manque un traitement essentiel dans l’aboutissement de l’histoire du film : la prise en compte du facteur "public actuel". Les jeunes adolescents, à qui s’adresse en premier lieu Date Limite, ont tendance à se lasser très vite. À l’heure où internet remplace l’éducation de papa et maman, ils ont besoin que tout aille toujours plus vite. Avec un cerveau en ébullition permanente, il faut sans cesse créer l’attractivité pour maintenir l’attention des intéressés en parfait éveil. Ne vous inquiétez pas pour autant, le film reste fortement louable et réserve bon nombre de moments anthologiques pour qu’on lui pardonne aisément cette légère omission ; et il faut bien avouer que faire un sans-faute, notamment sur une comédie, relève de l’impossible.

En dépit du fait qu’il n’ait rien de bien novateur dans le genre, Date Limite s’impose comme une comédie efficace et fédératrice à apprécier entre amis sans modération. Todd Philips s’appuie du regard contemporain de notre société où la blague grivoise n’aura jamais autant été d’actualité.

Informations

Détails du Film Date Limite (Due Date)
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Comédie
Version Cinéma Durée 95 '
Sortie 10/11/2010 Reprise -
Réalisateur Todd Phillips Compositeur Christophe Beck
Casting Jamie Foxx - Robert Downey Jr. - Zach Galifianakis - Michelle Monaghan - Juliette Lewis
Synopsis Cinq jours séparent Peter Highman du jour où il sera père pour la première fois, au terme de la grossesse de sa femme. Tandis qu’il se dépêche de prendre un vol d’Atlanta pour être à ses côtés pour la naissance, ses meilleures intentions s’en vont à vau-l’eau. Une rencontre fortuite avec Ethan Tremblay, un acteur en quête de reconnaissance, force Peter à faire de l’autostop dans une virée qui va le mener à travers le pays, détruisant au passage plusieurs voitures, de nombreuses amitiés et sa dernière résistance.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques