Critique Hansel & Gretel : Witch Hunters

Hansel & Gretel : Witch Hunters
Hansel & Gretel : Witch Hunters de Tommy Wirkola est un film dopé à l’adrénaline (et au sucre) où les déferlantes de grosses tatanes rythment un fil rouge assaisonné à l’hémoglobine élevée par Tex Avery. On rit, on jubile et on passe un...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Quand l’irrévérencieux Tommy Wirkola débarque aux États-Unis, on obtient Hansel & Gretel : Witch Hunters. Fort du succès de Dead Snow dans lequel il s’était donné un malin plaisir à ressusciter une horde de nazis zombies, Wirkola récidive dans le fantastique en détournant l’un des contes les plus connus de tous les temps. Les bandes-annonces laissaient supposer un film d’action classique lorgnant la frontière du nanar raté à la Blanche-Neige et le Chasseur, quelle ne fut pas la surprise une fois nos yeux posés sur l’œuvre.

Hansel & Gretel : Witch Hunters est un joyeux défouloir salvateur de 90 minutes.

Hansel & Gretel : Witch Hunters est un joyeux défouloir salvateur de 90 minutes. Il décide de se s’inspirer de la base historique du conte pour apporter une théorie soumise depuis peu au cinéma : que se passe-t-il ensuite ? Offrant aux spectateurs les courbes généreuses de la sublime Gemma Arterton et la plastique virile de Jeremy Renner, nos deux héros apportent une touche rock’n’roll à un film à l’ambiance survoltée qui ne décolère jamais. Choisissant de faire de nos deux victimes des chasseurs professionnels désinvoltes et partiellement immortels dû à leur passé, Wirkola étonne par un parti pris stylistique foutrement couillu. Ça se bastonne, ça se cogne jusqu’à effusion de sang dans des décors en carton de chez Ikéa. Le film ose un ton ouvertement décalé dans un esprit enfantin offrant un conte pour adulte d’un très bel acabit. Ce qui est d’autant plus surprenant, c’est qu’il se permet des scènes de violence graphique parfois gore, le tout envoyé avec un esprit très cartoon apportant de bons lots de fous rires intenses. N’oubliant jamais de cracher ouvertement sur tous les films pour adolescentes prépubères (Twilight en prend pour son grade avec notamment le personnage du Troll dénommé Edward devenu esclave des sorcières), Wirkola offre une vision quasiment superhéros d’un mythe intergénérationnel. On regrettera peut-être une Famke Janssen qui ne peut s’empêcher de surjouer la méchante de service agaçante dans toute sa laideur.

Ça se bastonne, ça se cogne jusqu’à effusion de sang dans des décors en carton de chez Ikéa.

Question mythe, on peut vraiment dire que Hansel & Gretel : Witch Hunters le revisite entièrement. Avec un sens amoral inouï se permettant de cogner sur des enfants aussi durement que sur un mur de briques, Wirkola entend ne pas faire dans la dentelle et nous le fait savoir dès son ouverture. S’adressant à un public en recherche de sensations fortes, il utilise une 3D survitaminée où la frontière avec le jeu vidéo n’est jamais bien loin. Hansel & Gretel : Witch Hunters est un héritage geek s’inscrivant dans un panthéon parfait de classiques en devenir parmi lesquels il risque fortement de devenir culte. Jamais une chasse aux sorcières n’aura été aussi savoureuse. Wirkola propose une époque avec des relents d’anticipation sauce western urbain offrant une dimension lourdement fantaisiste et fédératrice à son métrage. Les armes déployées forcent une admiration certaine chez le spectateur, les ralentis gagnent en intensité dès lors où l’on accepte que Wirkola en fasse ouvertement des tonnes pour amuser la galerie. On en revient à l’héritage geek initié par les Wachowski dans leur trilogie Matrix qui continue à avoir une influence certaine sur le cinéma d’action contemporain. Il décide également d’étoffer l’univers des héros en proposant des maux particuliers justifiant leur condition. C’est franchement hilarant de voir Jeremy Renner réduit à un diabète chronique, s’obligeant à s’administrer une dose permanente d’insuline pour ne pas passer l’arme à gauche. C’est grâce à ce genre de petits détails, certes pas d’une inventivité extrême, que le film de Tommy Wirkola se place en tant qu’œuvre coupable qu’on prend plaisir à voir et revoir sans modération.

Hansel & Gretel : Witch Hunters est un film dopé à l’adrénaline (et au sucre) où les déferlantes de grosses tatanes rythment un fil rouge assaisonné à l’hémoglobine élevée par Tex Avery. On rit, on jubile et on passe un excellent moment permettant de sortir de la séance avec un engouement tel qu’on lui pardonnera nombreuses de ses faiblesses.

Informations

Détails du Film Hansel & Gretel : Witch Hunters
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Action - Horreur - Epouvante - Fantastique
Version Non censurée Durée 101 '
Sortie 06/03/2013 Reprise -
Réalisateur Tommy Wirkola Compositeur Atli Örvarsson
Casting Gemma Arterton - Jeremy Renner - Peter Stormare - Famke Janssen - Thomas Mann
Synopsis Liés par le sang, Hansel et Gretel ont aujourd’hui soif de vengeance, et ils s’en donnent à cœur joie. Pourtant, sans le savoir, ils sont désormais victimes d’une menace bien plus grande que leurs ennemis : leur passé.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques