Critique X-Men: Days of Future Past

X-Men: Days of Future Past
Days of Future Past se voit comme une suite, mais aussi comme un reboot suprême d’une saga essayant de corriger, tant bien que mal, les mauvais choix artistiques pris entre chaque volet.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

En 1999, deux ans après le génocide des super-héros par Joel Schumacher et son Batman & Robin, la Fox sort sur les écrans la première aventure cinéma des X-Men. Véritable pari pour le studio, X-Men est réalisé par Bryan Singer, un jeune réalisateur bien installé puisque déjà auteur de 3 films dont Usual Suspects. Très loin d’être parfait (le film vieillit très mal dû à une caractérisation minable des personnages), X-Men a la bonté de ramener le genre « super-héros  » sur le devant de la scène par le biais d’un script solide et d’un message de fond pertinent qui sera le fil conducteur d’une future saga à succès. Singer a le mérite de traiter son sujet avec intelligence et sérieux, apportant aux fans un film de héros en collants digne de ce nom. X-Men premier du nom sera alors l’instigateur du renouveau populaire des héros américains, porté ensuite à son paroxysme par Sam Raimi et son Spider-Man.

En 2003, Singer retourne à l’école du Professeur X pour un deuxième épisode ultime, le plus populaire de la saga et ayant rencontré un énorme succès. X-Men 2 est en effet l’épisode central de la première trilogie, et Bryan Singer passe le cran au-dessus en terme d’action (l’introduction avec Diablo, par exemple) et d’intrigue, mettant en son cœur le héros préféré de la bande : Wolverine. Cet opus est la médiane convergente vers un épisode 3 promis à être titanesque, et la porte ouverte à une exploration solo de l’univers de Logan (campé par le charismatique Hugh Jackman).

Mais voilà : Bryan Singer se voit mettre sous son nez Superman Returns (rêve ultime du réalisateur) à défaut de X-Men 3 - L'affrontement final, qu’il essaie tant bien que mal de garder au chaud. Mais la Fox n’est pas de cet avis et lance X-Men 3 avec à sa barre Brett Ratner (Matthew Vaughn ayant été viré comme un mal propre). Pendant que Bryan Singer fait joujou avec son Superman ringard, Ratner détruit tout espoir de voir une conclusion digne de ce nom sous l’égide du Phoenix Noir. X-Men 3 n'est en effet qu'un blockbuster parmi tant d’autres sur lequel la Fox n’a apporté aucun soin. Après l’épisode mineur, mais efficace, de Wolverine en solo, la Fox voit Marvel réussir l’expansion de son univers cinématographique avec succès. L’idée lui vient alors de relancer manu militari la franchise des mutants sous forme de continuité/reboot. Le projet est confié une nouvelle fois à Bryan Singer, qui se chargera "seulement" d’être à la production et d’écrire le scénario, offrant la réalisation à Matthew Vaughn, disponible après son succès avec Kick-Ass.

Days of Future Past est une nouvelle aventure solide où les personnages charismatiques de la saga se réunissent pour conclure des années de divagations de production.

Baptisé First Class, ce nouvel épisode a pour but de relancer la série avec les personnages originaux (ceux de la première équipe créée en 1963). On retrouve alors Professeur Xavier jeune sous les traits de James McAvoy, Michael Fassbender en Magneto, ou Jennifer Lawrence en Mystique. Incorporant l’intrigue autour de Magneto et de l’histoire elle-même du monde (crise des missiles de Cuba, guerre froide, etc), X-Men  : First Class est une véritable réussite, une gourmandise kitsch portée par des acteurs fascinants, futures icônes de leurs générations. Ce nouveau film, censé relancer la saga, est un énorme succès, assez en tout cas pour redonner à la FOX de l’intérêt aux mutants, et qui ne tarde pas à sortir la suite des aventures de Wolverine comme une Story-Line pertinente.

Days of Future Past se voit comme une suite, mais aussi comme un reboot suprême d’une saga essayant de corriger, tant bien que mal, les mauvais choix artistiques pris entre chaque volet. Intégrant de peine et de misère First Class, DOFP lui confère une certaine légitimité avec cette pseudo-histoire de voyage dans le temps. S’inspirant directement de l’arc éponyme de Chris Claremont, on retrouve les X-Men (tout du moins ce qu'il en reste) dans un futur lointain et apocalyptique. Se rapprochant de l’univers de Terminator par sa noirceur, ce futur sombre voit les mutants parqués dans des camps de concentration puis être décimés. Recherchés par les Sentinelles, les X-Men survivants (Wolverine, Magneto, Pr X, Kitty) décident d’envoyer, grâce aux pouvoirs de Shadowcat, la conscience de Wolverine dans le passé pour changer l’avenir (à savoir empêcher l’assassinat de Bolivar Trask, créateur des sentinelles, par Mystique). Nous voici alors replongés au début des années 70. Nixon est au pouvoir, et l’on apprend que Magneto a tué J.F Kennedy.

Malgré une conclusion se foutant ouvertement de nous, ce nouvel arc est brillant de maîtrise s'appuyant sur des figures iconiques salvatrices.

Days of Future Past donne cette amère impression de justifier la présence du prequel de Matthew Vaughn dans la saga cinématographique. Mélangeant tous les personnages forts des films, il arrive au final à annihiler First Class, la présence future de James McAvoy et Michael Fassbender étant quasi nulle. Jamais, ô grand jamais le film de Matthew Vaughn ne méritait une si piètre reconnaissance. First Class étant de loin le meilleur épisode de la saga, DOFP aura au moins le mérite de conclure la préquelle de forte belle manière, ce nouvel épisode, repris en main par Bryan Singer, étant une solide aventure temporelle. En dépit de quelques brouilleneries dans l’assemblage de tous les films, DOFP est le film conducteur parfait d’une conclusion prochaine. Film neutre, mais efficace, le long-métrage est une sorte de conclusion introductive souveraine d’une future Apocalypse ayant fait chavirer la salle dès son annonce.

Malgré le fait d’être ce tournant rectificateur d’une saga perdue entre des épisodes plus ou moins assumés et des préquelles magnifiques, mais ne servant finalement à rien, Bryan Singer se sert de cette étape pour reformater totalement son propre univers. On regrettera alors que l’évolution des personnages reste au point mort, la volonté n’étant ici que de sauver un monde pouvant encore rapporter beaucoup d’argent.

Mettant en avant des figures porteuses et jeunes, X-Men  : Days of Future Past donne cette impression impertinente de faire l’aveu d’années de production mercantiles, de fourrages de productions merdiques résumées en une conclusion opportuniste nous riant à la gueule d’avoir avalé de si belles promesses. Quand c’est par le biais d’une production soignée brossant le public dans le sens du poil, la pilule passe toujours mieux.

Informations

Détails du Film X-Men: Days of Future Past
Origine Etats Unis Signalétique Tous Publics
Catégorie Film Genre Aventure - Fantastique
Version Cinéma Durée 132 '
Sortie 21/05/2014 Reprise -
Réalisateur Bryan Singer Compositeur John Ottman
Casting Ellen Page - Ian McKellen - Halle Berry - Hugh Jackman - James McAvoy - Patrick Stewart - Omar Sy - Jennifer Lawrence - Michael Fassbender - Shawn Ashmore
Synopsis Les X-Men envoient Wolverine dans le passé pour changer un événement historique majeur, qui pourrait impacter mondialement humains et mutants

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire
Commentaires sur " X-Men: Days of Future Past "
  • Tanya Turner

    Tanya Turner le 19/05/2014 à 10:45

    Caméo de jean grey et Cyclope ! Ca c'est la bonne nouvelle !

  • Comotu

    Comotu le 23/05/2014 à 11:35

    Pour tous ceux qui aiment la science fiction (sans le gor). Pour passer un bon moment.

  • ceka

    ceka le 29/05/2014 à 19:51

    Un très bon X-men qui surf sur la vague reboot temporel à la Star Trek, et qui réussi son entreprise.

    Hâte de voir la suite avec le plus dangereux des mutants: Apocalypse!

  • Tanya Turner

    Tanya Turner le 01/06/2014 à 10:37

    Vu hier soir et que dire : le plus mauvais de la saga, je dis bien le moins bien car le film reste pas mal malgré tout même si pour le voir vaut mieux avoir vu tout les autres ! La 3D effet de mode gache beaucoup de choses dans le sens où le film est mons spectaculaire que le commencement, moins d'émotions et surtout beaucoup moins d'effets spéciaux (ben oui la 3D a un coût qui se répercute à l'écran !) et film bien plus sombre ! Bref ce n'est pas fini puisque X-men Apocalypse est déjà à l'écriture ! Au final on retrouve tout nos héros comme si les opus précédent n'avaient jamais existés !

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques