CRITIQUE : Du Sang et des Larmes (Lone Survivor)


Du Sang et des Larmes

Critique du Film

Après le très mauvais Battleship, Peter Berg revient à la réalisation en adaptant le best-seller de Marcus Luttrell, Lone Survivor. Il raconte l’histoire de l’échec de l’opération Red Wings menée par les Navy Seals en 2005 contre les talibans. Nominé aux Oscars 2014 pour le meilleur montage et mixage son et récompensé dans la catégorie meilleur film d’action au Las Vegas Film Critics Society Awards 2013 ; Du Sang et des Larmes propose une plongée viscérale et sans concessions au cœur d’un événement tragique s’étant déroulé il y a moins de dix ans.

Du Sang et des Larmes est un film de guerre poignant et édifiant qui rappellera toute la force et la maîtrise qu’on a pu retrouver chez Spielberg ou Stone.

Le casting du film est détonant. Non content de retrouver les excellents Mark Wahlberg, Taylor Kitsch, Emile Hirsch ou encore Eric Bana, Du Sang et des Larmes est un film de guerre poignant et édifiant qui rappellera toute la force et la maîtrise qu’on a pu retrouver chez Spielberg ou Stone. Il met en avant comment une opération majeure associée à une idée de routine pour ces soldats a pu facilement tourner au vinaigre. On comprend très vite que c’était le souhait des talibans d’attirer ces soldats dans cette crevasse à l’allure infranchissable. Le profil bas dont ils font preuve amène les troupes d’élite américaines à n’envoyer qu’un nombre infime de soldats alors que la force de frappe ennemie se révèle être beaucoup plus grande. Il y a un sentiment de claustrophobie poignant qui s’installe qui convainc très vite le spectateur qu’aucune issue n’est possible. Les Navy Seals se retrouvent abandonnés face à leur propre peur, pris au piège de toute part. L’ouverture du film est vraiment intéressante. Elle montre comment on endurcit au maximum ces soldats atypiques afin de les conditionner à affronter n’importe qu’elle situation. Cet endurcissement sera métaphorisé par cet amas de roche sur lequel ils feront couler leur sang à foison sans jamais baisser les bras. L’idée d’une invincibilité certaine sera retranscrite dans une tirade juste mais vraie d’un des soldats qui s’exclamera juste avant de tirer sur l’ennemi : « Tu peux mourir pour ta patrie, je vais vivre pour la mienne ! » Il n’y a pas de cliché patriotique qui se met en place puisqu’on conditionne ces soldats dès le premier jour de leur enrôlement à se battre pour la gloire de leur pays.

Les scènes d’action sont brutales et troublantes de vérité.

Les scènes d’action sont brutales et troublantes de vérité. On a la très nette impression d’assister à cette longue mise à mort comme si nous étions sur place. Malgré une haine ambiante anti-afghane qui aurait pu en découdre d’un tel sujet, on ressent surtout un traumatisme beaucoup plus profond des deux côtés. Les afghans comme les américains ne semblent plus comprendre pourquoi ils exécutent les ordres à la lettre. Le lieu et la place restent propices à des affrontements où la peur est le principal moteur. Le terroriste afghan est en définitive aussi apeuré et meurtri que le soldat américain et on le ressent surtout lors d’un des derniers face à face entre Wahlberg et ses détracteurs. On peut aussi remercier Peter Berg qui ne cède pas à une réalisation aseptisée comme sur Battleship. On retrouve beaucoup plus le Berg couillu de Hancock qui ose des valeurs de plans inadéquates pour certaines séquences mais qui brillent par une beauté inouïe. Berg sait filmer et les scènes d’action n’en sont que plus retentissantes puisqu’il place directement sa caméra au service des désirs du spectateur. La scène où Murphy demande du renfort aérien vous fera indubitablement penser à une des séquences cultes du Platoon d’Oliver Stone, une scène à couper le souffle qui réunit en son sein toute la verve du réalisateur. Le film est produit par Mark Wahlberg himself et jamais on ne sent une envie de l’acteur de se mettre en avant en dépit du fait qu’il tienne le rôle principal. Avec beaucoup de retenue, il laisse amplement la place à ses camarades de jeu pour placer leurs répliques ce qui amène un profond attachement à tous. Leur histoire marque le spectateur qui s’identifie très aisément ce qui joue beaucoup sur le fait qu’on se sent réellement concerné par l’intrigue qui ne relâchera jamais la tension jusqu’à son générique final.

Du Sang et des Larmes est un film de guerre extrêmement bien étoffé et travaillé qui plaira énormément à tous les amateurs du genre. La violence dépeinte ne pardonne pas, on souffre réellement avec les personnages. Peter Berg reprend du poil de la bête juste après un Battleship plus que navrant pour notre plus grand plaisir.

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Informations

Détails du Film Du Sang et des Larmes (Lone Survivor)
Origine Etats Unis Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Action - Drame - Guerre
Version Cinéma Durée 121 '
Sortie 01/01/2014 Reprise -
Réalisateur Peter Berg Compositeur Steve Jablonsky
Casting Ben Foster - Eric Bana - Mark Wahlberg - Taylor Kitsch - Emile Hirsch - Yousuf Azami - Ali Suliman - Alexander Ludwig
Synopsis Le 28 juin 2005, un commando de quatre Navy Seals prend part à l’opération "Red Wing", qui a pour but de localiser et éliminer le leader taliban Ahmad Shah. Mais rapidement repérés et encerclés, les quatre soldats vont se retrouver pris au piège.

Par Anthony Verschueren