Critique De Guerre Lasse

De Guerre Lasse
De Guerre Lasse est un film noir comme la France n’en connaît plus trop le goût. Depuis la disparition des Jean-Pierre Melville ou Yves Boisset pour ne citer qu’eux, le cinéma s’est écarté d’un genre ayant fait son succès pour se pourvoyer...

Verdict Note : Intéressant dans son ensemble. Intéressant dans son ensemble.

Par Mathieu Le Berre

Critique du Film

De Guerre Lasse s’ouvre sur le visage fermé de Jalil Lespert. De retour dans sa ville natale, il regarde le paysage défilé sous ses yeux, le rapprochant inéluctablement de sa patrie familiale. Dès les premières minutes, le personnage de Jalil Lespert, Alex, revoit sa première vie défilée devant lui, ce train le ramenant vers un passé qu’il a essayé d’oublier sous les bombardements d’Afghanistan. Fils d’un caïd pied-noir marseillais, Alex s’est engagé dans la Légion pour échapper à un règlement de compte avec la mafia Corse. 4 ans plus tard, il revient sur Marseille pour retrouver Katia, son amour de jeunesse. Mais en ville les rapports de force ont changé : son père s’est retiré des affaires, laissant les Corses et les gangs des Quartiers Nord se partager le contrôle de la ville. 
La détermination d’Alex va bouleverser cet équilibre fragile au risque de mettre sa famille en danger.

Le personnage d’Alex n’est que le point d’ancrage d’un drame familial sous-teintée d’histoire mafieuse. De Guerre Lasse est un film noir comme la France n’en connaît plus trop le goût. Depuis la disparition des Jean-Pierre Melville ou Yves Boisset pour ne citer qu’eux, le cinéma s’est écarté d’un genre ayant fait son succès pour se pourvoyer dans des productions comiques de bas étage faisant le succès des grandes soirées cinéma des chaînes TV productrices. Mais depuis certaines années, quelques irréductibles réalisateurs viennent mettre quelques miettes dans le rouage économique proposant des solutions efficaces et peu chères dans un cinéma frais et nerveux. De cette révolution cinématographique française, Fred Cavayé est le porte-étendard sonnant la charge avec Pour Elle en 2008.

De Guerre Lasse est un film noir chaud et émouvant comme la France n’en connaît plus trop le goût. Depuis la disparition des Jean-Pierre Melville ou Yves Boisset pour ne citer qu’eux, le cinéma s’est écarté d’un genre ayant fait son succès pour se pourvoyer dans des productions comiques de bas étage faisant le succès des grandes soirées cinéma des chaînes TV productrices.

Olivier Panchot suit le chemin tracé en nous livrant un nouveau polar chaud et émouvant. Après un premier film sorti dans la discrétion totale en 2007, il livre avec De Guerre Lasse plus qu’un simple petit film policier. La noirceur servant d’armature au film n’est que le fil tendeur d’un drame familial sur fond d’histoire communautaire. Se rapprochant modestement du cinéma de Coppola (Le parrain 2) et surtout de James Gray (The Yards, La nuit nous appartient), Olivier Panchot met en scène des icônes mafieuses sur fond de règlement de compte pour mieux détailler cette trame moderne d’un racisme toujours présent et pullulant encore les travers des rues de Marseille. Quel meilleur endroit que Marseille pour développer cette intrigue prenant racine sur les terres sauvages d’Algérie.

De ce pays sec, nous n’en verrons rien. Le réalisateur français a la malice de nous y emmener par les souvenirs nostalgiques des protagonistes (merveilleux discours de Tchéky Karyo au 90ans de sa mère) et l’envie de certains d’y retourner pour une nouvelle vie. Ce souhait d’une nouvelle vie passera comme tout film noir par la résolution de secret gangrénant une famille. La responsabilité de ses choix passés ayant conduit vers la perte d’un fils partie malgré lui vers une guerre autre lui ayant enlevé toute réalité et toute identité. Alex revient après 4ans complètement fou, renversé par une guerre qui n’était pas la sienne. Composant d’un Rambo dans le corps de Jason Bourne, Jalil Lespert endosse remarquablement le rôle entre justesse et abandon total (le voir déambuler sur les périphériques après la course poursuite et l’accident).

De Guerre Lasse est une œuvre sincère et belle.

En dépit de quelques longueurs évitables, De Guerre Lasse est à l’image de son antihéros principal  : le film prend le large vers les salles de cinéma en toute insouciance, jouant franc-jeu dans l’acceptation du public à trouver dans le long-métrage d’Olivier Panchot une œuvre sincère et belle.

Informations

Détails du Film De Guerre Lasse
Origine France Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Drame - Policier
Version Cinéma Durée 94 '
Sortie 06/05/2014 Reprise -
Réalisateur Olivier Panchot Compositeur Eric Neveux
Casting Olivier Rabourdin - Sabrina Ouazani - Tchéky Karyo - Jalil Lespert - Hiam Abbass - Mhamed Arezki - Jean-Marie Winling - Abraham Belaga
Synopsis Alex, fils d’un caïd pied-noir marseillais, s’est engagé dans la Légion pour échapper à un règlement de compte avec la mafia Corse… 4 ans plus tard, Alex déserte et revient sur Marseille pour retrouver Katia, son amour de jeunesse. Mais en ville les rapports de force ont changé : son père s’est retiré des affaires, laissant les Corses et les gangs des Quartiers Nord se partager le contrôle de la ville. La détermination d’Alex va bouleverser cet équilibre fragile au risque de mettre sa famille en danger...

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques