Critique Dark Clown (Stitches)

Dark Clown
Stitches est un second essai pour Conor McMahon qu’on valide entièrement. L’humour irlandais qui en sort rend l’expérience savoureusement délectable. Les effets gores sont d’excellente facture et Ross Noble tient le show d’une main de maître....

Verdict Note : Exceptionnel ! Exceptionnel !

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

À tous les fans de la Troma, la firme n’a pas frappé, mais a fait des fils bâtards. Dark Clown (ou Stitches, on ne comprend toujours pas la lubie de traduire des titres anglais par un autre) est le second film réalisé par Conor McMahon. Après le sanguinolent Dead Meat, il s’attaque à une histoire faite de sang, de tripes et de clown assoiffé de vengeance.

Stitches est un pur produit made in 80’s qui sent bon la nostalgie des films d’antan.

Stitches est un pur produit made in 80’s qui sent bon la nostalgie des films d’antan. C’est un savoureux cocktail qui se constitue de trois ingrédients essentiels : des adolescents attardés, un croquemitaine charismatique et une bonne grosse dose d’hémoglobine. Les coulrophobes n’ont qu’à bien se tenir. Ceci dit, on est bien loin de l’effrayant Pennywise campé par Tim Curry dans Ca qui en a traumatisé plus d’un(e). Le clown animé par Ross Noble s’apparente beaucoup plus à Freddy Krueger. Il est sadique et s’en amuse plus que de raison. Il ne manque pas de nous servir des punchline grasses en passe de devenir cultes et, qui plus est, comme notre cher Krueger susmentionné, inventif dans ses exécutions. Il faut bien avouer que ce n’est pas tous les jours qu’on voit un lapin sortir non pas d’un chapeau, mais de la gorge d’une victime. Ross Noble trouve ici un premier rôle à la hauteur de son génie comique. Humoriste aguerri et spécialiste du stand-up, il donne vie à un clown charismatique. Stitches est un peu le demi-frère du Captain Spaulding de chez tonton Rob Zombie. On nous le présente comme un redneck vivant dans une caravane, alcoolique, fumeur et queutard notoire. C’est exactement l’archétype même de l’antihéros pour lequel on se prend de suite d’affection. Il en ira de votre capacité à savoir patienter puisqu’il faudra attendre un certain temps avant de voir planer l’ombre de notre tueur machiavélique, mais croyez-nous, l’attente vaut largement le coup d’être vécue.

Stitches est un film qu’on adore pour ses défauts.

Si nous citions la Troma en début de chronique ce n’est pas anodin. Tout le casting, à l’exception de Noble, frôle l’amateurisme décomplexé. L’image n’est pas extraordinaire. Le montage est des plus classiques. C’est typiquement le genre de film qui a des relents de plaisir coupable qu’on se targue de voir entre amis autour de quelques chips et un bon pack de six. Stitches est un film qu’on adore pour ses défauts. On l’adore également pour ses effets gores d’excellente facture. Il faut souligner le superbe travail sur les effets visuels de Terri Pinnell qui redonne tout le sens qu’il y a à regarder un film de ce calibre : on s’en fout de l’histoire, on s’en fout du jeu des acteurs, on s’en fout du budget accordé aux scènes intermédiaires pour peu que les séquences trash valent leur poids en cacahuètes. On n’en sort plus que ravi de la projection avec des souvenirs plein la tête. On retrouve une verve à la Peter Jackson des débuts, une envie de s’éclater avec ses potes en proposant des effets graphiques qui marquent. Et il faut dire qu’il y a quelque chose d’exaltant à voir une bande d’adolescents écervelés s’éclater sur des vieux tubes des années 80 pendant que le clown s’occupe de faire des boules de glace avec la cervelle du gras-double dans le placard à balais. Stitches aurait eu un parcours de choix s’il était sorti à une époque où les vidéoclubs étaient rois. Le film a été acclamé au Paris International Fantastic Film Festival en 2012 et nous nous languissions de le voir débarquer dans nos salles obscures. Les amateurs du genre verront leurs espoirs s’envoler, mais peuvent tout de même remercier Mad Movies de nous gratifier d’une sortie en vidéo qu’on n’attendait plus.

Stitches est un second essai pour Conor McMahon qu’on valide entièrement. L’humour irlandais qui en sort rend l’expérience savoureusement délectable. Les effets gores sont d’excellente facture et Ross Noble tient le show d’une main de maître. Le film n’a rien de parfait, loin de là, mais il est envoyé avec tellement de sincérité que notre petit cœur de cinéphile amateur des Toxic Avenger et autres Sergent Kabukiman ne peut qu’accueillir à bras ouverts. Stitches est un vrai coup de cœur en ce qui nous concerne !

Informations

Détails du Film Dark Clown (Stitches)
Origine Irlande Signalétique Interdit aux moins de 16 ans
Catégorie Film Genre Comédie - Horreur - Epouvante - Gore
Version Direct To Video Durée 86 '
Sortie 06/05/2014 Reprise -
Réalisateur Conor McMahon Compositeur Paul McDonnell
Casting Ross Noble - Thomas Knight - Tom Cullen - Valerie Spelman - Jemma Curran
Synopsis Un clown lubrique meurt durant un anniversaire organisé pour des enfants. Des années plus tard, il revient avec la ferme intention de tous les massacrer. La fête peut enfin (re)commencer.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques