Critique Zulu

Zulu
Zulu est un film fort, riche, poignant, choquant, cru, abrupt… La réalisation ainsi que le montage frôlent la perfection et sont formidablement servis par un duo d’acteurs digne des plus grands, Orlando Bloom en tête. Témoin d’un renouveau dans...

Verdict Note : Un très bon moment en perspective. Un très bon moment en perspective.

Par Anthony Verschueren

Critique du Film

Bien loin de ses adaptations de Largo Winch, notre compatriote Jérôme Salle s’est essayé au thriller cru et acerbe en fin d’année dernière avec Zulu. Décidant de placer son intrigue dans une Afrique du Sud encore marquée par l’Apartheid, on y suit les déboires de deux inspecteurs de police qui enquêtent sur, à priori, une simple affaire de meurtre causé par une nouvelle drogue.

Orlando Bloom est véritablement LA révélation de Zulu.

Banalité d’une histoire déjà vue pour un film banal ? Pas tout à fait. Si Zulu balance un fond classique dans une forme élégamment âpre qui nous submerge de tous les stades émotifs qu’un bon polar doit faire passer. La réalisation de Jérôme Salle est franchement soignée et magnifiée par un casting au meilleur de sa forme. Si Forest Whitaker est impeccable, comme d’habitude, il y a une vraie bonne grosse mention à attribuer à Orlando Bloom. Il prouve qu’il sait et peut faire autre chose qu’un elfe ou un pirate faisant chavirer les cœurs de la gent féminine. Il campe un policier alcoolique et violent inscrivant sa performance aux côtés des plus grands qui s’y sont essayés auparavant. Orlando Bloom est véritablement LA révélation de Zulu. Il va sans dire qu’avec ce duo aussi atypique que performant, Salle ne pouvait que porter son travail dans les hautes sphères : sa réalisation est propre, nette et sans bavure. Il y a des plans d’une beauté à couper le souffle et on se surprend à s’émerveiller devant les décors d’une pureté sans égale malgré les faits virulents qui y sont racontés.

Zulu est un polar viscéralement violent.

Zulu est un polar viscéralement violent. Il va chercher sans aucune anesthésie vos entrailles et les expose sur votre table basse sans concession. À l’heure où le monde pleurait la mort de Nelson Mandela, Salle offrait un témoignage fort et sordide d’une réalité qui anime encore les ghettos de Capetown, l’Afrique du Sud post-Apartheid est encore beaucoup trop meurtrie pour faire table rase du passé. Elle a encore tout à reconstruire et, d’ailleurs, c’est en choisissant de déstructurer son récit que Salle expose les faits. Aucune règle ne peut subsister si ce n’est la loi du plus fort où la violence latente se terre dans l’ombre prête à frapper à n’importe quel moment. Zulu est un film d’une violence psychologique et visuelle hors pair. Il n’y a aucun moyen de sortir indemne de l’expérience cinématographique qui vous attend dès lors où vous lancez la lecture du film. Chacun des deux antihéros possède sa propre morale et sa propre définition de justice qui se verront petit à petit bafouées par l’immoralité du monde qui les porte. Il n’y a rien de bien nouveau dans le fond sur l’histoire du flic qui devra aller à contre-courant de tout ce en quoi il croit, mais, une fois encore, le casting s’en sort avec brio. L’ouverture et la fermeture anodines du métrage peuvent laisser perplexe quant aux intentions de Salle. Il faudra laisser le temps au film d’être digéré pour comprendre et surtout accepter la condition amorale vers laquelle il tend. Zulu est un thriller qui rassemble minutieusement chaque pièce de son puzzle pour dresser un tableau empreint d’une amertume déconcertante.

Il y a un pessimisme angoissant qui habite le film.

Il y a un pessimisme angoissant qui habite le film. Zulu est un film choc, une expérience de cinéma riche dont on ne peut pas en sortir avec sérénité. C’est un glorieux témoignage d’un mal-être qui marque tant l’histoire que l’actualité de tout un pays. Pour générer ce malaise, il faut souligner l’excellente composition d’Alexandre Desplat. La bande-son est sobre et amèrement dérangeante. Elle immerge le spectateur dès la première image du film et infecte le spectateur au plus profond pour lui générer un sentiment escarpé rendant ses mains les plus moites possible.

Zulu est un film fort, riche, poignant, choquant, cru, abrupt… La réalisation ainsi que le montage frôlent la perfection et sont formidablement servis par un duo d’acteurs digne des plus grands, Orlando Bloom en tête. Témoin d’un renouveau dans le genre qui habite les excellents thriller actuels (Alpha Dog, Killer Joe…), Zulu offre une superbe esthétique à un fond quelque peu éculé. S’il n’atteint pas la perfection, il n’en est vraiment pas loin.

Informations

Détails du Film Zulu
Origine France - Afrique du Sud Signalétique Interdit aux moins de 12 ans
Catégorie Film Genre Thriller
Version Cinéma Durée 110 '
Sortie 04/12/2013 Reprise -
Réalisateur Jérôme Salle Compositeur Alexandre Desplat
Casting Orlando Bloom - Forest Whitaker - Tanya Van Graan - Natasha Loring - Patrick Lyster - Inge Beckmann - Conrad Kemp
Synopsis Dans une Afrique du Sud encore hantée par l'apartheid, deux policiers, un noir, un blanc, pourchassent le meurtrier sauvage d'une jeune adolescente. Des Townships de Capetown aux luxueuses villas du bord de mer, cette enquête va bouleverser la vie des deux hommes et les contraindre à affronter leurs démons intérieurs.

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Publicité Amazon - Soutenez Retro-HD

Laissez un commentaire

Publicité Google - Soutenez Retro-HD

Dernières Critiques